Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 21-01-2017 à 07:19:34

volume 2 chapitre VII page (32)

L'histoire de la calligraphie chinoise est marquée par une longue évolution au cours de laquelle se sont imposées de brillantes figures.


Tel est le cas de Wang Xi zhi (303-361), surnommé le prince des calligraphes, le saint ou le sage de la calligraphie, sorte de père fondateur de cet art conçu comme une forme d'expression individuelle.


Wang Xi zhi fit, et fait encore l'objet d'une ferveur quasi religieuse unanimement partagée, particulièrement par les empereurs de la Chine impériale.


Il incarna l'image idéale du lettré sachant, par le truchement de son pinceau, exprimer la profondeur de ses sentiments intimes, il excella dans le style dit courant, et dans le style cursif.


L'homme vécut entre 303-361 et fit carrière au cours de la dynastie des Jin orientaux (317-420) issu d'une famille aristocratique de la province du Shandong, il émigra avec la cour qui du fuir la Chine du Nord et établir sa nouvelle capitale dans le Sud, à Nanjing.


Wang Xi zhi obtint le grade de you jun jiang jun (général de l'armée de droite), titre par lequel il est souvent nommé, il représente le type même du lettré méridional, avide de nature et de liberté, se faisant une règle de ne suivre que son inclination, pratiquant les arts raffinés de la poésie, de la musique et de la calligraphie.


Attiré par le bouddhisme, il fut surtout un adepte de la secte taoïste du Maître céleste, Tian shi dao, comme le prouve aussi la syllabe (zhi) de son nom.


Il dut sa formation calligraphique première à une femme, Dame Wei, nommée aussi Épouse Li, cousine du célèbre calligraphe Wei Heng, de l'époque des Jin, qui avait lui-même suivi l'enseignement de Zhong You, autre maître réputé.


Wang Xi zhi
n'est pas le seul maître dont on ait conservé le souvenir au cours de cette époque où la calligraphie était une activité culturelle de premier plan, sans doute resté le plus populaire, il demeure une figure patriarcale.


Son style se généralisa et s'imposa comme un standard après la réunification de l'Empire chinois à partir de la fin du VIe siècle.


Wang Xi zhi
connut la gloire de son vivant, ses œuvres entrant simultanément dans les collections impériales et dans la légende, il était déjà fidèlement copié par ses contemporains.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 21-01-2017 à 11:07:41  (site)

Merci René et bon W-E en Chine, bises

2. trublion  le 21-01-2017 à 17:02:10  (site)

Aujourd' hui plus que jamais, on se rend compte à quel point l' écriture participe à l' évolution d' une nation.

3. monica-breiz  le 21-01-2017 à 20:27:21  (site)

très interessant l 'écriture et son histoire
kenavo

4. fanfan76  le 22-01-2017 à 04:07:28  (site)

MERCI René, tout un art la calligraphie, bon dimanche, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-01-2017 à 06:52:30

volume 2 chapitre VII page (31)

On commence par étudier les traits fondamentaux, puis à tracer des caractères dans le style régulier, ensuite on apprend le style courant puis, enfin, le style de l'herbe très cursif.


Les chinois disent que le style régulier c'est comme se tenir debout, le style courant c'est comme marcher et le style de l'herbe comme courir.


Le début de l'écriture moderne

À partir 5ième siècle av. JC environ, on commence à trouver des exemples d'écriture sur des bandes de bambou.


Avant d'écrire les caractères avec un pinceau dur ou un bâton sur la surface de bambou, les bandes étaient préalablement préparées et liées ensemble avec des cordes pour créer un rouleau.


Les nouveaux supports signifient également un contenu nouveau: en plus des écritures historiques et administratives, les bandes de bambou contiennent les premiers manuscrits des fameux textes chinois philosophiques, tel que Kong zi, Lun yu.


A coté du bambou, des textes étaient aussi écrits sur des tablettes en bois et sur des tissus en soie.


La langue écrite pendant cette période est ce qu'on appelle le chinois classique (wen yan), lequel est resté plus ou moins le même jusqu'au 19ième siècle.


Un évènement majeur dans l'histoire du script chinois est la standardisation de l'écriture par le Premier Empereur de la dynastie Qin qui a unifié la Chine en -221 av. JC.


Auparavant, chacun des nombreux états en Chine avait son propre style et particularités, ce qui voulait dire que, les systèmes d'écritures quoique mutuellement compréhensibles avaient beaucoup de variantes.


Le Premier Empereur a introduit l'écriture Qin en tant que écriture officielle et à partir de ce moment tous les états unifiés devaient l'utiliser pour leurs affaires.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 20-01-2017 à 07:29:42  (site)

Merci encore, bon vendredi en Chine, bises

2. trublion  le 20-01-2017 à 17:20:30  (site)

au départ le peu de surface devait bloquer les longs sujets, et au fur et à mesure ça c' est amélioré

3. fanfan76  le 20-01-2017 à 23:03:38  (site)

Ce qui compliquait encore les choses, pour comprendre les écritures ! Bon week-end, bises, fanfan

4. monica-breiz  le 21-01-2017 à 01:36:15  (site)


ce doit être très difficile à apprendre
bonne fin de semaine en Chine
kenavo RENE

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 19-01-2017 à 07:22:16

volume 2 chapitre VI page (30)

La prochaine étape dans l'histoire de l'écriture chinoise est celle des inscriptions sur bronze (jinwen).


C'est des textes soit fondés dans des vases en bronze, soit gravé sur la surface d'un vase déjà gravé.


Ces récipients sont largement utilisés pendant la dynastie Zhou de l'Est (-1150 à 771 av. JC), mais il existe des exemples de la période tardive de Shang, également.


Puisque les inscriptions se situent sur des vases rituels qui étaient utilisés pour effectuer des sacrifices, leur contenu en général se réfère à des cérémonies rituelles, des commémorations.


Bien que la plupart des ces écritures ne se composent que de quelques caractères, quelques unes contiennent des descriptions assez longues.


La langue et le style calligraphique à ce stade sont similaires à ceux trouvés sur les os oraculaires.


L'histoire de l'écriture chinoise :
Cette écriture a plus de 7000 ans, cela a permis de développer de nombreux styles calligraphiques.


A cela s'ajoute les différentes graphies d'un caractère, en moyenne 3 par caractères, le caractère bonheur possède par exemple plus de cent graphies différentes.


Le calligraphe possède donc déjà un vaste éventail de possibilités, il peut aussi varier sur les pleins et déliés pour exprimer ses émotions, le calligraphe, peut calligraphier différemment certains caractères d'un texte pour renforcer ou varier leur sens.


Le message que la calligraphie chinoise peut faire passer est très vaste, certains vont même jusqu'à l'abstraction complète.


Pour apprendre la calligraphie chinoise, il est préférable de connaître les bases de l'écriture chinoise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 19-01-2017 à 07:38:51  (site)

Merci René, bon jeudi en Chine, bises

2. monica-breiz  le 19-01-2017 à 14:39:41  (site)

très interessant sur le bronze

3. trublion  le 19-01-2017 à 15:52:07  (site)

au moins le bronze préserve t' il les écritures qu' il a reçu

4. fanfan76  le 19-01-2017 à 21:00:50  (site)

C'est une écriture très ancienne, amitiés, fanfan

5. Marylou-Colmar  le 20-01-2017 à 02:08:08  (site)

vraiment petite la voiture de pompier...Ceci est un copier/coller : Plus d'une semaine que je n’ai pas répondu aux commentaires. J’ai toujours des problèmes de périarthrite calcifiante et c’est assez pénible de manier la souris. Bonne soirée et ♡♡ Merci pour ta fidélité ♥♥.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 18-01-2017 à 06:51:32

volume 2 chapitre VI page (29)

Les os oraculaires :
Les premiers exemples de l'écriture chinoise remontent à la période tardive de Shang (-1200 av. JC).


Ce sont les inscriptions nommées inscriptions oraculaires sur os (jia gu wen) lesquelles étaient trouvées sur le site de la dernière capitale Shang prés de la ville actuelle d'Anyang, dans la province de Henan.


Les plus anciennes traces ont été découvertes sur des os et sur des écailles de tortue, gravées à la pointe.


Ces inscriptions concernent des oracles et témoignent de la relation fondamentale entre la divination et la naissance de l'écriture chinoise.


Le devin apposait des tisons incandescents sur une carapace de tortue, puis interprétait les craquelures produites par la chaleur, il consignait ensuite le résultat de sa divination sur la carapace, à proximité des craquelures.


Chacun de ces signes graphiques traduit un symbole spécifique, relié à la mémoire cosmique.


Les inscriptions sur ces os nous disent qu'avant -1200 av. JC l'écriture chinoise était déjà un système d'écriture hautement développée laquelle était utilisée à enregistrer une langue assez similaire au chinois classique.


Les inscriptions des os oraculaires ont reçu leur nom d'après leur contenu qui est toujours relié à la divination.


Les anciens médiums chinois utilisaient ces os en tant qu'archive de leur activité en nous fournissant une description détaillée des sujets qui intéressaient les rois Shang.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 18-01-2017 à 07:46:22  (site)

Merci encore René... bises de jill et bon mercredi en Chine

2. trublion  le 18-01-2017 à 15:48:32  (site)

pour d' autres civilisations, c' était des entrailles d poulet, mais là aucune trace !

3. fanfan76  le 19-01-2017 à 03:51:41  (site)

MERCI René, mes amitiés, bon jeudi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-01-2017 à 07:58:27

volume 2 chapitre VI page (28)

Leur écriture a été considérée comme le zhou shu, une écriture de transition entre le jin wen (les inscriptions sur bronze) des Zhou et le xiao zhuan (petite écriture sigillaire) des Qin.


La première mention des différents styles d'écritures peut être trouvée dans la postface du Shuo wen :
À partir des Qin il y a huit sortes d'écritures :


Le grand sceaux (大篆), le petit sceaux (小篆), l'écriture lapidaire (刻符), l'écriture insecte (蟲書), pour imprimer des sceaux (摹印), pour faire des titres (署書), en forme de lance (殳書), le style clérical (隸書), après les Han il y a eu le style herbe (草書).


L'écriture de l'époque des Royaumes combattants, avec le morcellement du pays en sept royaumes puissants, l'écriture comportait une marque locale très distincte par rapport à la fin de l'époque des Printemps et Automnes, un même caractère était écrit de façon différente sur bambou, soie, bronze, monnaie, sceau et poterie.


-1600 av. J.-C Sigillaires
-200 av. J.-C Modernes pour finir les caractères simplifiés, de nos jours.
La chine comporte 56 ethnies la plus importante c'est les Han, donc l'écriture dite des Han ou Han zi (l'écriture des Han).


Dans l'antiquité, il y a trois anciennes écritures la sumérienne, l'égyptienne et la chinoise.


Il existe 52000 idéogrammes ou caractères, avec 214 radicaux pour qui indique à quelle famille appartient un idéogramme.


Il faut 7000 caractères au quotidien, mais 4000 suffisent pour lire le journal, un calligraphe en connaît 8000.


Il faut connaître 24 type de traits pour écrire les caractères, chaque trait porte un nom, il y a un ordre très rigoureux a suivre pour écrire un caractère, surtout ne dite jamais a un chinois un dessin.


C'est un cas unique dans le monde, qu'a notre époque, beaucoup de gens sont encore capable de lire l'écriture de l'antique Chine.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 17-01-2017 à 13:54:44  (site)

Waouh, merci René et bon mardi en Chine... JB

2. trublion  le 17-01-2017 à 15:01:32  (site)

et bien , on peut dire que les graphologues ne risquent pas de s' ennuyer !

3. monica-breiz  le 17-01-2017 à 21:23:27  (site)

oui une langue très riche
et surement difficile à maitrisée

bonne journée

4. fanfan76  le 18-01-2017 à 04:16:59  (site)

Pas facile à apprendre, merci René, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 16-01-2017 à 07:10:03

volume 2 chapitre VI page (27)

Les traces d'encre de Chine
Les lettres d'alliance de l'époque des Royaumes combattants portent les traces à l'encre de Chine les plus complètes et les plus nombreuses actuellement découvertes en Chine.


C'étaient des serments écrits par lesquels les princes et les ministres des principautés de l'époque des Printemps et Automnes contractaient l'alliance, et jouaient un rôle restrictif.


Les lettres d'alliance ont été écrites au pinceau avec de l'encre vermillion ou noire sur des lamelles de jade ou de pierre.


Les traces d'encre sur les carapaces de tortue, sur os d'animaux, sur pierre et sur fragments de poterie sous les Shang révèlent que le pinceau a existé depuis longtemps en Chine, en effet les Shang et les Zhou utilisaient déjà régulièrement le pinceau.


Le pinceau, grâce à son élasticité, peut apporter des changements des traits, créer diverses formes d'écriture chinoise et constituer un des importants facteurs dans l'évolution de l'écriture chinoise en un art.


Les inscriptions sur pierre

Les dates d'apparition des inscriptions sur pierre et sur tambours de pierre, la plupart des experts estiment qu'elles datent de l'époque des Royaumes combattants.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 16-01-2017 à 07:26:15  (site)

Merci encore, bon lundi en Chine, bises

2. monica-breiz  le 16-01-2017 à 15:06:24  (site)

j aime ces caractères pour moi comme des dessins

3. trublion  le 16-01-2017 à 15:52:24  (site)

l' écriture au pinceau et à l' encre de chine était un art, et l' est resté aujourd' hui encore

4. fanfan76  le 16-01-2017 à 17:28:17  (site)

Oui c'est un art, l'écriture chinoise, c'est certain ! Mes amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-01-2017 à 07:38:06

volume 2 chapitre VI page (26)

Lecture à la verticale
Les caractères sont disposés en colonne sur ces tablettes d'environ deux centimètres de large par moins de 70 cm de long, il faut noter, que le sens de la lecture se faisait de la droite vers la gauche.


Du fait du peu de largeur de la bande de bambou, les traits du caractère sont du haut vers les bas, impossible d'écrire en largeur un caractère.


Les écrits sur tablettes apparurent sous les Shang et foisonnèrent à l'époque des Royaumes combattants, les écrits sur bois et sur tablettes de bambou du royaume de Qin de l'époque des Royaumes combattants, ont été calligraphiés par les Qin dans un style de li shu (écriture carrée et arrondie aux angles), cette écriture est née avant le xiao zhuan (petite écriture sigillaire) des Qin.


Le li shu sur bois et sur tablettes de bambou néglige les formes, pour mettre l'accent sur la variation des traits, il constitue une source précieuse de documentation pour étudier son évolution.


Les écrits sur soie blanche, comme les écrits sur tablettes de bambou, étaient une autre méthode pour enregistrer les événements à l'époque des Royaumes combattants.


Ces deux écritures au pinceau sont plus coulantes et plus concises que les inscriptions sur bronze, sur la base du zhuan shu (écriture sigillaire) qui s'attache aux traits, le li shu a diversifié ses points.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 15-01-2017 à 07:44:57  (site)

Merci encore René et bon dimanche en Chine, bises

2. monica-breiz  le 15-01-2017 à 14:42:52  (site)

çà doit être difficile cette écriture
( à apprendre )

3. trublion  le 15-01-2017 à 16:20:17  (site)

il en fallait à l' époque des tablettes de bambou pour écrire !
La soie est déjà un progrès

4. fanfan76  le 15-01-2017 à 23:24:25  (site)

Bonne semaine, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 14-01-2017 à 07:04:04

volume 2 chapitre V page (25)

A la fin de l'époque des Printemps et Automnes et à l'époque des Royaumes combattants, l'écriture en forme de têtard, l'écriture en pattes d'oiseaux et les incrustations, décrites par les spécialistes des dynasties postérieures, firent leur apparition l'une après l'autre.


L'invention de la fonderie et l'utilisation des objets de fer donnèrent naissance aux inscriptions sur bronze.


Les inscriptions sur bronze de cette époque, délaissant le style régulier et majestueux de l'époque des Zhou de l'Ouest, devinrent élégantes et fraîches. Cette écriture aux traits longs et réguliers et avec une structure plutôt verticale constitue la forme primaire du xiao zhuan (petite écriture sigillaire) des Qin.


Le jia g uwen (les inscriptions sur carapaces de tortue et sur os d'animaux) caractérise l'écriture des Shang, et le jin wen (les inscriptions sur bronze) constitue la principale forme d'écriture des Zhou.


Les écrits sur tablettes de bambou et sur soie
Les tablettes et le papier de bambou
En Chine, le bambou fait partie intégrante de la tradition et de la culture.


Sous la forme du pinceau, de tablettes reliées et du papier, il a permis de transmettre la culture chinoise, en étant à la fois l'outil et le support de l'écriture, l'ancêtre du livre avait la forme de tablettes de bambou reliées par des lanières de lin.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 14-01-2017 à 07:23:56  (site)

Merci René, et bon W-E en Chine, bises

2. trublion  le 14-01-2017 à 15:59:23  (site)

les tablettes de bambou étaient quand même un gros progrès !

3. fanfan76  le 15-01-2017 à 01:09:59  (site)

Cela vient en France les objets en bambou, c'est une bonne chose, un produit naturel ! Mes amitiés, bon dimanche, fanfan

4. monica-breiz  le 15-01-2017 à 01:23:09  (site)

j aime le bambou
belle plante souple
trés beaux dans un jardin un coin de bambous

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 13-01-2017 à 07:06:58

volume 2 chapitre V page (24)

Les jin wen
Les jin wen (les inscriptions sur bronze) des Shang et des Zhou de l'Ouest, appelés autrefois les inscriptions sur cloche, constituent des matériaux importants d'écriture.


Comme pour la calligraphie, les jin wen diffèrent des jia gu wen en ce qui concerne les traits artistiques, la métallurgie du bronze commença sous la dynastie des Xia et se développa sous les Shang et les Zhou.


Le jin wen est fait par la fonte, rarement par la gravure, pour mouler un jin wen, on trace d'abord les mots sur un produit demi fini qui sert de modèle, puis on y verse du bronze fondu.


Au milieu de l'époque des Shang, des inscriptions concises, comportant seulement deux à trois caractères, commencèrent à apparaître sur les bronzes, mais le plus souvent, il s'agit d'emblèmes.


Ces emblèmes qui font penser à des dessins conservent les éléments plus primitifs que le jia gu wen.


Au cours des dernières années des Shang, très peu d'inscriptions comportant des dizaines de caractères apparurent sur les bronzes, les bronzes des Zhou de l'Ouest dépassent de beaucoup ceux des Shang en variété et en nombre, ce qui a apporté de grands changements dans les inscriptions contenant de plus en plus de caractères, elles devenaient enfin des textes intégraux.


Les textes ont des contenus variés, conférer des titres, accorder des récompenses, enregistrer des exploits, faire des expéditions militaires, intenter des procès et exalter les mérites des ancêtres.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 13-01-2017 à 07:53:56  (site)

Merci René, bon vendredi en Chine, bises

2. trublion  le 13-01-2017 à 16:07:49  (site)

ça me fait penser au reportage d' hier, sur les carreaux d' arbalète.
Les chinois avaient maitrisé les alliages, et arrivaient à fabriquer la pointe avec plus de nickel que la hampe !

3. colea  le 13-01-2017 à 21:09:54  (site)

Intéressant,
amitié,
léa

4. fanfan76  le 14-01-2017 à 01:11:09  (site)

Merci René, bon week-end, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 12-01-2017 à 07:47:34

volume 2 chapitre V page (23)

Il y a trois types d'écriture chinoise
-8000 av. J.-C Archaïques


Les plus anciennes traces ont été découvertes sur des os et sur des écailles de tortue, gravées à la pointe.


Ces inscriptions concernent des oracles et témoignent de la relation fondamentale entre la divination et la naissance de l'écriture chinoise.


Le devin apposait des tisons incandescents sur une carapace de tortue, puis interprétait les craquelures produites par la chaleur, il consignait ensuite le résultat de sa divination sur la carapace, à proximité des craquelures, chacun de ces signes graphiques traduit un symbole spécifique, relié à la mémoire cosmique.


Des tablettes de bois sont utilisées dans l'ancienne Égypte, en Mésopotamie, en Chine, c'est les codex.


Le mot codex est lié à cet usage, il désigne à l'origine des bandes inscrites de bambou tenues ensemble, par des fils de soie, la lecture se fait de la droite vers la gauche.


Les jia gu wen
Les jia gu wen (les inscriptions sur carapace de tortue et os d'animaux) des Shang et des Zhou de l'Ouest représentent une écriture qui a atteint son plein développement et qui comporte un contenu divinatoire.


Les jia gu wen des Shang jusqu'à présent, 150000 plaquettes portant des jia gu wen ont été déterrées, les jia gu wen des Shang et des Zhou de l'Ouest ont été gravés avec un outil dur et pointu ou écrit au pinceau en noir et en vermillon.


Les inscriptions sur carapace de tortue et os d'animaux aux traits minces et droits ont une facture énergique et donnent une impression de relief, le style de la calligraphie varie selon les différentes époques, la différence de styles a permis de dater les jia gu wen.


Les sorciers (ou divinateurs) qui gravèrent les écrits sur carapace de tortue et os d'animaux étaient sans doute des calligraphes de cette époque.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 12-01-2017 à 11:36:59  (site)

Pour moi votre écriture est très spéciale et belle... au pinceau et des signes... merci encore René, bon jeudi...

2. trublion  le 12-01-2017 à 15:59:04  (site)

C' est la volonté de transmettre qui je crois est à l' origine de l' écriture

3. monica-breiz  le 13-01-2017 à 01:14:28  (site)

elle est trés belle l ecriture Chinoise
j adore
bonne soirée

4. fanfan76  le 13-01-2017 à 03:11:13  (site)

C'est tellement beau les calligraphies chinoises, merci René, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article