Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 21-02-2017 à 06:32:53

volume 2 chapitre XIII page (62)

Sous terre le bambou pousse une tige, le rhizome, qui sert à stocker des réserves indispensables pour la croissance rapide de la canne qui jaillit en surface, la canne est creuse et grandit comme une antenne télescopique, verticalement, et non en largeur comme les arbres.


Quand un bambou fleurit, au bout de 20, 30 ou 100 ans, annonçant l'épuisement et la mort de la plante, tous les bambous de la même espèce fleurissent en même temps partout dans le monde.


Les bambous possèdent des tiges souterraines appelées rhizomes, sur lesquelles se trouvent les bourgeons et les racines, certains bourgeons se développent et donnent des chaumes (tiges aériennes) qui sont creux et cloisonnés au niveau des nœuds.


Le chaume est de couleur variable (vert, jaune, noir) et peut être tacheté ou strié, les nœuds de croissance sont espacés régulièrement, en effet, à la différence d'un tronc qui croît en diamètre, le chaume se déploie comme une canne télescopique.


Contrairement aux autres arbres, le bambou a seulement un anneau annuel puisqu'il ne croit pas en épaisseur.


Tous les ans, lorsque s'achève la période de croissance du chaume et des branches, le rhizome continue à pousser et à se ramifier sous terre.


Depuis des siècles et des siècles, le bambou est utilisé en Chine, comme matériel de construction dans de multiples applications.


Grâce à ses extraordinaires caractéristiques physiques, le bambou surpasse le bois et l'acier de construction à bien des égards, dureté, longévité, stabilité, élasticité, sans contenir ni acides ni résines, le bambou est 27 % plus dur que le chêne et sa dilatation 50 % inférieure, il résiste aux insectes et à la moisissure, il ne comporte pas de nœuds, sa structure particulière en fait une espèce peu sensible aux changements d'humidité relative à l'air.


C'est un piège à CO2: il fixe 30% de CO2 de plus que les arbres à feuilles, il produit donc aussi 30% d'oxygène en plus que les arbres.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 21-02-2017 à 07:09:42  (site)

Vive le bambou ,) Merci René et bon mardi en Chine !

2. Rose63au  le 21-02-2017 à 07:53:26  (site)

Tu en sais des choses sur le bambouSourire
Bonne journée René

3. monica-breiz  le 21-02-2017 à 14:59:14  (site)

j aime les bambous en nface d ema maison une haie de bambous qui grimpent trés hauts
bonne journée René

4. trublion  le 21-02-2017 à 15:37:13  (site)

j' ai même encore une canne à pêche en bambou que j' utilisais dans ma jeunesse

5. fanfan76  le 22-02-2017 à 03:35:55  (site)

Et bien c'est ce que je disais hier, c'est formidable le bambou... Merci René, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-02-2017 à 07:56:29

volume 2 chapitre XIII page (61)

Le bambou :
Les 1300 espèces de bambou poussent essentiellement en Asie, cette herbe géante pousse en 60 jours et sert de ressource naturelle rapidement renouvelable, un plant de bambou peut produire jusqu'à 200 cannes de bambou sur 5 ans, à haute tige creuse, qui pousse très vite (environ 15 cm par jour).


Une forêt de bambou se régénère tous les 5 à 7 ans, alors qu'une forêt de chêne nécessite plus de 50 années de développement, et plus de 10 années pour le pin.


Le bambou pousse aussi bien à 4000 mètres d'altitude que dans les jungles chaudes et humides, il peut résister à des températures de -20°C, la production moyenne de bambou est 25 fois supérieure à n'importe quelle autre forêt traditionnelle.


Au-delà de 5 ans de croissance, la plante devient adulte, durcie et se transforme en un matériau similaire au bois, dès lors, la croissance s'arrête et la plante de régénère seule à partir de ses propres racines, il n'est pas nécessaire de planter de nouveaux pieds, cela explique pourquoi le bambou est une ressource naturelle inépuisable.


En médecine naturelle, on utilise l'exultant récolté sur les noeuds des tiges, le bambou est très riche en silice, son principe actif est le bamboosil qui a une action de régénération sur les articulations, il stimule la synthèse du collagène par le tissu osseux et conjonctif facilitant la reconstitution du cartilage détruit par l'arthrose, le bambou à un effet minéralisant, il protège de l'ostéoporose qui fragilise les os et qui intervient après la ménopause.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 20-02-2017 à 08:34:48  (site)

Très à la mode dans nos jardins depuis quelques années, j'ai moi même un plant mais en grande vasque ! Merci René, bises

2. AVEC LA PHOTO  le 20-02-2017 à 11:09:13

Bonjour RENÉ

Sous le soleil il fait bon être
entre dans les bambous.
Et oui déjà une nouvelle semaine
la huitième qui commence
avec un temps changeant
le retour d'un petit crachin
Breton est de retour
Passez le plus agréable des lundi
ainsi qu'une très bonne semaine

Amitiés

56MELDIX77
Le Briard   Breton   
http://aveclaphoto.eklablog.com/

3. monica-breiz  le 20-02-2017 à 14:54:51  (site)

j' aime beaucoup les bambous il en existe plusieurs sortes , même nains
j' aime bien quand ils se balançentt dans le vent
bonne journée
kénavo

4. fanfan76  le 20-02-2017 à 16:55:23  (site)

Formidable le bambou ! C'est vraiment un produit naturel ! merci René, fanfan

5. trublion  le 20-02-2017 à 17:11:51  (site)

le bambou est une plante extraordinaire, dont les usages sont multiples !
Certains se plaisent chez nous, mais mieux vaut éviter l' élevage de pandas

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 19-02-2017 à 06:47:52

volume 2 chapitre XII page (60)

On dénombre au total plus de 4000 caractères sur ces os et 3000 d'entre eux ont fait l'objet d'une étude des chercheurs.


L'interprétation de ces deniers est identique sur quelque mille idéogrammes sur les trois mille au total ayant été étudiés.


Pour le reste, ils sont ou bien intelligibles ou bien les interprétations des chercheurs sont divergentes.


Malgré cela, à travers ces quelques mille idéogrammes déchiffrés, on peut connaître les divers aspects politique, économique et culturel de la dynastie des Shang.


Hormis les carapaces et omoplates gravées exhumées dans les ruines des Yin, les archéologues ont découvert aussi d'autres inscriptions gravées sur écailles datant du temps encore plus ancien.


Il est regrettable que ces ossements ne portent que très peu d'inscriptions rabaissant ainsi leur valeur par rapport à celles des Shang.

 

L'importante signification des fouilles entreprises dans les ruines des Yin ne se borne pas à la découverte des inscriptions sur écaille.


Depuis plus de 70 ans, les archéologues y ont découvert les ruines de quelque 50 temples et palais, 12 tombeaux royaux, plusieurs milliers de tombes des nobles et plébéiens, 1000 fosses de sacrifice, 5 sites d'artisanat, une trentaine de fosses de chariots et de chevaux ainsi qu'un grand nombre d'objets en bronze, jade, poterie et en os.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 19-02-2017 à 07:31:03  (site)

Depuis plus de 70 ans que de trouvailles, merci, bon dimanche en Chine, bises

2. trublion  le 19-02-2017 à 15:35:27  (site)

les archéologues ne risquent pas la chômage

3. fanfan76  le 19-02-2017 à 21:49:54  (site)

Beaucoup de découvertes intéressantes très certainement ! Amitiés, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 18-02-2017 à 07:26:32

volume 2 chapitre XII page (59)

On trouve à Anyang, province du Henan, en Chine du Centre, des ruines de la dynastie des Yin (connu également sous le nom des Shang), qui couvre une surface de 24 km carrés environ.


Comme la dynastie des Shang est appelée aussi Yin par les historiens, les ruines tirent leur nom de ruines des Yin.


A l'époque des Shang, les rois sollicitent la divination avant de prendre la décision sur n'importe quoi, la carapace de torture ou omoplates était justement un instrument dont on servait pour la divination.


Pour graver les inscriptions des carapaces de tortue ou des omoplate de boeufs sont les plus employés dans la scapulomancie.


Il faut d'abord enlever la chaire et le sang qui y sont attachés, puis la découper et la polir, ensuite, à l'aide d'un outil, on taille à l'intérieur ou au travers de ces ossements des creux, qui sont alignés selon des ordres préétablis.


Le diseur d'aventure ou le sorcier grave également sur l'écaille son nom, la date divinatoire et les questions à poser avant de passer les creux au-dessus du feu, sous l'effet de la chaleur, des craquelures apparaissent alors sur la carapace, se basant sur les tracés d'orientation des craquelures, le sorcier fait des analyses et en tirent des conclusions de sa divination, on grave par la suite le résultat de la divination, si les prévisions s'avèrent confirmées, l'écaille ou l'omoplate doivent être conservés comme archives officielles.


Dans les ruines des Yin, 160 pièces de carapace de torture ou d'omoplate ont été exhumées.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 18-02-2017 à 07:30:59  (site)

Merci René, belle journée en Chine, bises

2. AVEC LA PHOTO  le 18-02-2017 à 11:58:00

Bonjour RENE

Nous voici samedi

premier jour du week end

je vous le souhaite

façonner a votre convenance

nous c'est brume – brouillard le matin10°

et ciel bleu soleil l'après midi

avec plus de 20°hier

Amitiés

56MELDIX77
Le Briard Breton

http://56meldix77.eklablog.com/

3. trublion  le 18-02-2017 à 15:50:16  (site)

L' homme a de tout temps cherché à deviner l' avenir

4. monica-breiz  le 19-02-2017 à 01:23:58  (site)

j adore visiter les ruines
bonne soirée en Chine

5. fanfan76  le 19-02-2017 à 01:39:01  (site)

Dans les ruines ! Tout un passé ! Bon dimanche, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-02-2017 à 07:23:44

volume 2 chapitre XII page (58)

Le Sutra du Diamant, actuellement conservé à la British Library de Londres est l'oeuvre la plus intéressante qui fut produite avec des caractères d'imprimerie sous la dynastie Tang (618-907).


Sous la dynastie Song (960-1279), Bi Sheng, un inventeur d'origine modeste, rénova la technique d'impression et inventa les caractères mobiles, ce qui augmenta l'efficacité de l'imprimerie, ses caractères mobile ont plus d'avantages sur le bloc d'imprimerie initialement en bois.


Il réduit grandement le temps de fabrication du bloc, il peut être utilisé de façon répétée, plus petit que le bloc gravé, facile à ranger et à garder.


La typographie
L'invention de Bi Sheng réside dans les caractères sur cachet d'argile, un sceau par mot, qui deviendra des caractères d'imprimerie une fois durcis à la cuisson.


Avant d'installer les caractères, il faut appliquer une couche de cire résineuse sur la plaque encadrée en fer, puis installer les caractères l'un après l'autre, chauffer jusqu'à ce que la cire fonde légèrement, utiliser une plaque pour presser les caractères à niveau.


Ainsi les mots de terre seront attachés à la plaque de fer qui pourra être imprimée comme une plaque gravée.


Plus tard, la typographie commença à utiliser progressivement des matériaux métalliques (principalement du cuivre et de l'étain) pour fabriquer les mots.


La police de caractères en cuivre atteignit son âge d'or sous la dynastie Qing, quand l'impression de (L'intégrale des livres Anciens et Modernes) avec 10000 volumes utilisa environ 1 à 2 millions de caractères de cuivre.


Gravure et imprimerie

La technique de l'antique gravure, depuis les oracles sur os et les inscriptions en bronze de la Dynastie Shang jusqu'aux gravures sur pierre et sur bois apparues sous les dynasties du Nord et du Sud.


Jusqu'à la dynastie Jin, avec l'émergence du papier et de l'encre, ainsi que la popularité des sceaux, la reproduction par frottis des textes gravés sur des stèles s'était aussi développée.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 17-02-2017 à 07:38:30  (site)

Merci René et bon vendredi en Chine, bises

2. trublion  le 17-02-2017 à 15:55:04  (site)

des caractères réutilisables, c' est la garantie d' un gros progrès

3. monica-breiz  le 18-02-2017 à 00:15:18  (site)


elles sont donc reconnues encore à nos jours
bonne soirée

4. fanfan76  le 18-02-2017 à 01:58:22  (site)

MERCI René, bon week-end, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 16-02-2017 à 07:07:46

volume 2 chapitre XII page (57)

Dans le cas d'une encre à base de plante, on n'utilisera qu'une pression légère, le sceau sera alors retiré du papier en commençant par un côté, car un retrait vertical du sceau pourrait créer un arrachement du papier.


Cet usage qui prit naissance sous les Song au XIIe siècle se généralisa sous les Ming (1368 1644) et sous les Qing (1644 1911).


Quoi qu'il en soit, ces marques Mian hao indiquent le titre de règne choisi par l'empereur, titre qui prend effet le jour du nouvel an suivant son accession au trône.
Ces marques se composent le plus souvent de six caractères qui se lisent de droite à gauche et de haut en bas.


En Chine, l'écriture chinoise antique dite (sigillaire) provient de l'écriture gravée des sceaux, les premiers étaient utilisés pour valider des documents d'officiels de haut rang, ils se nommaient Xi.


Ils furent très utilisés entre -1600 et -771 av. JC entre les dynasties Shang et Zhou et les Xi avec écriture manuscrite furent largement utilisés pendant la dynastie Zhou (-720 à -256 av. JC).


Peu à peu, les structures sociales évoluèrent et un grand nombre de sceaux privés appelés Yin apparut aussi à cette époque.


En même temps que le développement des techniques manuelles de gravure et l'invention de la fabrication du papier, les gens ont inventé l'imprimerie.


Le bloc de caractères d'imprimerie, apparu au début de la dynastie Tang, fut la première technique utilisée, pour l'impression d'un bloc, il faut écrire en premier le texte sur un papier, puis coller le papier sur une plaque de bois poli, sur laquelle le texte est gravé à l'envers.


Ensuite l'encre doit être appliquée sur les caractères et le papier disposé avant que commence l'impression, qui est terminée quand le papier est enlevé.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 16-02-2017 à 07:26:33  (site)

Merci encore René et bon jeudi en Chine, bises

2. trublion  le 16-02-2017 à 16:11:55  (site)

lorsque l' écriture se vulgarise, il faut bien trouver un moyen pour multiplier les écrits.
ils ont inventé la planche à imprimer

3. fanfan76  le 17-02-2017 à 03:25:32  (site)

C'est bien de l'encre à base de plante ! MERCI René, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-02-2017 à 07:33:35

volume 2 chapitre XII page (56)

À base de soie, la pâte rouge est faite de cinabre, le pigment de cinabre est obtenu par broyage de la pierre dure du même nom, le minerai sulfure de mercure rouge, broyé et mélangé à un liant, mélangée avec de l'huile de ricin, il permettait de fabriquer un rouge orangé vif et des fragments de fils de soie.


La soie lie ce mélange pour en faire une pâte très épaisse, ayant une apparence très huileuse, d'une éclatante couleur rouge.


À base de plante : Là aussi, la pâte rouge est faite de cinabre réduite en poudre très fine, mélangée avec de l'huile de ricin.


Mais l'ingrédient de base n'est plus des fragments de fils de soie, mais de l'armoise commune, la texture du mélange résultant apparaît peu homogène, car l'armoise n'est pas un liant, l'apparence à un aspect spongieux, et d'un rouge plus sombre.


L'encre rouge à base d'armoise va tendre à sécher plus rapidement que celle faisant appel à la soie, en fonction du papier utilisé, la pâte à base d'armoise pourra sécher en 10 ou 15 minutes, et ce d'autant plus que le papier est absorbant.


Par ailleurs, ces encres à base de plante s'étaleront sur le papier plus que ne le ferait une encre utilisant de la soie, l'armoise n'ayant pas les mêmes propriétés liantes que la soie.


Quelle que soit sa nature, la pâte rouge est conservée fermée dans son contenant d'origine, et gardée dans un environnement protégé du rayonnement direct du soleil et des fortes chaleurs, pour lui éviter de sécher.


Lors de l'application du sceau sur le papier, la procédure différera selon qu'il s'agit d'une encre à base de soie, ou d'une encre à base de plante, dans le premier cas, on appliquera le sceau avec une forte pression, le papier posé sur une surface souple, et en basculant le sceau d'avant en arrière et de gauche à droite.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 15-02-2017 à 07:35:01  (site)

Merci René et belle journée en Chine... jill

2. trublion  le 15-02-2017 à 15:56:09  (site)

c' est incroyable comment l' imagination permet les créations !
Je n' aurais jamais pensé à la soie

3. fanfan76  le 15-02-2017 à 17:15:13  (site)

Merci René, bonne fin de journée, fanfan

4. monica-breiz  le 16-02-2017 à 01:01:14  (site)

très intéressante l histoire des encres
bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 14-02-2017 à 06:43:08

volume 2 chapitre XI page (55)

Toutefois, il fallut un certain temps avant que les savants de l'époque ne mettent au point une encre adaptée à l'écriture sur ce nouveau papier.


Chacune des quatre parties composant l'art de la calligraphie dans la Chine de l'antiquité joua un rôle unique et indispensable, tant dans l'art que dans la pratique de la communication en général à travers l'espace et le temps.


On pouvait, en effet, tracer une ligne directe entre des communications nuancées, si simple, d'abord, rendue possible grâce au développement du bâton d'encre, de la pierre à encre, du pinceau et du papier et du potentiel de communication généralisée et instantanée qui se trouve dans l'informatique moderne.


Le sceau Inventé au deuxième siècle avant JC, il était réservé au départ à l'empereur et à ses mandarins.


Progressivement cependant, le sceau est devenu pour les nobles, les lettrés, les marchands et les artistes, la marque personnelle que l'on apposait sur une lettre, un document commercial ou une peinture, ou encore la calligraphie.


Peu à peu, les sceaux sont devenus des objets d'arts, ils étaient à l'origine en bronze, en argent ou parfois en or, au fil des siècles ont en réalisa en pierre dure et en ivoire.


La pâte à encrer utilisée avec les sceaux est faite de cinabre, d'huile et de coton et est souvent conservée dans de jolies boîtes en porcelaine.


La Chine avait le papier dès le début de notre ère, et possédait aussi, avec les sceaux, le principe de la gravure renversée, mais ses sceaux étaient alors gravés en creux.


L'encrage et l'application du sceau sont des arts à part entière que l'on ne maîtrise qu'après des années de pratique laborieuse.


Le choix du sceau selon le support (œuvre d'art) est toujours délicat, ainsi que sa position sur l'espace de la page qui doit tenir compte de l'équilibre entre le plein et le vide pour que le Qi (l'énergie) circule.


Il existe deux sortes d'encre rouge, une pâte rouge utilisées traditionnellement pour encrer les sceaux, elles diffèrent par la nature des matériaux de base auxquels elles font appel.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 14-02-2017 à 07:35:34  (site)

Merci René et belle journée en Chine, bises

2. trublion  le 14-02-2017 à 16:16:11  (site)

j' imagine sans peine que le sceaux puissent être des objets d' art

3. fanfan76  le 14-02-2017 à 23:18:54  (site)

MERCI René, bonne soirée, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 13-02-2017 à 07:19:55

volume 2 chapitre XI page (54)

Le papier, lui-même, donna lieu à l'amélioration de l'encre dont les anciennes formes n'étaient pas adaptées au papier.


D'après les livres d'histoire, l'invention en Egypte du papier, date environ de 3000 ans avant notre ère.


Cependant, cette forme de papier, le papyrus (appelé papyrous cyperous ou papyrous antiquorium, par les Grecs), ressemblait très peu au papier qui sera indépendamment inventé en Chine trois mille ans plus tard, en 105, par Cai Lun, chef eunuque de l'Empereur Ho Ti de la dynastie des Han de l'Est (25-220).


A la différence du papyrous antiquorium, il se rapproche du papier d'aujourd'hui.
Le papyrous antiquorium était fabriqué à partir de roseaux coupés sur la longueur en fines lanières trempées dans l'eau jusqu'à leur ramollissement, rassemblées en un tapis puis pressées et, enfin, séchées au soleil pour être utilisées comme papier, un papier plutôt épais et grossier.


Pour élaborer le papier l'eunuque de l'Empereur Ho Ti utilisait des plantes battues jusqu'à la séparation des fibres individuelles, de concert étaient qu'il mélangeait ensuite avec la pulpe des plantes dans une grande cuve d'eau pour qu'elles s'entremêlent les l'unes aux autres, produisant un tapis très mince mais renforcé.


Une plaque était ensuite glissée dans la cuve afin de retirer délicatement de l'eau le fin porridge de pulpe et de fibres s'entrecroisant et le placer sur une surface plane pour sécher au soleil.


Complètement sec, ce mince film en fibres végétales porridge devenait une feuille de papier assez robuste pour se prêter parfaitement à l'application d'encre.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 13-02-2017 à 07:26:50  (site)

Le papier, l'encre et le pinceau... eh oui tout pour bien écrire aussi, merci René, bon lundi en Chine....JB

2. trublion  le 13-02-2017 à 16:14:55  (site)

je suppose qu' il fallait une encre pas trop fluide, pour ne pas traverser le papier en papyrus !

3. monica-breiz  le 14-02-2017 à 00:28:47  (site)



c'est très intéressant ces papiers en fibres , de rosaux
bonne soirée René

4. fanfan76  le 14-02-2017 à 02:30:38  (site)

Très intéressant cette élaboration d'une feuille en papier, merci, bon mardi, mes amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 12-02-2017 à 07:28:57

volume 2 chapitre XI page (53)

D'autres pinceaux de la période de la dynastie des Han de l'ouest (206-009 av JC.) ont aussi été découverts sur les sites du tombeau de Mawangdui de la ville de Changsha, dans la province du Hunan, des monts de Feng huang du comté de Jiang lin, dans la province du Hubei et près de la ville de Gu yuan, dans la partie nord-est de la Région autonome de Mongolie intérieure, à proximité du col du cygne de la province du Heilongjiang, et enfin, une pièce de la période de la dynastie des Jin de l'ouest (265-316 ap JC.) a été trouvée près du village de Wu wei, Dunhuang, dans la Province du Gansu.


Instruments rares et précieux appartenant à l'art de la calligraphie, les pinceaux mentionnés ci-dessus appartiennent au patrimoine culturel non seulement de la Chine, mais aussi du monde entier.


Le papier

Autrefois, avant la découverte du papier, on utilisait différents supports pour rapporter les informations ou les données simples.


L'un d'entre eux consistait à lier un nœud sur une corde ou un morceau de ficelle comme un moyen de noter quelque chose, (par exemple, le nombre de sacs de grains qu'un commerçant pouvait vendre à crédit à un client donné ou l'état des stocks).


Des carapaces de tortue et, plus tard, des fragments d'os, grands os d'animaux à surface plane, alias les os d'oracle, servirent comme support d'écriture, sans oublier les plaques en métal, comme celles en bronze, utilisées pour inscrire sur leurs surfaces, diverses données.

 

Mais aucun de ces supports n'a facilité l'art de l'écriture, étant uniquement destinés à enregistrer, à l'aide de termes symboliques ou pictographiques, le strict minimum.
Ils ne pouvaient, en effet, se prêter à l'inscription de textes longs tels des contes, des poèmes.


Ce n'est qu'avec l'apparition du papier, que, s'est répandue l'écriture complexe, capable d'enregistrer un poème ou de raconter une histoire nuancée.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 12-02-2017 à 07:31:38  (site)

Merci René et bon dimanche en Chine, bises

2. trublion  le 12-02-2017 à 14:36:45  (site)

On comprend l 'importance du pinceau, puisqu' il accompagnait les morts !
Je trouve que le papier fut une des inventions les plus importantes

3. fanfan76  le 12-02-2017 à 22:32:51  (site)

MERCI René, bonne semaine, amitiés, fanfan

édité le 12-02-2017 à 15:33:10

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article