Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 03-03-2017 à 07:30:28

volume 2 chapitre XV page (72)

Au cours de la dynastie Shang, Hu décoré de dessins Taotie relativement simples, servait généralement d'offrande.


Sous la dynastie Zhou (-1046 à -256 av.jc) le style de Hu change, Taotie est remplacé par des motifs épais et ronds en relief sur un fond lisse.


Durant cette période, les jarres vont par paires et leur taille augmente de façon spectaculaire.


Vers la fin de la Période des Printemps et des Automnes (-770 à -476), la décoration varie selon les régions sous l'influence du style animalier de l'art des nomades de l'Asie centrale: les dessins sont des versions géométriques des motifs Taotie réalisés par incrustations de cuivre.


Sous la période des Royaumes Combattants (-475 av.jc) jusqu'à la dynastie Qin en (-221 av JC.) la forme du récipient a été occasionnellement modifiée, prenant un aspect plus carré: cette version est appelée un fāng hú.


Zun ou Yi est un type de récipient chinois ancien en bronze ou en céramique en forme de vase, datant de la dynastie Shang.


Utilisé dans les cérémonies religieuses zun possède un large col pour faciliter l'écoulement du vin.


Ce Zun carré décoré de quatre chèvres est une réplique d'un bronze de la dynastie Shang.


Le corps de Zun, carré et droit, est sculpté à chaque coin d'un buste saillant de chèvre aux cornes retournées qui font la particularité de cet objet.


Le flanc des chèvres est décoré de dessins d'oiseaux, alors que la base est taillée en relief pour former des pieds arrondis.


Seule la partie supérieure de chaque chèvre est sculptée mais le tout présente une grande unité.


Les bœufs, béliers et autres animaux utilisés comme sacrifices rituels dans l'Antiquité sont appelés (Xi sheng).

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 03-03-2017 à 07:42:03  (site)

Merci René et belle journée en Chine, bises

2. trublion  le 03-03-2017 à 15:58:36  (site)

ce sont donc les décorations qui faisaient la différence

3. fanfan76  le 04-03-2017 à 01:36:37  (site)

De jolies décorations très différentes, merci René, bon week-end, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 02-03-2017 à 07:20:50

volume 2 chapitre XV page (71)

On trouve ce terme dans un passage des Annales des Printemps et des Automnes de Lu, (le taotie) sur les bronzes de Zhou [ding] a une tête mais pas de corps.
Lorsqu'il mange des gens, il les blesse mais ne les avale pas ».
Dans une autre traduction, (il dévore un homme, mais avant de pouvoir l'avaler son propre corps est endommagé).


Certains spécialistes estiment que le sens de 'taotie' n'est pas (mangeant des gens), mais (servant de communication mystérieuse entre la terre et les cieux dieux).


Les jarres à vin en bronze
Il en existe trois typologies selon qu'elles servaient à boire, à contenir ou à stocker le vin, en outre, chaque typologie est divisée en autres groupes de styles différents.


Les plus courants sont Jue et Jiao, utilisés pour boire le vin, et Zoun et Hu pour contenir le vin, les jarres à vin en bronze incarnent la tendance esthétique et l'esprit des dynasties Shang et Zhou.


Les surfaces sont gravées avec diverses images d'animaux, rhinocéros, éléphant, tigre, cheval et chèvre, certains motifs sont la combinaison de différents animaux, dotés de pouvoirs surnaturels et magiques dans l'imagination populaire.


De façon générale, les jarres à vin sous la dynastie Shang tendent à exprimer le mystère de la nature, celles de la dynastie Zhou de l'Ouest mettent l'accent sur le réalisme, tandis que sous les dynasties plus tardives les œuvres s'expriment avec vivacité et clinquant.


Hu est un type de récipient à vin rituel en forme de poire destiné au banquet rituel déposé dans la tombe d'un ancêtre afin de s'en assurer les bonnes grâces.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 02-03-2017 à 07:33:03  (site)

L'animal a son importance dans la déco, merci René et belle journée en Chine, bises

2. trublion  le 02-03-2017 à 15:47:41  (site)

un peu spécial quand même du bronze pour des jarres à vin !

3. fanfan76  le 03-03-2017 à 04:08:02  (site)

Du bronze pour mettre du vin ? ...
Merci René, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 01-03-2017 à 06:56:21

volume 2 chapitre XIV page (70)

Durant la période des Royaumes Combattants (4e-3ème siècle avant notre ère), ces inscriptions deviennent plus courtes et succinctes.


Taotie mystique
Le Taotie est un motif usuel sur les vases de bronze rituels des dynasties Shang et Zhou.


Le dessin consiste en un masque zoomorphe décrit comme étant frontal, symétrique, avec une paire d'yeux écarquillés et généralement sans mâchoire inférieure.


Sous néolithique (-3310 à -2250 av. J.-C.). le motif décorait déjà les jades dans l'ancienne culture de la rivière Yangtze Liangzhu à l'époque, les chercheurs sont toujours perplexes sur sa signification.


Les hypothèses vont du simple résultat fortuit lié au processus de moulage à la théorie de la représentation des masques portés par les rois dieux ou les chamans afin d'entrer en contact avec les ancêtres décédés.


La croyance, autrefois populaire, que ces figures représentent des animaux offerts en sacrifice a maintenant plus ou moins été rejetée. (Bien que certains masques ressemblent à des bœufs, tigres ou dragons)


La plupart des spécialistes soutiennent l'idée que ces motifs n'ont de sens que dans un contexte religieux ou rituel car les objets sur lesquels ils apparaissent sont presque toujours liés à ces événements, comme l'écrit un érudit (le style et l'art découlent toujours du milieu social).


On ne sait pas quel mot utilisaient les Shang et les Zhou pour nommer ces motifs.
Il n'y a aucune raison particulière de supposer que le terme taotie était déjà utilisé à l'époque des Shang.


En fait, le premier usage connu de ce mot est dans Zuo Zhuan (la première narrative chinoise couvrant l'histoire de la Chine de (-722 à -468 av J.-C.) où il est utilisé pour faire référence à 四凶, shi xiong à l'une des quatre créatures maléfiques du monde: un fils cupide et glouton du clan Jinyun, qui vivait à l'époque du mythique Empereur Jaune.


Néanmoins, l'association de l'expression taotie avec le motif sur les bronzes Zhou et Shang est assez ancienne.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 01-03-2017 à 07:27:13  (site)

Merci René, et bon mercredi en Chine, bises

2. monica-breiz  le 01-03-2017 à 15:09:03  (site)

heureusement il reste des traces pour prouver tout cela
bonne journée René

3. trublion  le 01-03-2017 à 16:02:00  (site)

je trouve aussi que cela ressemble à des masques

4. fanfan76  le 02-03-2017 à 01:38:12  (site)

Merci René, bon jeudi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 28-02-2017 à 07:04:38

volume 2 chapitre XIV page (69)

Mais tout d'abord un peu d'histoire.
Le style des bronzes chinois varie selon les époques, les objets en bronze du début de la période antique étaient lourds et réservés à un usage sacré.


Les livres rituels de la Chine Antique stipulent minutieusement les règles d'usage de ces objets sacrificiels.


Dans la période intermédiaire ils se démocratisent et s'allègent puis peu à peu prendront des formes gracieuses et complexes tout en gardant leur coté pratique.
Zhou (-256 à 1046).


Les chinois ornaient leurs bronzes principalement avec trois types de motifs : démons, animaux et symboles abstraits, surtout sous la dynastie.

Ornements
Les ornements sur les bronzes font partie intégrante du contenu spirituel des objets.
L'influence de la forme sur les sens humains est en soi un élément formatif et les décorations traduisent l'imbrication de la mythologie dans la réalité.


Les ornements sur les bronzes chinois sont très variés : les animaux sont très présents mais on trouve aussi des plantes, nuages, motifs géométriques, visages humains etc.


Ces ornements dégagent souvent une atmosphère solennelle et mystérieuse, qui découle certainement de la fonction sacrificielle et rituelle des bronzes dans la Chine antique.


Les ancêtres chinois croyaient que ces représentations pouvaient communiquer avec les dieux ou effrayer les démons.


C'est pourquoi ils utilisaient ces bronzes dans les temples pour repousser les mauvais esprits ou porter chance.


Certains grands bronzes portent également des inscriptions qui ont éclairé les archéologues sur l'histoire de la Chine.


Les premières inscriptions étaient coulées dans le bronze (c'est-à-dire que l'écriture était gravée avec un stylet dans l'argile humide du moule dans lequel le bronze serait ensuite coulé), tandis que les inscriptions ultérieures sont souvent gravées sur l'objet même.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 28-02-2017 à 07:12:45  (site)

Un peu comme avec les gargouilles sur les cathédrales, histoire de faire fuir les diables... merci René et bon merci en Chine, jill

2. trublion  le 28-02-2017 à 16:20:04  (site)

au départ des découvertes, c' est souvent comme ça !
avant de se démocratiser, il y a un passage par le mythique et les hautes classes

3. fanfan76  le 28-02-2017 à 22:07:58  (site)

Cela doit être très joli, les ornements sur le bronze, mes amitiés, René, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 27-02-2017 à 07:02:17

volume 2 chapitre XIV page (68)

À la fin des Shang, le bronze est encore une matière rare et un symbole de prestige, aussi le réserve-t-on au souverain et au culte.


Les vases rituels présentent des formes extrêmement variées, adaptées à leur usage.


Certains étaient destinés à la présentation des viandes et des céréales comme les tripodes ding et li, les bassins munis d'un pied gui et les coupes à couvercle dou.
D'autres servaient au vin du sacrifice, tels les zun ronds ou carrés, les calices élancés gu, les bouteilles hu, les guang, verseuses à couvercle orné d'une tête d'animal, et les jue, coupes tripodes aux extrémités effilées, décorées de deux montants se terminant par des sortes de champignons.


Enfin, certaines pièces ont une forme zoomorphe, tigre entre les pattes duquel se blottit un petit personnage.


À Zhengzhou, le décor des bronzes se limite à des motifs géométriques (triangles, spirales, cercles concentriques) et à des masques animaliers simples en léger relief.
En revanche, les motifs décoratifs se combinent à l'infini sur les vases d'Anyang, aux proportions harmonieuses et à la fonte parfaite.
Les formes animales, incisées ou en relief, parfois même en ronde-bosse, se détachent sur un fond gravé de spirales disposées en registres ou couvrant toute la surface.


Le motif le plus caractéristique est un masque aux yeux globuleux, dépourvu de mâchoire inférieure et portant des cornes (appelé plus tard taotie), auquel s'associe toute une faune, dragon, poissons, oiseaux huppés, tortues, cigales inscrites dans un cadre triangulaire, serpents et vers à soie.


Le goût des Shang pour la chasse a peut-être inspiré la richesse des thèmes animaliers.


Il est possible aussi que certains vases soient liés à la représentation des esprits mythologiques de la terre, élément primordial dans la civilisation agricole des Shang.
Au fil du temps, de nombreux types de vases ont été découverts.


Voici certaines des formes les plus courantes, que vous retrouverez pour la plupart dans les musées.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 27-02-2017 à 10:34:28  (site)

Merci René et bon lundi en Chine, bises

2. 56meldix77  le 27-02-2017 à 11:00:28

Bonjour RENE

pour aujourd'hui laissons le mois de février
se terminer dans un temps
a ne point nous satisfaire
malheureusement ce n'est qu'une suite
de dimanche, gris ,crachin et tristounet
je vous souhaite ce qui est le mieux
pour vous convenir en ce lundi

Amitiés

56MELDIX77  
Le Briard  Breton  

3. monica-breiz  le 27-02-2017 à 14:37:05  (site)

le bronze était un matériau fort beau et solide
bonne journée René

4. trublion  le 27-02-2017 à 16:08:20  (site)

le bronze est une évolution aux multiples possibilités !
Dans mon métier j' avais affaire avec une société Strassaker qui vendait des bronzes pour les cimetières ou pour la déco, et c' est là que j' ai vu que les bronzes de la concurrence résistaient mal au temps

5. fanfan76  le 27-02-2017 à 21:17:40  (site)

Bonjour René, c'est beau les objets en bronze, merci René, bonne soirée, bon mardi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 26-02-2017 à 07:09:31

volume 2 chapitre XIV page (67)

Grâce à ses fibres longitudinales qui lui donnent une résistance élevée en tension, il le bambou peut être utilisé pour remplacer l'acier comme armature dans les éléments de béton, telles que les poutres.


Tous les auteurs traitant de l'architecture s'accordent pour dire que les équations et les procédures de design pour le béton armé d'acier peuvent être employées de façon tout à fait sécuritaire pour la conception des poutres de béton armé de bambou.


Dans les équations, les valeurs rupture en tension, module d'élasticités reliées à l'acier sont remplacées par celle du bambou.


Les bambous sont aussi couramment utilisés pour de nombreux autres travaux de construction.


En Chine on construit des ponts faits d'un assemblage de grands bambous pour traverser les petits cours d'eau ou encore des ponts suspendus dont les câbles sont constitués de lanières torsadées de bambou refendu.


Dans l'ancienne Chine, des tubes de bambou étaient utilisés dans la fondation des maisons comme système de drainage, ils étaient posés sur un lit de pierre concassée.


Avec comme pour effet d'empêcher l'humidité de remonté dans les murs.


La métallurgie du bronze :
La métallurgie du bronze apparaît en Chine en -3000 av J.-C. et trouve sa plus belle expression dès la fin de la période Shang.


Les travaux récents sur la fonte des bronzes Shang, découvertes de moules en plusieurs parties servant à la fonte directe du métal, permettent peut-être de penser que cette technique fut inventée en Chine même et non pas, comme on le croyait auparavant, importée par la route des steppes.


En outre, les objets en bronze découverts à Zhengzhou au Henan sont antérieurs à ceux d'Anyang établissent une filiation avec le néolithique de la phase de Longshan.


La forme des vases reproduits en bronze des modèles plus anciens en terre cuite.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 26-02-2017 à 14:59:05  (site)

ce matin, en passant devant des haies de bambou, je me suis dit qu' ils grandissaient même pendant l' hiver !

2. monica-breiz  le 26-02-2017 à 23:54:52  (site)

un matériau vraiment intéressant
j 'en imaginais pas autant
bonne fin d ejournée René

3. fanfan76  le 27-02-2017 à 02:49:33  (site)

Formidable toutes ces utilisations avec le bambou, merci René, bonne semaine, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-02-2017 à 07:23:07

volume 2 chapitre XIV page (66)

Les propriétés mêmes de cette graminée géante lui permettent toutes les transformations et donc de multiples applications.


Les fibres qui le composent sont d'une résistance exceptionnelle et sa structure tubulaire autour d'un vide, renforcée par des cloisonnements, fait de lui une poutre caisson fine et légère capable de supporter des pressions considérables.


La fibre de bambou possède une résistance de 40 kilogrammes par millimètre carré, en comparaison, la fibre de bois résiste à 5 kilogrammes par millimètre carré et le fer de construction à 37 kilogrammes par millimètre carré.


Une barre d'acier d'un mètre de longueur et d'un centimètre carré de section et qui pèse 785 grammes supporte une charge de quatre tonnes avant d'atteindre son point de rupture.


Un morceau de bois de même longueur et de même poids, ayant une section de treize centimètres carrés, résiste à huit tonnes de pression.


Un bambou d'une longueur similaire présente une section de douze centimètres carrés, la différence de taille s'explique parce que le bambou est cylindrique, lui ne rompra qu'à partir de douze tonnes de charge.


L'instabilité dimensionnelle du matériau est l'une des principales limites de l'utilisation du bambou comme armature, cela signifie que certains traitements doivent être appliqués afin d'assurer la durabilité des pièces de bambou servant d'armature de béton, afin de préserver le matériau, les tiges doivent être traitées avant d'être transformées en armatures

.
Traditionnellement, ce traitement consiste à immerger le bambou dans l'eau stagnante pendant trois mois afin de dissoudre l'amidon ainsi que les autres substances nuisibles à la conservation des tiges.


Il convient par la suite d'enduire les surfaces d'un produit imperméabilisant avant qu'elles n'entrent en contact avec le béton frais.


Soumis à des conditions d'humidité, le bambou devient un matériau hygroscopique : il absorbe l'humidité du béton et subit un important gonflement suivi d'un retrait lors du séchage.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 25-02-2017 à 07:33:24  (site)

Merci encore René et belle journée en Chine, bises

2. trublion  le 25-02-2017 à 16:24:04  (site)

c' est étonnant, quand on pense que la tige est creuse !
ça me fait penser au roseau qui résiste mieux que le chêne

3. trublion  le 25-02-2017 à 16:24:27  (site)

c' est étonnant, quand on pense que la tige est creuse !
ça me fait penser au roseau qui résiste mieux que le chêne

4. fanfan76  le 26-02-2017 à 04:02:36  (site)

Merci René, bon dimanche, c'est mon anniversaire ce jour... Bises, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 24-02-2017 à 07:37:45

volume 2 chapitre XIII page (65)

Sous la dynastie Zhou (-1100 à -300 av. J.-C.), on utilisait des petites tiges de bambou comme cannes à pêche, les événements historiques étaient consignés sur les grosses tiges fendues en bandes, on faisait des instruments de musique en bambou,  et les pousses de bambou accompagnaient les plats de viande et de poisson.


Sous la dynastie Jin (313-420), plus de 200 outils agricoles et objets d'usage courant étaient fabriqués en bambou.


Il y a environ 1100 ans, les jeunes tiges de bambou étaient utilisées pour faire de la pâte à papier, le papier de bambou amélioré était considéré en Chine comme le meilleur pour la peinture et l'écriture.


Des très fin filaments de bambou tressé mis sur un cadre aussi en bambou servait de tamis pour la pâte à papier, de même ses filaments tressé enveloppais les théières en porcelaine comme protection et isolation thermique.


Autrefois, les arcs et les flèches de bambou étaient des armes de guerre redoutables, et les premiers canons ont été faits de tiges de bambou lorsque la poudre a été inventée en Chine.


En médecine on utilise des tronçons de bambou comme ventouse.


1879 Thomas Edison dépose le brevet de l'ampoule électrique à base de filament en bambou du Japon sous faible voltage dans une ampoule de verre sous vide, après avoir testé 6 000 substances végétales.


C'est une partie de la grande aventure du bambou dans le monde dit moderne.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 24-02-2017 à 07:45:40  (site)

J'apprends pour Edison et son filament en bambou... merci René et bon vendredi en Chine, jill

2. monica-breiz  le 24-02-2017 à 15:08:40  (site)

donc le bambou est excellent pour beaucoup de choses
je suis contente j aime les bambous

3. trublion  le 24-02-2017 à 16:06:05  (site)

c' est vrai qu' il y a aussi les instruments de musique et les flèches !

4. fanfan76  le 24-02-2017 à 22:17:20  (site)

Et quelle aventure pour le bambou, merci j'adore entendre parler de cette merveilleuse plante...
Merci René pour toutes ces explications, bises, bon week-end, ici grand soleil ! ça fait du bien. fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 23-02-2017 à 07:19:39

volume 2 chapitre XIII page (64)

Il n'est guère de maison où l'on ne trouve des objets faits de ce matériau, lits, chaises, coffres, paniers, balais, baguettes à riz et même chapeau.


Les bambous sont utilisés dans la construction de maisons, de clôtures, de ponts lancés au-dessus des torrents de montagne et de radeaux. Leur verdure et leur grâce embellissent les villages, les sites touristiques et les lieux historiques, tandis que leurs cépées vigoureuses affermissent les digues le long des fleuves.


Le bambou est la principale source de nourriture du panda géant, il peut en consommer jusque 30 kg par jour, ceci en raison de la faible valeur énergétique du bambou.


Il y a quelque 6000 ans, le caractère zhu désignant le bambou était gravé sur des poteries de la culture néolithique de Yangshao.


On trouve trace de leur emploi dès le néolithique, comme le montrent les nattes et vanneries en bambou découvertes dans les ruines de Hemodu et Shishan dans la province du Zhejiang, qui remontent à 4 800-5 300 ans.


Les bambous sont étroitement associés à la civilisation chinoise.


Avant l'invention du papier, les caractères chinois étaient écrits sur des lames de bambou les découvertes les plus anciennes faites à ce jour remontent à la période des Royaumes combattants (-475 à -221 av. J.-C.).


Dans le projet de conservation des eaux du Dujiangyan, vieux de 2000 ans et toujours en service dans la province du Sichuan des gabions en bambou remplis de pierres étaient utilisés pour retenir l'eau lors de la construction des digues et des barrages.


Des tuyaux de bambou amenaient l'eau aux terres cultivées, il a, en effet, joué un rôle capital dans le développement de la culture et de la civilisation chinoise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 23-02-2017 à 07:35:05  (site)

Merci René et bon jeudi en Chine, bises

2. trublion  le 23-02-2017 à 16:11:38  (site)

J' ai même vu d' incroyables échafaudages !
Une chance que ce bambou

3. monica-breiz  le 24-02-2017 à 00:15:18  (site)

super utile ce bambour
bonne soirée René

4. fanfan76  le 24-02-2017 à 03:23:47  (site)

J'aime toutes tes explications sur ce merveilleux bambou, merci René, je savais que la nourriture principale du panda était le bambou mais pas tout le reste, amitiés, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 22-02-2017 à 07:15:28

volume 2 chapitre XIII page (63)

La récolte des bambous se fait quand ils ont 3 ans ou plus, quand ils sont les plus résistants, ils sont coupés en lamelles de 8 mm d'épaisseur en usine, les lamelles sont aplaties, blanchies dans de l'eau bouillante puis traitées avec des fongicides avant d'être séchées dans des fours.


En collant les lamelles entre elles, on obtient des panneaux en bambou dont on peut faire des parquets, des contreplaqués, des meubles.


Le haut de la tige du bambou sert à fabriquer du papier ou des baguettes.
La fibre de bambou contient un agent anti-bactérien naturel, elle laisse également échapper la transpiration.


Ces deux qualités font que le bambou est de plus en plus utilisé pour le textile, de blouses anti-bactériennes pour infirmières à des vêtements en viscose de bambou (pulpe traitée chimiquement).


Sur le plan nutritif, les jeunes pousses sont comestibles et riches en potassium et vitamine A elle peuvent contenir jusqu'à 17 acides aminée.


Certaines feuilles servent aussi à la fabrication de boissons fermentées et d'alcool, les pousses, succulentes, servent à confectionner des plats délicats; séchées, elles peuvent être consommées plus tard.


Les feuilles de bambou fournissent un remède contre la fièvre, et le suc sécrété par les nœuds des tiges calme les nausées.


Dans la culture chinoise, le bambou symbolise la douceur, la modestie et la sérénité.
Un cinquième des bambous existant dans le monde se trouve en Chine soit 300 variétés occupant une superficie totale de 20000 km2.


On ne peut guère voyager dans le pays sans en voir partout, sous une forme ou une autre.
L'emploi des bambous est surtout répandu au sud du Yang-tse.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 22-02-2017 à 07:20:11  (site)

Merci encore René et bon mercredi en Chine, jill

2. trublion  le 22-02-2017 à 16:18:07  (site)

je savais, même pour les pousses de bambou, par contre, j' ignorais qu' on en faisait aussi de l' alcool et un remède

3. fanfan76  le 22-02-2017 à 17:17:02  (site)

Que de propriétés intéressantes pour le bambou ! Bonne fin de journée, bonne soirée, bises, fanfan

4. monica-breiz  le 23-02-2017 à 00:42:14  (site)

merci RENE
Le bambou est fort intéressant comme plante et en plus trés beau
kénavo

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article