Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 22-05-2017 à 06:46:58

volume 2 chapitre XXI page (152)

Le dragon représente l'empereur.
Selon la légende, l'empereur est le fils dragon du Ciel, mais seul l'empereur peut être représenté par un dragon jaune, ou doré.


Le phénix représente l'impératrice, car cet oiseau fabuleux au plumage superbe est, dit-on, immortel, dans le Palais impérial, les dragons et les phénix en bronze servent de brûle-parfum, on y brûlait alors du bois de santal, on mettait du bois par une fente sur le dos des animaux et une fumée odorante s'échappait de leur bouche.


L'empereur :
Le pouvoir incontesté du souverain est admis par tous, aux yeux des Chinois, l'exercice de la souveraineté n'a jamais été que l'accomplissement d'un mandat émané du ciel ou de la raison supérieure qui y réside, l'empereur a une sorte de délégation de ce pouvoir suprême, aussi est-il appelé le fils du ciel.


Le Ciel, disent les Chinois, et son père, la Terre sa mère, l'histoire chinoise nous montre que l'idée prédominante et fondamentale de l'ancienne politique chinoise, c'est l'action ou l'intervention du Ciel dans tous les événements qui se produisent ici-bas, quant au véritable principe du gouvernement, ce n'est pas le despotisme, ni l'absolutisme, c'est le patriarcat, l'empereur a toujours été considéré comme le père et la mère du peuple, l'autorité souveraine est entourée d'un respect et d'une vénération sans limites.


Pour les Chinois, l'empereur n'est pas un homme, c'est un être supérieur, un saint, la parole impériale doit être toujours acceptée sans discussion, sans analyse, sans commentaires, pas de politique intérieure, lorsqu'un mandarin lis un édit de l'empereur on se prosterne pour écouté.


Pour la politique extérieure, la Chine s'est tenue longtemps dans un isolement voulu au point de vue politique et commercial, du haut de sa grandeur, le dragon impérial a méprisé pendant des siècles les autres souverains du globe.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 22-05-2017 à 06:55:23  (site)

Eh oui côté mépris des autres souverains... ce n'était pas très ouvert sur les autres, merci René et bon lundi en Chine;..

2. trublion  le 22-05-2017 à 14:26:06  (site)

On peut dire qu l' empereur est le prophète permanent du ciel sur terre

3. fanfan76  le 22-05-2017 à 18:44:42  (site)

MERCI René, bonne fin de journée et soirée, bon mardi, fanfan

4. monica-breiz  le 23-05-2017 à 00:06:16  (site)

l empereur à choisi son totem la puissance du dragon

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 21-05-2017 à 07:38:56

volume 2 chapitre XXI page (151)

Beaucoup plus importante était la fête du Nouvel An proprement dite, à cette occasion, les Chinois avaient coutume de brûler de l'encens en l'honneur des esprits, pour les inviter à descendre sur terre, et de tirer de grands feux d'artifice.


Les princes, les ducs, les fonctionnaires et les gardes de l'antichambre impériale pouvaient accéder librement à la Cité interdite pour offrir leurs félicitations au souverain dans la salle de la Suprême Harmonie.


Le Fils du Ciel était assis sur son trône, entouré d'une cinquantaine de personnages de premier rang, tandis que sur les marches de l'estrade se tenaient, debout, les princes et les nobles, placés selon la position qu'ils occupaient dans la hiérarchie.


Dans la cour qui s'étend devant le pavillon, on trouvait les mandarins, vêtus de leurs habits de cérémonie, l'empereur offrait à chacun une bourse sur laquelle étaient gravés les huit symboles précieux du bouddhisme (la roue de la loi, la coquille, l'ombrelle, le baldaquin, le lotus, la jarre, le poisson et le noeud mystique).


La réception terminée, les participants regagnaient leur demeure pour remettre les augures à leurs proches.


Des cérémonies analogues se déroulaient dans la même salle le jour du solstice d'hiver, à l'occasion de l'anniversaire de l'empereur et lors des victoires militaires.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 21-05-2017 à 07:55:49  (site)

Merci René... au plaisir, jill

2. fanfan76  le 21-05-2017 à 22:59:05  (site)

De belles fêtes étaient organisées, mes amitiés, bon lundi, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 19-05-2017 à 06:20:44

volume 2 chapitre XX page (150)

Le palais de la cite interdite abrite au centre le trône impérial, entouré de brûle-parfums en cloisonné.


Au-dessus du trône est accroché un panneau portant une inscription en 4 caractères Zheng Da Guang Ming (Loyauté et Clarté), ce message sert de devise à l'empereur pour la conduite personnelle et la domination du pays.


Emblème de longévité et de sagesse surhumaine, les grues sont les coursiers volants des immortels, leur autre moyen de locomotion céleste étant les nuages, la grue est censé également porter les âmes des morts au Ciel.


Les grues volant dans le ciel symbolisent une élévation de statut, la grue de bronze sise devant la Salle de l'Harmonie suprême signifie la longévité de l'empereur.


La majesté du trône n'admet que des ornements simples, nobles et augustes comme elle-même, les cadres et les peintures n'entrent jamais dans la décoration des grands appartements impériaux, les peintures sont reléguées dans les cabinets, les galeries et les salles des jardins.


Des rites particuliers se déroulaient dans la Cité interdite en présence du souverain et de la Cour, le premier mois de l'année lunaire était marqué par la fête de la veille du Nouvel An, durant laquelle le Fils du Ciel, installé dans la salle d'audience, recevait de bon matin l'hommage des membres de la famille impériale et des hauts fonctionnaires vivant à la Cour.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 19-05-2017 à 06:40:52  (site)

Merci René et bon vendredi en Chine, jill

2. trublion  le 19-05-2017 à 14:40:49  (site)

il ne saurait y avoir d' empereur sans trône !
Ils ont les grues, nous avons le cigognes

3. fanfan76  le 19-05-2017 à 19:01:33  (site)

Alors passez Qing et toi René, une bonne journée pour ce mariage dans votre famille...
Tous mes vœux et félicitations aux jeunes mariés.
Mes amitiés, bises à tous les deux, fanfan

4. monica-breiz  le 20-05-2017 à 00:17:33  (site)


bonne journée de mariage
j aimerais bien voir le trône
bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 18-05-2017 à 06:26:29

volume 2 chapitre XX page (149)

Au centre de l'escalier qui conduit au palais de l'Harmonie Suprême, se trouve une longue dalle sculptée de dragons, flottant parmi les nuées sont sculptés dans un bloc de granite monolithique (16,57 m de longueur, 3,07 m de largeur, 1,70 m d'épaisseur) pesant près de 250 t.


A cette époque le matériel est rudimentaire, ce qui rend encore plus remarquable toute les constructions de la cité interdite, le compas pour tailler les pierres de base de colonne.


L'équerre pour mettre la pierre en angle parfait, le théodolite pour l'alignement, le cordeau s'utilise en tendant fortement la cordelette, de manière à former une ligne droite.


On écarte ensuite à la main la cordelette de la surface, puis on la relâche brusquement, elle reprend sa place par élasticité, et claque contre la surface, déposant une marque de poudre, cela trace une ligne bien droite.


Utilisé par les, maçon, carreleur, menuisier, décorateur.


Le Xiezhi est un animal fabuleux de la mythologie chinoise ce trouve devant plusieurs bâtiments, il est sensé distingué le juste de l'injuste, il exprimait la volonté impériale de punir le mal et d'encourager le bien.


Le trône
On découvrit dans le dépôt du Palais impérial un grand fauteuil en bois laqué d'or et sculpté de motifs de nuages et de dragon, le siège d'origine de l'empereur.


Dans la Chine antique, la couleur pourpre représentait les nuages de bon augure, et selon la légende, l'empereur céleste habiterait le Palais Pourpre, la Constellation du Pourpre symbolise l'empereur, ainsi pour rehausser le prestige du Palais impérial, on l'appelait la Cité Pourpre Interdite.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 18-05-2017 à 06:34:10  (site)

Eh oui le fameux cordeau du jeu mystère... merci René et bon jeudi en Chine, jill

2. monica-breiz  le 18-05-2017 à 14:10:05  (site)

très intéressant René merci

3. trublion  le 18-05-2017 à 14:37:34  (site)

On ne peut qu' être surpris par la perfection des réalisations compte tenu de l' époque !

4. fanfan76  le 18-05-2017 à 22:37:29  (site)

Merci René, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-05-2017 à 06:41:25

volume 2 chapitre XX page (148)

Seul l'empereur pouvait franchir le pont central, les deux autres de ses côtés ne pouvaient être empruntés que par la famille impériale, même l'impératrice ne pouvait emprunté le pont central, et les deux suivants par les hauts dignitaires.


Enfin, les deux ponts excentriques étaient réservés à l'usage des fonctionnaires de la Cour, des gardes et des serviteurs.


Devant la Porte, à chaque côté se dresse un huabiao, grosse colonne sculptée en marbre blanc surmontée d'un lion de pierre accroupi comme le celui qui garde les portes.


Le huabiao 华表est un énorme pilier sculpté en marbre blanc et pesant plus de dix tonnes, habituellement constitués de quatre composant.
Le socle carré est décoré de bas-reliefs représentant des dragons, lotus et autres symboles de bon augure.


Au-dessus, une colonne décorée d'un dragon enroulé, ainsi que des nuages, flanqué au sommet de deux ailes, il est surmonté d'un animal fabuleux accroupi en forme de lion, appelé hou, l'un des neuf fils du Dragon dont le rôle était selon la croyance populaire de communiquer l'état d'esprit de la population vers le Ciel.


Tout son corps est couvert de nuages sculptés parmi lesquels serpente un énorme dragon, devant et derrière la Porte Tian An Men on compte quatre piliers en tout.


Les deux colonnes de derrière étaient appelées celles d'appel à la sortie de l'empereur, les hou, les yeux fixés vers le nord face à la cour impériale, ayant pour mission de rappeler à l'empereur de sortir écouter les doléances du peuple quand il s'attardait trop longtemps chez l'impératrice ou les concubines.


Celles de devant, dont les animaux ont les regards vers le sud, portaient le nom de l'attente du retour de l'empereur en tournée d'inspection.


Ils ont alors été érigés à proximité des palais, des tombeaux notament roche des tombeaux Ming, mais aussi des portes de la ville.


C'est durant la dynastie Han que le nom Huabiao est apparu.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 17-05-2017 à 07:09:57  (site)

Merci encore René, billet intéressant comme tjs, bon mercredi en Chine, jill

2. trublion  le 17-05-2017 à 15:12:40  (site)

à chacun son pont alors !
Ces colonnes doivent être impressionnantes avec leurs sculptures, et toujours le dragon en symbole !

3. fanfan76  le 17-05-2017 à 23:59:04  (site)

Toujours de magnifiques sculptures, merci René, bon jeudi, fanfan

4. monica-breiz  le 18-05-2017 à 00:53:36  (site)

il reste des traces c'est donc trés intéressant
merci René

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 16-05-2017 à 06:40:06

volume 2 chapitre XX page (147)

Les éléments de symbolisme zoomorphique pour représenter le pouvoir impérial sont disséminés partout toute la Cité Interdite.


Ainsi, le couple impérial, représenté par le dragon comme élément masculin et le phoenix comme élément féminin, est omniprésent dans la décoration et a été trouvé sur des objets remontant à plus de trois mille ans.


De même, les couples de lions en bronze gardant certaines portes symbolisent la suprématie naturelle du pouvoir impérial sur l'espèce humaine.
Le mâle tient sous sa patte une balle qui symbolise l'unité impériale et la femelle un lionceau, symbole de fertilité.


Les rangées d'animaux qui semblent monter la garde à chaque coin de toiture ont aussi une signification, le premier et le plus grand de ces animaux mystiques serait le fils du dragon roi des mers, supposé contrôler les eaux et donc protéger les édifices impériaux du feu, les autres créatures fabuleuses, dont la taille et le nombre décroissent selon l'importance du bâtiment.


Au pied de la porte passe une douve, appelée la Rivière des Eaux d'Or, enjambée par sept ponts en marbre blanc à balustrades, ces ponts sont légèrement incurvés, avec un tablier s'élargissant aux extrémités.


Ils sont très élégants que leurs courbes tranchent auprès de la masse imposante de la Porte Tian An Men, la traversée des ponts de marbre suivait la même hiérarchie que celle des couloirs d'accès de la Porte.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 16-05-2017 à 08:12:57  (site)

Merci René et bon mardi en Chine, jill

2. trublion  le 16-05-2017 à 14:39:18  (site)

il faut dire que les animaux choisis et représentés, sont vraiment représentatifs !

3. fanfan76  le 16-05-2017 à 17:37:44  (site)

Un beau travail réalisé avec ces animaux !
Merci René, bonne fin de journée avec amitié, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-05-2017 à 06:40:29

volume 2 chapitre XX page (146)

Il est ainsi employé de manière plus ou moins visible dans toute la Cité Interdite, les clous qui décorent les portes sont composés de neuf rangées de neuf, les tours qui surplombent les quatre coins de la Cité Interdite sont soutenues par neuf poutres et dix-huit colonnes.


Le nombre exact de pièces dans la Cité Interdite est 9999,5, on ma souvent demandé, (pourquoi pas 10000), la réponse est très simple, le terme dix mille est uniquement réservé a l'empereur.


Ainsi lors d'une audience, on se prosterne et on dit (dix mille vies, dix mille, dix mille vies).


Le pavillon des Dix Mille Printemps, construit en 1535, doit son nom au fait qu'il est dédié à l'empereur, en l'honneur duquel on poussait le cri augural dix mille vies.


Avec sa partie supérieure circulaire et sa partie inférieure de forme carrée, ce kiosque incarne la conception chinoise ancienne de l'univers.


L'origine de l'association entre la couleur jaune et le pouvoir impérial viendrait de la croyance qui fait du Fleuve Jaune le berceau de la civilisation chinoise, cette couleur représente aussi la terre dans la représentation symbolique de l'univers.


Mais d'autres couleurs telles le vert et le rouge sont aussi utilisées dans la Cité Interdite, la couleur verte dans les bâtiments réservés aux officiels de la cour, et le rouge, symbole de bonheur et de solennité, pour les portes.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 15-05-2017 à 07:36:00  (site)

Merci René... belle journée en Chine, jill

2. trublion  le 15-05-2017 à 14:41:34  (site)

le neuf en chiffre symbolique, mais le 10 000 réservé à l' empereur !
Remarque ça n' engage à rien de lui souhaiter 10 000 vies !

3. monica-breiz  le 15-05-2017 à 14:59:16  (site)


ce doit être trés beau à voir
merci RENE

4. fanfan76  le 15-05-2017 à 20:11:07  (site)

On retrouve le rouge pour le bonheur !
Bonne soirée, bon mardi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 14-05-2017 à 07:09:37

volume 2 chapitre XIX page (145)

D'après des documents historiques, durant le règne de l'empereur Jiajing des Ming, en trois ans, on n'a fabriqué que 50000 briques d'or.


A l'époque des Qing, une brique d'or coûtait 1 hectolitre de riz, transportées à Beijing, les briques (nommée brique d'or) mais pas en or bien sur, subissait encore un dernier contrôle.


Selon les normes de fabrication, chaque brique devait pouvoir émettre un tintement sonore et ne contenir aucune bulle d'air.


Les grosses briques utilisées pour la construction des murs d'enceinte de la Cite interdite furent fabriquées à Linqing, dans le Shandong.


Dures et lisses, ces briques ont chacune une longueur de 50 cm, une largeur de 25 cm et une épaisseur de 12 cm.


Résidence de l'Empereur ou (Fils du Ciel), la Cité Interdite fut construite selon les principes de géomancie chinoise, le (Feng shui).


Chaque élément de cette énorme structure en suit les règles, la plus importante étant l'orientation Nord-Sud, la science occulte de numérologie joue aussi un rôle considérable dans l'architecture de la Cité Interdite.


Puisque les nombres impairs étaient considérés comme des éléments masculins et les pairs comme des éléments féminins, le nombre neuf le plus grand des nombres impairs, était par conséquent associé au pouvoir impérial suprême.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 14-05-2017 à 07:13:50  (site)

Merci encore, on en apprend tous les jours ici... ,-)

2. trublion  le 14-05-2017 à 13:51:06  (site)

je ne suis pas étonné quand on voit le temps qu' on met pour fabriquer une brique !

3. fanfan76  le 15-05-2017 à 00:41:28  (site)

Alors je retiens, les nombres pairs comme éléments féminins, j'aime les nombres pairs... Amitiés, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 13-05-2017 à 07:05:11

volume 2 chapitre XIX page (144)

Les arbres abattus étaient descendus d'abord par les crues des hautes montagnes, avant d'être transportés à Beijing par voie fluviale, il faut savoir que les anciens bâtiments de style traditionnel sont construits en bois.


Cependant les colonnes de bois enfoncées dans la terre, qui supportent la toiture, sont sujettes à la pourriture, a l'époque, on choisit d'envelopper ces colonnes dans des murs épais.


Mais le problème n'était pas résolu, on allongea alors les avant-toits qui protégeaient les murs du soleil et de la pluie, cependant, l'intérieur des salles était devenu très sombre, car la lumière y pénétrait difficilement.


Pour faciliter l'écoulement de la pluie de la toiture, on a accru l'inclinaison de celle-ci, mais les chutes d'eau rapides abîmaient également les fondements.


Pour résoudre ce problème, les architectes anciens ont incliné profondément le sommet pour lui donner ensuite une forme concave et l'eau s'écoule des quatre côtés, ainsi, non seulement l'eau de pluie coule beaucoup moins rapidement, mais on a aussi un bâtiment nettement mieux éclairé.


Les quatre angles relevés embellissent en outre la toiture, tout en lui conférant un aspect imposant.


Les grosses briques carrées utilisées pour paver le sol sont appelées briques d'or, elles ont été fabriquées principalement à Suzhou.


Le processus de fabrication était compliqué, d'abord, il fallait sécher, moudre, puis tamiser et pétrir la terre argileuse avant de l'introduire dans les moules.


Au bout de huit mois, on entassait les briques crues dans les fours alimentés par des branches de sapin, la cuisson durait 130 jours, et les briques bien cuites devaient encore être trempées dans de l'huile d'abrasion.


Lisses et lumineuses, ces briques se caractérisent, encore aujourd'hui, par leur résistance à l'usure.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 13-05-2017 à 14:49:03  (site)

tous les problèmers ont été résolu l' un après l' autre, mais je suis sidéré par le temps qu' il fallait pour faire des briques

2. fanfan76  le 13-05-2017 à 21:51:35  (site)

C'était long pour fabriquer ces briques mais elles sont résistantes ! bon dimanche, mes amitiés, fanfan

édité le 13-05-2017 à 15:54:19

3. colea  le 13-05-2017 à 22:08:38  (site)

J'ai grâce à toi l'explication de la forme traditionnelle des toits chinois. Super!
amitié,
léa

4. monica-breiz  le 14-05-2017 à 00:35:39  (site)

des pavés d ebois je connait le spavés d e pierres bien sur
kénavo rené

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 12-05-2017 à 06:39:07

volume 2 chapitre XIX page (143)

Le site monumental, qui fut la demeure des empereurs durant près de 500 ans, s'élève sur d'énormes fondations en pierre blanche.


Ces blocs de roche massive, dont le poids peut atteindre plus de 200 tonnes, ont été autrefois extraits des carrières de Fangshan et transportés jusqu'au site de construction.


Pendant longtemps, chercheurs et historiens se sont demandés par quels moyens les ouvriers de l'époque étaient parvenus à acheminer de telles masses sur d'aussi longues distances.


En effet, les carrières se situent à environ 70 kilomètres de la Cité Interdite et un transport d'une telle envergure relève de l'exploit.


Mais une nouvelle étude, menée par des chercheurs de l'Université des Sciences et Technologies de Beijing, semble avoir élucidé le mystère, c'est avec de la glace pour limiter les frottements, celle-ci suggère que le transport des pierres se serait fait le long de routes de glace artificielles, à l'aide de traîneaux en bois.


Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont étudié des documents anciens décrivant l'acheminement d'un rocher de 120 tonnes métriques destiné à réparer trois grandes salles du palais impérial en 1557, soit plus d'un siècle après la finalisation des travaux.


Les résultats de leurs travaux, publiés dans la revue Proceedings de la National Academy of Sciences, font part d'une méthode très ingénieuse consistant à creuser des puits tous les 500 mètres le long du parcours.


Ces puits permettaient ainsi de verser sur la voie de l'eau qui, sous l'effet des très basses températures gelait, réduisant ainsi considérablement les forces de frottements entre le chargement traîné et la route.


50 hommes au lieu de 1500 le rocher de 49 m³ a été transporté à Beijing en quatre semaines, pour une vitesse moyenne d'environ huit centimètres par seconde.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 12-05-2017 à 06:46:40  (site)

Merci encore René et belle journée en Chine, jill

2. trublion  le 12-05-2017 à 14:05:16  (site)

IL n' y a pas qu' en France qu' on a des idées, et ce transport sur glace montre que les chinois n' en manquaient pas !
Il n' en reste pas moins que c' est extraordinaire

3. fanfan76  le 12-05-2017 à 23:40:56  (site)

Oui en effet c'était très ingénieux !
Bon week-end, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article