Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 11-06-2017 à 07:05:45

volume 2 chapitre XXV page (172)

Les astronomes chinois anciens ont maintenu pendant des siècles, une observation méthodique et assidu du ciel qui leur a permis de découvrir de nombreux phénomènes célestes (explosions d'étoiles, taches solaires, orientation de la queue des comètes) bien avant leurs homologues européens.


Les textes de leurs observations sont conservés dans une multitude de ouvrages anciens, les chroniques chinoises, tenues à jour et transmises au fil des générations.
Cette bibliothèque astronomique, sans aucun équivalent dans toute autre culture est encore un trésor pour les astronomes modernes.


La découverte du reste d'explosion d'étoiles G347.3-0.5 par le satellite ROSAT en 1996 a donné l'idée à l'astronome chinoise Wang Ren Zhu et ses collègues de l'Université de Nanjing de faire le rapprochement avec un évènement noté par les astronomes chinois en l'an 393 de l'ère moderne.


Quelques grandes dates de l'astronomie chinoise :
-2608 av. J.-C. Les chroniques relatent la construction d'un observatoire astronomique.


-1700 av. J.-C. La plus ancienne mention d'éclipse est gravée sur une écaille de tortue, en mésopotamie en -356 av.J.c, en occident seulement au XII siècles.


-613 av. J.-C.
Première trace attestée d'une observation de comète dans la chronique de l'État de Lu, le grecque Aristode en -384 av.j.c.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 11-06-2017 à 07:13:46  (site)

L'astronomie a tjs passionné l'homme... la preuve, merci René et bon dimanche en Chine...

2. trublion  le 11-06-2017 à 13:40:48  (site)

on ne peut qu' être admiratif quand on imagine sans instruments performants

3. monica-breiz  le 11-06-2017 à 14:38:08  (site)


on ne peut que être admiratifs
de ces savants et observateurs qui nous ont laissés leurs connaissances

4. fanfan76  le 11-06-2017 à 19:55:25  (site)

En fait je n'étais pas d'accord avec l'aberration d'un créateur qui n'a pas fini son travail? Mais j'ai surement mal compris ce que tu voulais dire...
Bonne semaine, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 10-06-2017 à 07:17:04

volume 2 chapitre XXV page (171)

Règle générale, les baguettes ont environ 25 cm de long, il y en a de toutes sortes, les plus simples sont en bambou ou en bois, les plus raffinées sont en bois laqué, en os, ou en ébène, plus rares, en ivoire et en argent.


Les lettrés chinois admiraient les efforts que firent les missionnaires dans leur pratique des règles difficiles de la politesse, dans la connaissance des Classiques chinois et de la langue écrite.


En revanche, à cette époque, d'autres Chinois considéraient les Occidentaux comme une menace pour l'empire du Milieu, le futur va leur prouvé qu'il n'avais pas tord.


Deux cents ans plus tard, à partir de la guerre de l'opium, l'Occident bat pour la première fois l'empire de Chine, la haine et l'humiliation ressenties par les Chinois, après le saccage du palais d'été, ont forgé une image des Occidentaux (militaires, commerçants, diplomates, missionnaires compris) de diables, d'où leur appellation (Gui lao), ce qui signifie (Fantôme ou spectre).


Cette appellation a perduré jusqu'à aujourd'hui mais en déviant souvent vers un sens ludique et sympathique.


La Chine a construit et a gardé, jusque récemment, une structure du pouvoir qui est censée être totale à l'écard de l'organisation de la société et de l'univers, de l'espace et du temps.


La distinction entre autorité politique et autorité religieuse (comme les rois et les papes) est perçue en Chine comme une vulgaire abérration.


Une aberration, pour le simple fait, qu'il n'y a pas de religion en Chine, depuis des millénaire, les chinois savent que l'univers n'est pas fini, que les constellations sont toujours en mouvement, d'où l'aberration d'un créateur qui n'a pas fini son travail.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 10-06-2017 à 07:38:36  (site)

J'aime bien la fin du billet, merci René, bon samedi en Chine...

2. trublion  le 10-06-2017 à 14:52:47  (site)

et oui, l' univers est en perpétuelle transformation !
à la place des chinois j' en aurai aussi beaucoup voulu aux occidentaux

3. fanfan76  le 10-06-2017 à 22:10:30  (site)

Ben évidemment, je ne peux pas être d'accord car je suis catholique et croyante !
Amitiés, bon dimanche, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 09-06-2017 à 06:41:52

volume 2 chapitre XXIV page (170)

L'invention des baguettes chinoises est attribuée au dernier des cinq empereurs mythiques, fondateur de la première dynastie des Xia, Yu le Grand.


Le début de l'utilisation des baguettes a beaucoup de légende :
Une légende raconte qu'il y a longtemps, par peur de l'empoisonnement, un roi chinois nommé Zou faisait goûter tous ses plats par sa concubine favorite Daiji.
Un jour, le roi était affamé mais le plat était trop chaud, pour Daiji qui retira deux baguettes de ses cheveux pour attraper la nourriture.


Le roi adopta la technique et la coutume s'imposa dans tout le pays.


Les historiens, eux, présument que, dans la haute Antiquité, comme les Chinois coupaient déjà leurs aliments en petites bouchées, ils ont dû très vite casser les tiges de bambou en deux pour manger sans se brûler.


Une autre légende raconte également qu'un empereur chinois qui redoutait que l'on ne l'assassine, fit interdire les fourchettes et les couteaux.


Afin d'éviter de manger avec les doigts, on inventa alors les baguettes, qui se répandirent ensuite partout en Orient.


Une autre légende raconte, qu'un jour où il était impatient de manger de la viande qui était en train de mijoter sans se brûler les doigts, il arracha deux brindilles d'un arbre et s'en servit comme d'une pince, ce qui donna naissance aux baguettes.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 09-06-2017 à 07:12:25  (site)

Bon chez nous, plat pays, c'est trop bon de manger les frites en cornet avec les doigts, clin d'oeil de jill ;-)

2. trublion  le 09-06-2017 à 15:07:33  (site)

donc au départ, c' est parce que les aliments étaient trop chauds pour être saisis avec les doigts

3. monica-breiz  le 10-06-2017 à 00:02:41  (site)

j adore les baguettes , je trouve que c'est trés élégant de manger avec lolll
mais je ne sait pas le faire

4. fanfan76  le 10-06-2017 à 02:16:52  (site)

Ah j adore les légendes, je garde la deuxième. Bon weekend, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 08-06-2017 à 06:37:29

volume 2 chapitre XXIV page (169)

De nos jours, dans les banquets, les baguettes peuvent être posées à leur place, à droite du convive, les baguettes ne doivent être déposées horizontalement autrement dit de droite a gauche devant vous, sauf si les convives de rang supérieur ont fait de même.


Ceci contredit l'ancienne règle, car les baguettes ne devaient jamais être en direction de l'hôte.


L'utilisation des baguettes, dans les règles du savoir vivre chinois :
Dans les mains des Chinois, les baguettes remplissent toujours une fonction quasi magique, avec les baguettes, il est facile de prendre des mets préparés ou des fèves de soja.


Inscrite dans le Cérémonial officiel de Chine, cette technique magique simple doit bien remonter à plus de 4000 ans.


En Chine, l'utilisation des baguettes ne consiste pas seulement à prendre des mets en morceaux préhensiles, elle sert aussi à illustrer la position sociale et l'étiquette officielle.


Par ailleurs, elles ont aussi, à l'occasion, causé des malheurs inattendus.
Par exemple, ce fut le cas pour Tang Su, un fonctionnaire de l'époque des Song du Nord (960-1127).
Un jour qu'il accompagnait l'empereur dans un banquet, par mégarde, il offensa l'empereur en déposant ses baguettes veticalement sur la table.


D'après le protocole, déposer ses baguettes verticalement, autrement dit en direction de l'empereur était un crime, cela correspondait en effet à traiter l'empereur de façon non convenable et à résister à sa supériorité, un peu comme montré du doigt, cette faute très grave ne lui fut pas pardonnée, il fut par conséquent déporté à la frontière.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 08-06-2017 à 06:58:08  (site)

Quand nous allons derrière chez moi chez l'asiatique, je prends couteau/fourchette, je devrais essayer les baguettes, bon jeudi René...

2. trublion  le 08-06-2017 à 14:34:28  (site)

et bien, il me faudra pas mal d' entraînement pour que ça devienne une technique simple

3. monica-breiz  le 08-06-2017 à 19:57:26  (site)


L ART DE DRESSER LA TABLE AUSSI
chacun ses coutumes

4. fanfan76  le 08-06-2017 à 23:16:35  (site)

Et bien il valait mieux bien connaître la position correcte des baguettes !
MERCI René, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-06-2017 à 07:04:43

volume 2 chapitre XXIV page (168)

D'après l'étiquette de la cuisine traditionnelle chinoise, dans les banquets.
On ne doit pas faire :
fan zhen gkuai, qiao kuai, gong kuai, ci kuai, mi kuai, yi kuai, tao kuai, jiao cha kuai, tui pan kuai et tian kuai.


Fan zheng kuai
: tenir ses baguettes l'une de façon normale et l'autre inversée (ce qui signifie que le ventre affamé prend tout à gré).


Qiao kua
i : frapper le bol, l'assiette ou la table avec les baguettes (devenir fou comme un mendiant).


Gong kuai
: planter les baguettes dans les aliments (évoque une cérémonie funèbre).


Ci kuai : utiliser les baguettes comme une fourchette (se conduire grossièrement).


Mi kuai : hésiter à prendre des plats en prenant ses baguettes (mal élevé).


Yi kuai : prendre de la nourriture et la remettre dans le plat (manquer de politesse).


Tao kuai : avec les baguettes, creuser un trou pour chercher de la nourriture par l'intérieur (mauvaise habitude).


Jiao cha kuai : prendre un mets en même temps qu'un autre convive (être pressé de manger).


Tui pan kuai : avec les baguettes, pousser le bol ou l'assiette (jouer comme un enfant).


Tian kuai : nettoyer les baguettes à coups de langue (se rendre ridicule).

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 07-06-2017 à 07:06:38  (site)

Ben dites-donc on en apprend ici à table... ,-)

2. trublion  le 07-06-2017 à 14:49:24  (site)

Même pas la peine que j' essaie de manger avec des baguettes, la seule fois où j' ai essayé, j' ai balancé des boulettes dans toutes les directions !

3. fanfan76  le 08-06-2017 à 01:02:38  (site)

Attention avec les baguettes ! Il ne faut pas faire d'erreur !...
Amitiés, René, bon jeudi, fanfan

4. monica-breiz  le 08-06-2017 à 01:57:35  (site)

je suis trop maladroite pour me servir de baguettes j ai quand même essayé lol

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 06-06-2017 à 06:51:24

volume 2 chapitre XXIV page (167)

D'après les Mémoires sur les Rites, à un banquet, on devait s'abstenir de manger et de boire de façon excessive ou comme une personne mal élevée, on devait bien mastiquer, avaler lentement et s'abstenir de produire des bruits importuns, on ne devait pas remettre dans le plat de la nourriture qu'on avait prise, à la table de banquet, on ne devait pas gruger un os.


Lorsque porte un toast, pour les femmes, comme a cette époque les manches était longue, la femme devait se cacher le visage avec sa manche pour boire.
Également pour les femmes, suite à une histoire drôle, elles devaient mettre la main devant la bouche pour rire.


On devait prendre la soupe tout doucement après le repas.


On devait aussi s'abstenir de se curer les dents au cours du repas, si cela était inévitable, on devait dissimuler le geste avec la main.


On ne devait pas assaisonner de nouveau la soupe pour faire preuve de ses connaissances.


À un banquet, on ne devait pas se lamenter sur ses problèmes, il fallait plutôt oublier tous ses ennuis, ce qui répond bien encore aujourd'hui à la conception de la gastronomie chinoise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 06-06-2017 à 06:54:58  (site)

Diplomatie à table aussi !!! Merci René et belle journée en Chine

2. AVEC LA PHOTO  le 06-06-2017 à 10:19:50

Bonjour  René

Un dernier jour de week-end 
Avec un fort vent et un maximum de 22°.
a 4 heures ce matin le vent s'affaiblit
mais la pluie est toujours là.

Bon mardi par chez vous,

Amitiés

56MELDIX77   
Le Briard    Breton   

3. trublion  le 06-06-2017 à 14:33:03  (site)

Tout un cérémonial, le contraire des orgies romaines !

4. Aimée  le 06-06-2017 à 14:57:54  (site)

Il y a bien des choses qui existait c'est sur et qui existe peut être encore....

J'ai passé 6 ans dans un pensionnat de jeune fille, éduquée par des soeurs.

On devait s'abstenir de manger et de boire de façon excessive ou comme une personne mal élevée, on devait bien mastiquer, avaler lentement et s'abstenir de produire des bruits importuns, on ne devait pas remettre dans le plat de la nourriture qu'on avait prise, à la table de banquet, on ne devait pas gruger un os.

Les femmes, jeunes filles que nous étions devaient mettre la main devant la bouche pour rire.

On devait aussi s'abstenir de se curer les dents au cours du repas, si cela était inévitable, on devait dissimuler le geste avec la main.

Nous le faisons toujours....

J'aime bien, tous ces gestes et rites de la bienséances, qui pour certains se perdent.

Bises tous les deux.
Aiméesmiley_id117184

5. monica-breiz  le 06-06-2017 à 23:57:41  (site)

bonsoir
eh bien cela s appelle le savoir vivre
excellent
kenavo RENE

6. fanfan76  le 07-06-2017 à 02:37:17  (site)

Je suis assez d'accord pour oublier les soucis lors d'un repas ! MERCI René, amitiés, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 05-06-2017 à 06:25:27

volume 2 chapitre XXIV page (166)

L'hôte donnait le signal du début du repas en servant les invités qui se trouvaient à sa droite et à sa gauche, à l'aide des baguettes se trouvant sur un couvert à part.
Dans les banquets, à droite du couvert, on trouvait de petits bols pour l'alcool.


Le repas se terminait avec des fruits servis soit à table, soit sur les tables basses devant les fauteuils de réception.


Manger ensemble.
L'étiquette demandait aux convives de distinguer entre les personnes de rangs supérieur et inférieur, le principe fondamental consistait à considérer les personnes de rang supérieur comme le cœur d'un banquet ou d'un repas.


Ce sont toujours ces derniers qui dirigeaient le repas et les personnes de rang inférieur cherchaient à leur être agréables.


Cette règle fut inscrite dans les Mémoires sur les Rites, il y a déjà plus de deux mille ans, l'un des trois Cérémonials classiques, compilés tardivement sous les Han antérieurs.


Pour la politesse, avant de prendre le repas, les personnes de rang inférieur s'asseyaient plus en arrière, pour la propreté, elles devaient ne s'approcher de la table qu'au cours du repas.


Les personnes de rang supérieur devaient guider les autres à exprimer leurs remerciements sincères pour les faveurs obtenues du Ciel et de leurs ancêtres, en attendant les aliments et la venue des hôtes, les convives devaient rester debout pour manifester leur politesse.


Si le maître servait de la nourriture à un convive, celui-ci devait la recevoir avec intérêt.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 05-06-2017 à 06:43:08  (site)

Voilà qui est dit, merci René, bon lundi en Chine

2. AVEC LA PHOTO  le 05-06-2017 à 10:47:12

Bonjour RENE

Troisième et dernier jour

du week-end de pentecôte

Avec un temps moyen et très lourd

pour la pluie ce n'est encore que goutte

même s'il en faut pour la terre

nous ne nous plaignons point

le reste de la semaine suffira

Beau et bon lundi

Amitiés

56MELDIX77
Le Briard Breton

3. trublion  le 05-06-2017 à 14:06:37  (site)

Les premiers servis étaient donc les personnages de haut rang, les autres devaient suivre leur exemple

4. monica-breiz  le 05-06-2017 à 23:15:52  (site)

des codes de politesse qu il fallait savoir
kenavo René

5. fanfan76  le 06-06-2017 à 00:03:15  (site)

Merci René, amitiés, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 04-06-2017 à 07:19:19

volume 2 chapitre XXIII page (165)

À cause de ses nombreuses prescriptions et interdictions, on peut dire que le banquet de la cour impériale paralysait les convives, rien que d'apprendre les formules obsolètes qui étaient requises, cela pouvait exiger six ou douze mois d'efforts.


La salle de banquet était sous la surveillance des fonctionnaires de garde, le convive qui enfreignait la discipline était sanctionné conformément au règlement.


Le nombre total de caractères chinois dans le célèbre ouvrage de stratégie écrit par Sun zi n'est que de quelque cinq mille, alors que le nombre total de caractères chinois des formules périmées à retenir pour un banquet de la cour impériale dépassait même dix mille.


Il y a plus de deux millénaires, la doctrine confucéenne préconisait que l'application des rites confucéens permettrait de gouverner le pays et de dispenser l'éducation civique.


Dans son recueil des ouvrages, Sun zi (313-238 av. J.-C) a écrit, (Sans rites, les gens ne pourront vivre, les affaires ne pourront se régler et l'État ne pourra pas réaliser la stabilité).


Les règles originelles de la cuisine traditionnelle chinoise pourraient remonter aux rites sacrificiels, en tant que pierre angulaire, la classe dominante et la noblesse, s'y intéressait tout spécialement, tout comme pour le banquet de la cour impériale, la carte d'invitation devait être distribuée d'abord à l'invité.


Autrefois, selon le protocole classique, la place d'honneur était en face de la porte d'entrée et les convives s'asseyaient successivement dans l'ordre, à gauche et à droite, ou à l'est et à l'ouest de cette place, l'hôte le faisait en dernier.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 04-06-2017 à 07:41:27  (site)

Non merci, je ne viendrai pas manger-là, sourire, bon dimanche René, jill

2. trublion  le 04-06-2017 à 13:15:12  (site)

il fallait connaître le protocole ou ne pas se faire remarquer!
L' ambiance devait être à la méfiance !

3. fanfan76  le 05-06-2017 à 03:47:44  (site)

Il ne fallait pas se tromper, sinon gare aux représailles ! Bon lundi, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 03-06-2017 à 07:11:26

volume 2 chapitre XXIII page (164)

Les importantes cérémonies et le public constitué de militaires et de civils étaient reçus dans trois grands halls construits sur une terrasse élevée du sud au nord le long de l'axe central de la Cité Interdite.


La somptuosité de leur construction, de même que leur situation centrale, était l'expression du respect au pouvoir impérial.


Derrière ces trois halls principaux se trouvaient les palais des empereurs et impératrices, ainsi que les nombreux auxiliaires des cours centrales.


Cette configuration était l'expression du concept confucéen du public devant, privé derrière.


La classe dirigeante de l'ancienne chine pratiquait la polygamie, avec une femme principale et de multiples concubines dans une même famille.


Seulement l'impératrice, en tant que seule et unique épouse officielle de l'empereur, avait ses quartiers situés sur l'axe central vénéré de la Cité Interdite.


Les résidences des concubines impériales se trouvaient dans douze cours intérieures à l'est et l'ouest de la ligne centrale, cet aménagement était la représentation graphique de la supériorité de l'épouse principale dans ses relations avec les concubines.


L'organisation de la ville entrait dans les fonctions de l'administration centrale, et rares étaient les villes où les plans de développement urbain n'existaient pas, toujours en suivant le principe du feng shui.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 03-06-2017 à 07:15:46  (site)

Merci René, bon W-E en Chine, jill

2. trublion  le 03-06-2017 à 14:14:04  (site)

séparer est une façon de se faire respecter

3. fanfan76  le 04-06-2017 à 03:05:32  (site)

MERCI et bon dimanche pour Qing et toi René, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 02-06-2017 à 06:44:43

volume 2 chapitre XXIII page (163)

Le meilleur endroit pour contempler la Cité Interdite se situe en haut d'une colline qui la surplombe, nomée la Colline du Charbon (Jing Shan) offre le meilleur point de vue de la Cité, cette colline n'est pas naturelle, elle a été érigée avec la terre des douves qui entourent la Cité Interdite, et celle des douves intérieur.


C'est le nom que l'on donne au palais impérial (Gugong) où personne n'est entré pendant plus d'un demi millénaire.


Autrefois les hauts dignitaires, leurs serviteurs mais également l'empereur, le Fils du Ciel, y résidèrent, derrière l'enceinte protégée par des murs de couleur rouge cendrée, on pouvait imaginer l'activité qu'il y régnait.


Au son de la tour du tambour toute la communauté des mandarins, se précipitait pour l'audience du matin, là, agenouillés, la tête baisée et orientée vers le trône du dragon, ils écoutaient attentivement le fils du ciel.


L'endroit où l'empereur traitait les affaires officielles était localisé à l'avant du complexe de la Cité Interdite.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 02-06-2017 à 06:48:42  (site)

Je ne sais si j'irais un jour en Chine, je n'ai pas encore tout vu de mon propre pays, mais merci pour les conseils, belle journée, jill

2. trublion  le 02-06-2017 à 14:02:43  (site)

vu la surface occupée par cette cité, je comprends qu' il faut prendre de la hauteur pour avoie une vue d' ensemble

3. anaflore  le 02-06-2017 à 14:35:27  (site)

la vanité de l'humain ......bon wk

4. fanfan76  le 03-06-2017 à 03:30:02  (site)

MERCI René, bon week-end pour Qing et toi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article