Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 01-07-2017 à 07:12:57

volume 2 chapitre XXXIX page (192)

Ce système qui supporte les bords du toit en saillie, avec la technique ci-dessus mentionnée qui a l'avantage de donner à l'architecture chinoise une allure allégée, esthétiquement intéressante, et une meilleure principalement en bois, revêtue en quelque sorte de briques et de tuiles, cela est typique de l'architecture chinoise traditionnelle.


Il est à signaler que, ce type de construction résiste assez bien aux séismes, mais craint beaucoup l'incendie, c'est partiellement pour cette raison que de nombreux édifices de la Chine antique n'ont malheureusement pas subsisté jusqu' à nos jours.


Cependant, cette structure a pu donner libre cours à l'esprit créateur des architectes chinois pour la conception de la toiture, partie importante de leurs constructions traditionnelles.


Ainsi le toit des maisons chinoises peut former deux pans, quatre pans, et les auvents peuvent être constitué de couches superposées pour donner naissance à une très belle (toiture à doubles auvents) propre à la Chine, les toits en forme conique et les coupoles existent aussi.


A part la voûte, qui est assez peu employée par rapport aux autres formes, on trouve toutes sortes de toitures dans l'architecture en Chine.


Quant aux tuiles qui couvrent les toits de ces maisons, on peut constater qu'elles sont en général grises, du fait qu'elles sont peu cuites.

 

D'autres couleurs sont assez rares, pour les constructions les plus importantes, les palais impériaux par exemple, les tuiles vernissées et colorées sont très souvent employées, en jaune pour la famille impériale, en bleu ou vert pour les édifices religieux, en gris pour le peuple, ces couleurs marque en réalité une classification de l'importance des bâtiments chinois, et leur rôle social.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 01-07-2017 à 09:01:35  (site)

Ok pour les tuiles, côté couleur en effet si peu cuite, merci René !

2. trublion  le 01-07-2017 à 14:25:02  (site)

et ce qui fait que les toitures sont une curiosité en Chine, d' autant qu' elles sont aussi décorées !

3. fanfan76  le 02-07-2017 à 02:05:24  (site)

Bonsoir René, bon dimanche pour Qing et toi René, bises, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 30-06-2017 à 07:09:55

volume 2 chapitre XXXIX page (191)

Architecture et disposition:
La toiture peut avoir les bords relevés vers le ciel, et elle possède, pour soutenir des auvents, un système de corbeaux à plusieurs bras appelé (Dou gong) système développé depuis l'époque Han de l'est, (25 à 220, la technique Dou gong斗拱, à la base même de l'architecture antique chinoise, en effet, le Dou gong est une sorte de système de consoles insérées entre le haut d'une colonne et une traverse, cette technique qui permettait de rendre les bâtiments plus solides, plus résistants.


Un dou gong 斗拱 est une pièce de construction en bois, en forme de crochet, qui est unique à l'architecture chinoise, comme d'autres ornements décoratifs, le dou gong est à l'origine pensé pour répondre à un besoin réel de construction, de ce fait, il est un type d'élément intermédiaire entre une colonne et une poutre.


Son ajout a pour objectif d'étendre la zone de contact entre les deux éléments, répartissant ainsi la force exercée sur elles afin de soutenir les toitures, souvent lourdes et surchargées.


Depuis au moins la dynastie des Zhou Occidentaux (1050-771 av J.C), ils étaient placés entre le sommet d'une colonne et une poutre transversale pour supporter les toits concaves des constructions en poutres étagées qui sont l'archétype de l'architecture Chinoise, chaque dou gong est formé de bras doubles en forme d'arc (拱, gong), supportés par un bloc de bois (斗, dou) de chaque côté.


Les dou gong étaient aussi utilisés pour la décoration et l'apparat plutôt que dans un but entièrement pragmatique de support, tel que sur les solides pagodes de briques, ce montage assez particulier ne recourt pas à l'utilisation de clous pour assembler ses petites pièces en bois, (tout est chevillé).

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 30-06-2017 à 13:26:42  (site)

Merci René et bon vendredi en Chine, jill

2. trublion  le 30-06-2017 à 14:29:12  (site)

élargir la base de contact pour plus de portance tout en restant décoratif, c' est bien pensé

3. monica-breiz  le 30-06-2017 à 23:19:15  (site)

j aime bien ces toitures à bords relevés c'est très élégant
bonne soirée René

4. fanfan76  le 01-07-2017 à 03:14:31  (site)

MERCI René, bon samedi, mes amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 29-06-2017 à 06:27:53

volume 2 chapitre XXXVIII page (190)

Dans les maisons plus riches s'élèvent encore au milieu de jardins, de très somptueux pavillons vers lesquels on monte par quelques marches qui leur servent de base, l'ensemble de la construction de ces pavillons est du plus bel effet, ils sont construits dans cette architecture singulière dont l'élégante originalité est telle qu'elle était dans les siècles passés, telle qu'elle sera longtemps encore.


La forme gracieusement concave des toitures recourbées aux angles, et qui s'appuient si légèrement sur des piliers de bois sur un fût de pierre, le haut du pilier soutient le chapiteau.


Dans les jardins, verdoie et s'épanouit toute la flore chinoise, des palmiers, des citronniers, des myrtes, toute une armée de cactus aux dards aigus, des cameliers, des magnolias et une infinie variété d'arbustes, parmi les fleurs, huit ou dix espèces de lys d'une beauté incomparable, le yeng yeng, cette fleur délicieuse, dont le parfum enivre, le splendide nelumbo que l'on considère comme une plante sacrée.

 

L'olivier odorant, le dragonnier pourpre qui fournit le bois de fer, l'amarante, le goyavier, le figuier banian au feuillage toujours vert, et par dessus tout, cette reine des fleurs que les poètes comparent aux femmes les plus belles, cette préférée des parterres chinois, à qui les jardiniers consacrent des soins infinis et qui l'emporte sur toutes ses rivales en beauté, en éclat, en ampleur, la pivoine arborescente.


La cour intérieur contient une jolie collection de bonsaïs plus que vénérable, héritage de la famille depuis de nombreuse génération, le centre de la cour possède une pièce d'eau, qui recueille l'eau de pluie, cela en cas d'incendie.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 29-06-2017 à 06:36:12  (site)

Ah joli, ça fait rêver, merci René et bon jeudi en Chine

2. trublion  le 29-06-2017 à 14:17:11  (site)

j' aimerai pouvoir chez moi aussi, agrémenter mes parterres de toutes ces fleurs extraordinaires, mais en provenance de Chine, je n' ai qu' un lys qui fait des fleurs superbes et odorantes

3. fanfan76  le 30-06-2017 à 03:57:28  (site)

Merveilleux toutes ces jolies fleurs, plantes et arbres...
Bon vendredi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 28-06-2017 à 07:41:45

volume 2 chapitre XXXVIII page (189)

Autour des murailles règne une frise très riche de couleur et d'or, ce sont de petits personnages en bois sculpté, des chevaux, des paysages, de grandes inscriptions sur fond rouge décorent aussi les parois, le caractère chinois est par lui-même décoratif, et les fils du Céleste Empire aiment à avoir sous les yeux les préceptes, les maximes, les pensées de leurs anciens sages.


De belles lanternes pendent du plafond, derrière le banc d'honneur se déploie un grand paravent en bois de fer incrusté de nacre, le banc d'honneur est une sorte de grande table basse entourée de trois côtés d'une petite balustrade, des coussins plats et fort durs sont posés sur le fond du banc en marbre enchâssé dans le bois ramagé, deux petits traversins servent à appuyer les coudes, et la table, semblable à un large tabouret, qui sépare le visiteur de son hôte, est destinée à supporter les tasses et le thé.


Un épais tapis en poil de chameau s'étend sur le sol, des tables et des chaises en marbre et en bois de fer, cette matière extrêmement dure que l'on travaille si merveilleusement à Guangzhou, sont rangées sur deux lignes, deux grandes glaces, soutenues par des supports magnifiquement sculptés, complètent l'ameublement, ces cadres sont en métal.


Il y en a de ronds comme la pleine lune, et qui font un effet pittoresque sur le dos d'un dragon, ou entre les griffes d'un chien fantastique.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 28-06-2017 à 10:54:40  (site)

Merci René, belle journée en Chine, jill

2. trublion  le 28-06-2017 à 14:14:48  (site)

heureusement qu' il y a cet épais tapis, parce que je trouve le confort assez spartiate !
Agréables aussi toutes ces décorations !

3. fanfan76  le 28-06-2017 à 23:55:21  (site)

Merci René, bon jeudi, fanfan

4. monica-breiz  le 29-06-2017 à 01:15:35  (site)

j aime bien la description du banc d' honneur
kenavo rené

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 27-06-2017 à 07:13:30

volume 2 chapitre XXXVIII page (188)

C'est aux poutrelles entrecroisées sous ces auvents que l'on suspend les grosses lanternes ovoïdes sur lesquelles est écrit d'ordinaire le nom du propriétaire de la maison.


Votre hôte a enlevé la haute planche du seuil de l'entrée, en signe de déférence à votre égard, en effet cette haute planche oblige le commun des mortels, de faire une haute enjambée pour entrer.


Ensuite vous contourné le mur de brique gris sculptée, de motif floraux, qui cache la vue sur l'intérieur de la maison, montons quelques marches, et pénétrons dans le salle de réception, après avoir admiré la superbe guirlande de feuillage et de fruits d'or qui encadre la porte jusqu'à mi-hauteur des chambranles, une légère balustrade ferme seule le seuil, et lorsqu'on l'a franchi, on se trouve dans un étroit péristyle qui communique directement avec le salon et semble en faire partie.


Si vous êtes un visiteur de condition inférieure vous ne dépasserez pas ce péristyle et c'est à genoux que vous devrez adresser la parole au maître du lieu qui, assis sur le banc d'honneur au fond de l'appartement, ne vous prêtera qu'une attention distraite et dédaigneuse, mais si vous êtes mandarin comme lui, il agira tout autrement, il se précipitera à votre rencontre, vous accablera de politesses et vous entraînera avec les marques de la plus vive affection vers le banc d'honneur, où il vous fera asseoir à sa gauche.


On servira aussitôt le thé, les sucreries, les pipes, et tandis que l'hôte vous demandera avec le plus profond intérêt des nouvelles de toute votre glorieuse famille, vous pourrez examiner la salle de réception, elle est assez vaste, éclairée sobrement par des châssis découpés à jour, où s'enchâssera, l'hiver, la coquille transparente d'un mollusque, le (placuna) l'huître de fenêtre, dans la pièce un parfum délicat y flotte, qui émane des bois précieux dans lesquels sont taillés les meubles.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 27-06-2017 à 13:52:26  (site)

et bien, il faut être de la même condition pour profiter au mieux des soins de l' hôte !

2. jill bill  le 27-06-2017 à 14:21:41  (site)

Je prendrai volontiers une tasse de thé... ;-) quant à ma famille, elle va bien, merci !

3. monica-breiz  le 27-06-2017 à 21:59:25  (site)

les us et coutumes , il faut avoir les codes
bonne soirée pour toi

4. fanfan76  le 28-06-2017 à 02:00:06  (site)

On fréquente là aussi, les personnes de la même condition sociale, ce qui en fait est souvent le cas !...
MERCI René, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 26-06-2017 à 07:06:38

volume 2 chapitre XXXVIII page (187)

La structure proprement dite est en briques, puis s'élèvent là-dessus des colonnes en bois vernissées, lesquelles sont reliées entre elles, à leur sommet, par des poutres qui les traversent de part en part pour les fixer, et supporter la charpente.


Une charpente réalisée de poutrelles superposées et pannes, sur lesquelles sont posés les chevrons, l'ensemble formant deux pentes laissant s'écouler l'eau de pluie, comme dans la plupart des constructions dans le monde.


Les colonnes sont posées sur des blocs de pierre, creusé en leur centre, pour recevoir une rotule en bronze, les colonnes sont inclinées d'environs 3° vers l'intérieur du bâtiment, ce qui permet en cas de tremblement de terre, à toute la structure de bougé, les murs de brique, peuvent tombé, tout le bâtiment ne s'éffondre pas, il est très rare qu'une maison possède une cave, les maisons chinoises, se composent d'une suite de bâtiments séparés par des cours, et affectés chacun à un usage particulier.


Par contre certaine maison peuve avoir un passage secret, pour fuir en cas d'attaque.


Imaginons un petit voyage dans le temps, votre chaise à porteur s'arrête devant la maison de votre hôte, bien sur vous êtes attendu, deux serviteurs ouvrent les lourdes portes de bois.


Devant la maison deux gros lions de pierre garde l'entrée, ceux-ci vous indiquent déjà le rang de votre hôte, les chevrons des toits dépassent l'aplomb des murs et les dessous de ces avancements sont le prétexte de jolies décorations, qui très souvent racontent l'histoire de la famille ou bien sa devise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 26-06-2017 à 07:13:04  (site)

En chaise à porteur, en effet remontons... dedans ! Merci René, belle journée en Chine !

2. trublion  le 26-06-2017 à 13:57:22  (site)

on peut en effet s' y imaginer, et c' est rassurant de savoir que même lors d' un tremblement de terre, la maison ne s' effondrera pas !

3. monica-breiz  le 26-06-2017 à 23:25:19  (site)

je m imagine devant cette belle porte
et la chaise qui s 'arrête devant les deux lions de gardiens
kenavo RENE

4. fanfan76  le 27-06-2017 à 03:13:17  (site)

MERCI René, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-06-2017 à 07:00:01

volume 2 chapitre XXXVIII page (186)

Une haute muraille entourait toute la ville, avec trois portes à l'est, à l'ouest et au sud, des remparts, et deux entrées au nord de la ville, des vestiges archéologiques attestent que les voies principales, qui formaient un axe nord-sud et est-ouest à travers la ville, mesuraient 28 mètres de large, les rues secondaires faisaient 14 mètres et les ruelles 7 mètres.


L'ordonnancement de la ville était extrêmement rigoureux, avec des rues et des quartiers nettement démarqués.


Les matériaux de la maison :
L'architecture chinoise traditionnelle suit presque toujours un même schéma, il existe d'abord une terrasse en terre battue, pour la fondation la terre est battue par deux hommes qui manipulent un tronçon d'arbre lier par un cordage, travail assez pénible, ensuite on pose un lit de petite pierre.


Puis des tubes de bambou percé pour l'écoulement de l'eau, c'est le drainage, de nouveau un autre lit de pierre, une chape de mortier, ensuite on monte les murs, spécification de certaine maison de Guangzhou, les murs sont recouvert de coquille d'huître, ce qui crée un vide ventilé et une isolation thermique, contre la chaleur ou le froid.


L'utilisation des briques, argile et farine de riz cuite à 1100 degrès, ce qui leur donne une dureté exceptionnelle, le mortier servant à sceller les briques de la muraille de Chine contenait du riz gluant.


Ce mortier est réalisé à partir d'une soupe de riz gluant (amylopectine, un hydrate de carbone complexe) et de chaux (carbonate de calcium), ce qui expliqué aussi la grande longévité de la grande muraille.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 25-06-2017 à 12:54:53  (site)

Argile et farine de riz, j'apprends pour la brique ! Merci René...

2. trublion  le 25-06-2017 à 13:34:21  (site)

on ferait bien de s' en inspirer, parce que notre ciment résiste bien moins longtemps !
Je n' en revient pas des largeurs des voies d' accès !

3. monica-breiz  le 25-06-2017 à 14:19:08  (site)

trés intéressant de voir les matériaux de constructions employés
bon dimanche René

4. fanfan76  le 25-06-2017 à 21:18:49  (site)

Je me souviens que tu nous avais parlé de la composition de la brique : farine de riz cuite et de l'argile...
Intéressants ces matériaux qui résistent au temps, et ce très utile bambou ...
Merci René, bonne semaine, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 24-06-2017 à 06:50:05

volume 2 chapitre XXXVII page (185)

Revenons au cours de l'histoire chinoise de l'architecture dans les temps anciens.
Dadu, capitale des Yuan a été conçue à grande échelle, Beijing, la capitale des dynasties Ming et Qing qui suivirent, fut construite sur les ruines de la capitale des Yuan et la Cité interdite sur l'emplacement de l'ancien palais des Mongols.


La ville de Dadu fut construite au XIIIe siècle selon les principes du grand classique de Confucius, pour concevoir une capitale, il faudra qu'elle repose sur un terrain carré mesurant neuf li de côté un li est égal a 500 mètres soit 4,5 kilomètres, avec trois portes de chaque côté de ses remparts.


Il devra y avoir neuf rues et neuf avenues, suffisamment larges pour que neuf charrettes de chevaux, côte à côte, puissent y passer.


Le palais se situera au cœur de la ville, avec le temple ancestral sur la gauche, le temple des dieux sur la droite, les bureaux à l'avant, et la place du marché à l'arrière.


En 1267, Qubilai Khan le premier empereur de la dynastie Yuan transfère sa capitale sur un site qui comporte beaucoup de qualités géomantiques et géographiques, en suivant les règles du feng shui.


Ainsi naît Khanbaliq la ville du Khan, en chinois Dadu, la Grande Capitale, avec un périmètre de 30 kilomètres, sur le site de l'actuelle Beijing.
Il lui fallut douze ans, pour faire cette ville se trouvait sur un espace carré et couvrait une superficie d'environ 50 km².

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 24-06-2017 à 14:05:33  (site)

ce qui fait qu' on retrouve toujours le même shéma

2. fanfan76  le 25-06-2017 à 00:21:01  (site)

MERCI René, bon dimanche pour Qing et toi, bises, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 23-06-2017 à 06:43:04

volume 2 chapitre XXXVII page (184)

L'astronome Geng Shou chang construisit la première bague équatoriale permanente -52 av J.-C., et les astronomes FuAn et JiaGui ajoutèrent, en 84 AP J.-C. une seconde bague pour indiquer l'écliptique.


En 125, Zhang Heng, l'inventeur du sismographe, ajouta une bague pour le méridien et une autre pour l'horizon, à partir de cette période existait donc une véritable sphère armillaire.


Zhang Heng n'était pas vraiment satisfait, vers l'an 132, il construisit une sphère mue par la force hydraulique, une roue à aubes emplissait une clepsydre (horloge à eau) et y maintenait une pression constante.


La sphère tournait lentement et régulièrement, Zang Heng fit une sphère armillaire et la dressa dans une chambre close.


On donna l'ordre de fermer les portes, les observateurs, délégués auprès du veilleur de la plate-forme de l'observatoire, dirent que la sphère de Zhang Heng montrait telle et telle étoile à l'horizon, une autre exactement à sa culmination ou encore cette autre se couchant, tout fut trouvé en exacte correspondance avec le phénomène réel.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 23-06-2017 à 06:52:20  (site)

Merci René et bon vendredi en Chine !

2. trublion  le 23-06-2017 à 14:38:24  (site)

L' imagination est sans borne !

3. monica-breiz  le 24-06-2017 à 00:29:10  (site)

belle invention une horloge à eau
bonne soirée rené

4. fanfan76  le 24-06-2017 à 02:29:23  (site)

MERCI René et bon week-end, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 22-06-2017 à 07:42:04

volume 2 chapitre XXXVII page (183)

Pour faire tout cela, ils avaient besoin d'instruments, déjà experts dans la fonte des métaux, ayant inventé le fer, ils construisirent d'impressionnants instruments de bronze et de fer.


Ceux-ci étaient constitués de grandes bagues de métal, précisément graduées, les différents cercles célestes étaient figurés par différentes bagues se croisant les unes les autres et formant le squelette d'une sphère.


Nous appelons ces sphères des sphères armillaires.
Une bague figurait bien entendu l'Equateur, un autre le méridien, dont le grand cercle passe par le pôle.


Ces instruments comportaient des tubes de visée, au travers desquels on pouvait observer telle étoile particulière.


Le tube était mu le long de la bague équatoriale jusqu'à ce que l'étoile choisie soit isolée.


Ensuite, on reportait les degrés comptés sur la bague méridienne, on connaissait alors la position exacte de l'étoile et on savait à quel segment du ciel elle appartenait.


Avec de tels moyens, les cartes devinrent d'une grande précision, le ciel devint un ensemble ordonné de constellations, digne de la meilleure astronomie.


De nos jours, les grands télescopes modernes sont toujours construits et orientés selon les mêmes principes des bagues armillaires.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 22-06-2017 à 08:01:04  (site)

Merci René... chapeau à toute invention, sans qui pas de progrès !

2. trublion  le 22-06-2017 à 13:42:30  (site)

ils ont vraiment été les précurseurs de l' astronomie, on ne fait qu' améliorer le principe

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article