Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 12-08-2017 à 06:11:40

volume 2 chapitre XXXXV page (222)

Pour vous faire une idée de la taille de la maison, sachez qu'après que le clan Wang ait déserté les lieux en 1937 lors de l'invasion de la Chine par les japonais, les paysans locaux se sont emparés des lieux et 212 familles et 600 personnes vivaient dans la (maison).


Construite sur un coteau de lœss au nord du village de Jingsheng dans le district de Lingshi au Shanxi, la résidence des Wang est située à 12 km du chef-lieu de district et à 150 km au sud de Taiyuan, capitale de la province, donnant sur le sud, elle offre un large champ de vision.


Sous le règne Huang qing (1312 - 1313) de la dynastie des Yuan, un jeune homme appelé Wang Shi quitta le village de Gouying pour s'installer à Jing sheng.


En dehors des travaux des champs, il vendait du fromage de soja, peu à peu, ses descendants devinrent commerçants et fonctionnaires, les biens de la famille Wang devinrent de plus en plus importants et son nom de plus en plus connu, finalement, elle construisit une résidence somptueuse réputée pour être la première résidence de Chine.


D'une dimension considérable, la résidence des Wang comprend les parties de l'est et de l'ouest et le temple de la Piété filiale et de la Loyauté (Xiaoyici), totalisant 34650 m².


Les maisons sont disposées à l'intérieur de façon ingénieuse et rationnelle, on voit partout dans la résidence des sculptures sur bois, pierre et briques.


Les auvents, les supports en tasseaux, les murs écrans, les socles de poteau, les niches de bouddha, les tambours de pierre, les portes et les fenêtres sont tous finement sculptés, la résidence combine la magnificence des bâtiments de la Chine du Nord et l'élégance de ceux du Sud.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 12-08-2017 à 07:29:29  (site)

Sacrée taille de quoi loger 600 personnes c'est dire, merci René, belle journée...

2. trublion  le 12-08-2017 à 14:48:24  (site)

l' aboutissement d' une famille qui a réussi dans la vie.
au final presqu' un musée cette demeure

3. lacalobra  le 12-08-2017 à 19:59:08  (site)

ben punaise ça devait être monumental, nos chateaux à côté sont de la gniogniote lol..
bibi du samedi, courses faites, on s'attaque à la cuisine maintenant.. un bizou flo

4. fanfan76  le 12-08-2017 à 21:33:18  (site)

Et bien c'était vraiment une grande maison, beaucoup de personnes ont trouvé un toit !...
Amitiés, bon dimanche, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 11-08-2017 à 06:37:22

volume 2 chapitre XXXXV page (221)

Les chevrons épousent la courbure du toit, des chevrons d'avant-toit permettent une avancée du toit, puis, en couverture, viennent les voliges qui sont enduites soit de plusieurs couches d'argile soit de minces bardeaux, avant de recevoir les tuiles en demi canal, posées partie convexe vers le ciel, le joint étant recouvert par une autre tuile, partie concave vers le ciel.


La maison de Wang
: 王家大院
Le clan Wang ce Perpétuera sur 27 générations et 680 années, quand on voit la taille de la maison de la famille Wang, on devine que l'argent n'était absolument pas une ressource rare dans le clan Wang.


La maison de la famille Wang comprends 2078 habitations et 231 cours imbriquées les uns dans les autres incluant des écoles le tout protégé par un mur d'enceinte de plus de 10 mètres de haut, une famille très importante à l'époque des Qing, les Wang ont laissé en héritage un domaine de 150000 m².


Bâtie entre 1762 et 1811, la maison Wang a été élevée au rang d'Héritage culturel provincial et est aujourd'hui un musée de l'art architectural local.


Une sorte de petite ville, l'ensemble de ce lieu, est calqué sur la forme de la tortue, la tête et la queue, l'axe nord Sud, et les pattes, les axes Est et Ouest, dans la grande cour, les yeux de la tortue c'est deux puits d'eau.


La maison, fait davantage penser à la cité interdite de Beijing par sa taille qu'à une villa de notable, dans ce vaste ensemble, ont retrouve toute les technique de la construction chinoise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 11-08-2017 à 06:54:26  (site)

La clan Wang.... pas des pauvres, merci René !

2. trublion  le 11-08-2017 à 14:05:13  (site)

sur un domaine de 150 000 m2, on a la place pour construire une maison avec 2078 habitations, et on comprend la hauteur du mur d' enceinte !
IL a fallu aussi du personnel, et l' argent ne devait pas manquer

3. fanfan76  le 11-08-2017 à 19:34:09  (site)

Merci Renė, bon week-end, fanfan

4. monica-breiz  le 12-08-2017 à 00:37:01  (site)

bonsoir
quelle grande famille les Vang
et maintenant un musée qui doit être très visité
bonne soirée pour toi RENE

5. lacalobra  le 12-08-2017 à 05:26:42  (site)

ben oui les riches faisaient bande à part, remarque maintenant aussi , à part qu'ils se sauvent dans iles lointaines , loin du regard du peuple !!!
ma gd mère avait raison, la vie est un éternel recommencement, j'ai peur qu'on entre dans une ère où on va en baver avec ce fou de coréen, et ce ciglé de trump , sans compter ce poutine qui me fait peur !!!!
une journée sympa avec les amis de maman et de sa copine lily.. et pas de pluie on a pu manger dehors !!!! un bizou flo

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 10-08-2017 à 06:12:11

volume 2 chapitre XXXXIV page (220)

Les galeries sont protégées par une avancée du toit que permettent de nombreuses variantes de montages, soit avec un poteau supplémentaire et un jeu de traverse et de poinçon soit avec un porte-à-faux réparti avec l'aide d'une console et du bras levier, ang (qui peut buter contre le dessous d'une traverse), voire au moyen du prolongement d'une traverse ou deux, et des poinçons correspondants.


Au cas où les poteaux supportent directement les charges et qu'ils sont simplement solidarisés par les poutres des différents niveaux, pour des toits de fermes par exemple, on appelle ce type de charpente chuan dou.


Les toits sont à une ou deux pentes, les colonnes sont reliées en hauteur par des traverses qui s'appuient sur des bras de consoles transversales et longitudinales, des consoles sont superposées, de la plus petite en bas à la plus grande en haut, dans les parties centrales supportant de fortes charges.


La charge des bords du toit est répartie par des bras leviers, au-dessus du plafond à caisson on trouve des traverses non équarries, et des supports de bois sous les pannes qui permettent la forme courbée du toit, sous la panne faîtière, on trouve l'entrait et l'arbalétrier, dans une ferme de charpente, il s'agit d'une pièce posée obliquement supportant les pannes, les deux arbalétriers forment un triangle avec l'entrait (qui constitue la base du triangle).

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 10-08-2017 à 06:33:24  (site)

Merci encore René, belle journée, jill

2. trublion  le 10-08-2017 à 14:17:51  (site)

je trouve un peu curieux les toits à une pente !
il me semble qu' un pan n' est alors pas protégé des intempéries

3. lacalobra  le 10-08-2017 à 16:58:38  (site)

encore technique ça , chez moi c'est un toit plat, ben au secours les infiltrations ! à un moment il a même plu dans la chambre de kevin !!! des mares d'eau qui stagnaient devant les clapets d'aération et lorsqu'il y avait un trop plein tombait dans le trou et hop dans la chambre de kevin, je m'en suis vu encore, pour qu'ils réparent, ils ont fermé le clapet et depuis plus de fuite !
contente que tu sois loin de ces séismes, mais pensées vers ceux qui subissent et qui perdent la vie !!! c'est bien triste..
bon jeudi à toi rené et bizou flo

4. fanfan76  le 10-08-2017 à 20:01:39  (site)

C'est très étudié, important la toiture !
Ah tant mieux que vous vous trouvez loin des séismes, dur et terrible pour les personnes qui y sont confrontés...
Mes amitiés, bon vendredi, fanfan

5. monica-breiz  le 10-08-2017 à 23:06:32  (site)

les toitures c'est toujours très intéressant , elles marques un pays ou une région et c'est toute une tradition
kenavo René

6. elena13  le 11-08-2017 à 00:14:36  (site)

Bonsoir Mr-He, merci pour l'histoire des galeries !!!

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 09-08-2017 à 06:28:44

volume 2 chapitre XXXXIV page (219)

Plus le poids de la couverture s'élève et plus il est nécessaire d'utiliser des consoles, éventuellement empilées pour assurer le lien entre les traverses et les colonnes, celles qui ayant une forte section sont obtenues par l'assemblage de plusieurs pièces accolées.


Le caractère modulable de ce principe est évident dans la charpente si l'on augmente la profondeur de la ferme de comble, le nombre de traverses augmente jusqu'à l'entrait qui est assemblé au poinçon dans le cas d'un temple.


Mais dans une construction commune le poinçon du fait de la charpente est simplement chevillé à la poutre la plus haute, qui peut ainsi être supportée à ses extrémités par deux autres poinçons chevillés à la poutre inférieure, c'est le tai liang, et ce module peut être repris de chaque côté et couvrir une travée supplémentaire, toujours avec ce système de poinçon.


Tous les assemblages se faisant par des chevilles, un arbalétrier peut apparaître dans les édifices de prestige, pour mémoire (un arbalétrier, dans une ferme de charpente, c'est une pièce inclinée supportant les pannes), les deux arbalétriers forment un triangle avec l'entrait qui forme la base du triangle.

 

L'arbalétrier fonctionne, dans une ferme en treillis, en compression, alors que l'entrait travaille en traction, dans une ferme à traverses pleines, l'arbalétrier reprend des efforts de compression et de flexion.


C'est donc une solution de charpente différente du triangle mécaniquement rigide que l'on trouve en occident, ce système permet de donner au toit une forme convexe qui produit un bel effet de légèreté, mais aussi concave parfois.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 09-08-2017 à 08:56:54  (site)

Merci René, bon mercredi en Chine, jill

2. trublion  le 09-08-2017 à 14:34:14  (site)

Je me souviens des expériences faites sur des marches en granit ou en pierre !
Une marche de 4 cm d' épaisseur, casse plus vite que deux marches de 2 cm collées

3. lacalobra  le 09-08-2017 à 16:07:41  (site)

ah lalala c'est technique ça , truc de mec, pour construire une maison lol.. moi je fais plus dans la déco ! hihihi.. les finitions.. pas le gros oeuvre lol..
dis voir rassure moi, ce tremblement de terre meurtrier qui a eu lieu cette nuit c'est loin de chez toi ??? je sais que la chine est vaste ! j'ose esperer que vous n'etes pas touchés, et que personne de votre entourage non plus !!!!
un bon mercredi rené et un gros bibi flo

4. monica-breiz  le 10-08-2017 à 00:59:03  (site)

les toitures sont lourdes aussi comme chez nous les toitures anciennes en pierres du pays
kénavo René

5. fanfan76  le 10-08-2017 à 03:01:53  (site)

Oh oui les formes de toits sont très beaux !
Oui comme notre amie Flo, j'ai pensé à vous hier, je sais qu'il y a eu de nombreuses victimes, j'espère que vous n'avez pas été touché directement par ce séisme, comme dit Flo, la Chine est grande...
Mes amitiés, bon jeudi, fanfan

6. christineb  le 10-08-2017 à 04:25:42  (site)

Une pensée pour tous ces pauvres gens pris dans le tremblement de terre. J'espère que toi et les tiens n'êtes pas concernés. Bon mercredi.

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 08-08-2017 à 07:10:26

volume 2 chapitre XXXXIV page (218)

C'est pour ce motif, à quatre colonnes, la porte étant centrée sur un des longs côtés, qui était le plus employé dans l'architecture commune en Chine et servait à composer le si he yuan, il se définissait par trois jian, trois espaces entre deux colonnes.


En chine du nord ses dimensions correspondaient, en largeur à 3,3 à 3,6 m, la profondeur ne dépassant guère 4,8 m, en Chine du sud la largeur s'établissait entre 3,6 et 3,9, la profondeur ne dépassant guère 6,6 m, la profondeur d'une maison du sud était souvent le double de celle du nord.


Le jian central d'une maison à trois ou quatre baies en façade était typiquement plus large, car c'était la salle de réception et la plus utile, le jian est une unité de mesure de l'espace architectural, ce terme peut aussi s'appliquer à la surface au sol ou au volume compris entre quatre colonnes.


Le jian peut constituer une pièce, le plus petit possible pour migrant ou jeune couple pauvre, bien qu'en général une pièce soit constituée de plusieurs jian, ce terme peut s'appliquer comme synonyme de kai jian, lorsqu'on décrit le compartimentage de l'espace horizontal ou celui des façades.


Pour bénéficier d'une surface plus grande, il ne suffit pas de multiplier le nombre de colonnes, il faut aussi couvrir cet espace, la façade suit la panne faîtière du toit à double pente, pour une surface correspondant à deux colonnes dans la profondeur, une profondeur minimale, la première traverse qui franchi tout cet espace reçoit un poinçon qui supporte la panne faîtière, tandis que les deux poteaux reçoivent chacun une panne sur chacun des longs côtés de la maison, l'ensemble constitue une ferme simplement par une traverse et un poinçon.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 08-08-2017 à 14:13:05  (site)

Le nombre de colonnes indiquaient donc le nombre de salles, et par conséquent donnaient une idée de la composition de la famille résidente

2. lacalobra  le 08-08-2017 à 15:55:47  (site)

finalement rien qu'à voir une maison tu sais si la personne est riche ou pas !
nombreuse ou pas .. une sorte de classement du peuple ! castre presque !
bon mardi à toi rené, oui les mères on ne se refait pas !!! on s'inquiète toujours pour nos bébés même grands ... lol.. je tembrasse flo

3. monica-breiz  le 08-08-2017 à 22:01:03  (site)

très intéressant le classement des maisons
bonne journée rené

4. fanfan76  le 09-08-2017 à 02:25:50  (site)

Merci René, amitiés et bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-08-2017 à 06:21:56

volume 2 chapitre XXXXIV page (217)

Plus exactement dans la mesure où deux bâtiments étaient du même rang, les diverses pièces de leurs charpentes étaient générées par le même module, la taille des colonnes, la longueur des poutres, les distances séparant ces divers éléments horizontaux ou verticaux, étaient générés par une proportion, fonction du rang du bâtiment.


Les plans des édifices pouvaient varier, mais le nombre et le nombre de consoles, la courbure du toit et ainsi de suite pour tout bâtiment étaient fixés en fonction de son statut au sein d'une hiérarchie.


Toute construction devait faire l'objet d'une autorisation en fonction de ce statut, cette normalisation permettait au pouvoir d'imposer les variations architecturales codées pour tout l'empire.


Cela concernait au premier chef les hiérarchies administratives, au sein du personnel, les hiérarchies des bâtiments officiels attribués aux divisions de l'espace, mais aussi les hiérarchies qui étaient établies à l'intérieur du peuple comme au sein des membres de la cour ou en fonction des pratiques religieuses afin de distinguer les formes architecturales attribuées à chacun.


Comme on le verra plus loin le nombre de colonnes était normalisé, le peuple devant se contenter d'unités d'habitation ne dépassant pas trois entrecolonnements en façade, soit trois jian.


Pour les gens ordinaires, sous les Tang, le bâtiment principal ne devait pas dépasser trois entrecolonnements.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 07-08-2017 à 06:54:42  (site)

Merci encore René...

2. trublion  le 07-08-2017 à 14:14:00  (site)

une façon de garder la main mise sur son peuple !

3. lacalobra  le 07-08-2017 à 17:36:23  (site)

ben voyons le "petit" etant toujours pris pour le pigeon hein !!! comme quoi, mieux vaut être né avec une petite cuillère en argent dans la bouche hein !
pour kevin et mon anxiété, depuis qu'il est né, j'ai l'instinct maternel développé comme toute mère , la différence entre l'homme et la femme, ils ont beau grandir, on se fait toujours du souci, ma mère est aux cents coups quand j'ai un rhume !!! et j'ai 57 ans ! lol..
un bon lundi, et un gros bibi rené , flo

4. monica-breiz  le 07-08-2017 à 23:59:15  (site)

chacun était logé d 'après sa hiérarchie alors
bonne soirée RENE

5. fanfan76  le 08-08-2017 à 01:57:25  (site)

Ah toujours les pauvres gens qui n'ont pas les mêmes droits ! amitiés, bon mardi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 06-08-2017 à 06:48:31

volume 2 chapitre XXXXIV page (216)

L'appartement privé, dont les dimensions et la richesse sont fixées par les Rites, selon la condition sociale du propriétaire, est élevé sur la terre de quelques centimètres.


Son sol est fait d'argile battue ou durcie pour les maisons ordinaires, de granit ou de marbre pour les habitations des mandarins, il se compose généralement de trois corps de logis, le bâtiment central étant réservé au maître, l'une des ailes à ses femmes, l'autre à ses domestiques.


Les fenêtres, toutes intérieures, sont closes par du papier huilé pour les maisons ordinaires ou par des pierres spéculaires pour les habitations des gens de qualité.


Le chauffage des appartements se fait à l'aide de brasiers ou de réchauds, imprégnés d'essences aromatiques ou alimentés de bûchettes de bois odorant comme l'eucalyptus et le santal.


La pièce principale est celle qui occupe le milieu de l'édifice central, c'est la plus grande pièce qui ouvre directement sur le vestibule qui mène à la porte extérieure, elle sert de salon de réception et de chapelle des ancêtres.


La toiture chinoise
L'image la plus communément répandue de l'architecture chinoise est celle du pavillon dont les avant-toits sont relevés en courbes gracieuses, ces toitures remarquables le sont effectivement en raison de leur charpente, simple ou complexe, modulable, aux pièces normalisées dès les Tang, qui permettent de reproduire tel modèle d'édifice en structure de bois où que l'on soit en Chine.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 06-08-2017 à 13:21:22  (site)

et bien je pense que le granit comme plancher n' est pas le meilleur matériau pour la chaleur !
Le mieux c' est encore le parquet

2. jill bill  le 06-08-2017 à 14:16:36  (site)

Le marbre au sol c'est chic mais froid... merci René...

3. monica-breiz  le 06-08-2017 à 15:15:37  (site)

cela doit sentir bon dans les maisons , avec cette coutume de brûler des herbes aromatiques sur les braseros
kénavo René

4. fanfan76  le 06-08-2017 à 15:39:49  (site)

Merci René et bon dimanche, fanfan

5. elena13  le 06-08-2017 à 17:52:47  (site)

Merci pour l'histoire !!!

6. lacalobra  le 06-08-2017 à 18:22:28  (site)

ça m'aurait plus de sentir le santal et l'eucalyptus je raffole de ces odeurs ..
j'aime les fenêtres ou les volets sont à l'intérieur y a pas à sortir pour les fermer lol.. bon nous maintenant on a des volets electriques roulants, rien de mieux pour les voleurs, mdrrr
te souhaite une belle journée , oui moi aussi je pense à une méduse qui l'aurait brûlé légèrement avec ses filaments ou bien un abcès dû à un poil infecté avec le sable ??? à suivre. il va sans doute me donner des nouvelles ce soir..
un bizou et bon w.end flo

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 05-08-2017 à 07:01:18

volume 2 chapitre XXXXIII page (215)

Les moindres corniches, les plus petits entablements sont l'objet d'ornementations les plus inattendues.


Sur la rue, l'édifice n'a pas d'autre ouverture que la porte d'entrée, mais cette porte par sa forme ses dimensions ses ornements, est variée à l'infini.
Pour les habitations communes, la porte de bois est plus ou moins sculptée, plus ou moins décorée, elle continue cependant d'ordinaire et reproduit l'ornementation du toit.


Parfois, la baie demeure ouverte et un mur écran cachent seuls aux regards indiscrets l'intérieur de l'édifice, une toiture inclinée vers l'intérieur fait le pourtour de la première cour, ainsi l'eau de pluie tombe dans un bassin, c'est une réserve d'eau en cas d'incendie.


Pour les Yamen, comme on nomme la maison du mandarin juge, (le tribunal) disposant d'un sceau officiel, magistrats ou gouverneurs, l'huis est en forme de circonférence, assez large pour laisser passer deux litières de front.


Les côtés en sont laqués, avec incrustations de nacre, d'or ou d'argent et inscriptions philosophiques, comme celle-ci, (La vraie sagesse consiste à ne jamais rien espérer).


A une sorte de potence qui ne sert jamais à aucun supplice, est suspendu un gong, sur lequel tout Chinois a le droit de frapper, de nuit ou de jour, pour demander justice ou protection.


Sur le marbre dont le sol du vestibule est recouvert, sont disposés des lions en bronze, des paons ou des phénix en faïence et des dragons de pierre, emblèmes de l'autorité, de l'esprit et de la supériorité intellectuelle.


Il ne faut pas oublier, en effet, que le gouvernement chinois, purement civil, est fondé sur le principe du concours ouvert à tout candidat, sans distinction d'origine, et que les mandarins ne sont que des lettrés, dont la fonction publique est la récompense.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 05-08-2017 à 08:34:09  (site)

Merci René, et bon W-E en Chine...

2. trublion  le 05-08-2017 à 14:07:13  (site)

et bien la France devrait s' inspirer du même principe qui éviterait les incompétents que nous avons

3. lacalobra  le 05-08-2017 à 15:06:05  (site)

pas con l'histoire de la goutière et de l'eau qui tombe dans un petit bassin !!!! ingénieux..
bon samedi à toi rené, et un gros bibi flo

4. fanfan76  le 05-08-2017 à 19:48:18  (site)

Merci René, bonne soirée et bon dimanche, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 04-08-2017 à 06:45:45

volume 2 chapitre XXXXIII page (214)

La toiture est ornée, soit de clochettes à vent, soit d'animaux en faïence, tels que dragons, paons, phénix, ibis, richement coloriés.


Le faîte est surmonté de longs serpents sinueux, semblant courir sur le sommet, la tête aux extrémités du toit, gueule ouverte, tenant une boule rouge ou dirigés vers le centre de l'édifice et prêts à happer une sphère qui y est fixée, cerclée de flammes, ce sont les dragons de la nuit cherchant à dévorer le soleil le mythe de l'éclipse solaire.


De forme convexe, le toit se termine par des bords fortement recourbés, de telle sorte que la construction affecte une forme pyramidale.


Cette forme pyramidale est la caractéristique de l'architecture chinoise.


Pour connaître la grâce merveilleuse de l'art chinois, il faut avoir vu sur une éminence, le plus souvent artificielle, émerger d'un bois de sapins ou de hêtres, une tour hexagonale de porcelaine, à couleurs fondues vertes, jaunes, rouges, et blanches, peuplée de statues, divisée en étages de nombre toujours impair, que surmontent des toitures en miniature, diminuant de diamètre, à mesure qu'ils sont plus éloignés du sol, ornée de galeries extérieures avec balustrades en dentelles de porcelaine.


La maison chinoise d'habitation, évidemment plus modeste quelle que soit la situation de son propriétaire, est édifiée avec le même souci d'obtenir un aspect riant et gracieux.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 04-08-2017 à 07:38:21  (site)

J'adore vos habitations, leur style... reconnaissable, merci René !

2. trublion  le 04-08-2017 à 13:50:43  (site)

une chose est sure, les chinois portent plus d' attention à la toiture que les européens

3. lacalobra  le 04-08-2017 à 15:28:22  (site)

chez nous les toitures sont pas géniales surtout avec les panneaux solaires maintenant c'est pire ! moi j'aime les toits en ardoise, les toits en paille des chaumières.. et les toits des maisons dans le sud, pas les mêmes tuiles que chez nous en région parisienne ou elles sont bof !
y a de la recherche dans vos toitures..

un bon vendredi à toi rené et un bizou flo

4. fanfan76  le 04-08-2017 à 20:57:32  (site)

De bien jolies habitations, jolie architecture, j'aime beaucoup le style de vos maisons...
Bon week-end pour Qing et toi René, bises, fanfan

5. monica-breiz  le 04-08-2017 à 21:40:18  (site)

les toitures sont bien ornées alors ,
chez nous parfois elles le sont aussi
découpes d 'ardoises appelées lignolets représentant des animaux de basse -cour ou des chats
bonne journée pour toi

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 03-08-2017 à 07:16:10

volume 2 chapitre XXXXIII page (213)

Les figurines de céramique :
Les constructions traditionnelles chinoises ont souvent des figurines de céramique représentant des créatures légendaires toujours placées le long des avant-toits, la première fonction de ces figures était de protéger les clous sous les tuiles du toit, plus tard, elles furent utilisées comme décorations et pour signifier la position sociale des occupants.


Durant la dynastie des Qing (1636-1911), les règles furent établies en reliant le nombre et le type de figures aux fonctions des bâtiments, seulement le Palais de l'Harmonie Suprême, dans lequel l'empereur réalisait des rituels sacrificiels, possédait tous ces types de créatures, de même que des statues de dieux, on exigeait de tous les autres bâtiments qu'ils en aient moins.


Maison chinoise
La maison chinoise, généralement peinte ou laquée sur tous ses murs et cloisons, tant intérieurs qu'extérieurs, est édifiée sur des colonnes de bois dur posées directement au-dessus de pierres plates émergeant du sol, sans chapiteaux, qui, traversées par des poutres, supportent le toit.


Les murailles sont faites de briques séchées au soleil et naturelles ou cuites et vernissées, les cloisons intérieures sont en bois et pour la plupart mobiles, de telle sorte que la disposition des pièces peut varier au gré de l'habitant.


La toiture est la partie de l'édifice qui, avec la porte d'entrée, caractérise extériorise pour ainsi dire la situation sociale du propriétaire.


C'est ainsi que les tuiles demi cylindriques et le plus souvent de céramique parfois dorée qui la revêtent, sont jaunes sur les édifices impériaux, rouges sur les habitations des mandarins, bleues sur les pagodes, vertes sur les forteresses et grises sur les autres maisons.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 03-08-2017 à 07:25:00  (site)

Merci René et bon jeudi en Chine

2. trublion  le 03-08-2017 à 14:26:42  (site)

on peut dire qu' ils avaient inventé les intérieurs aménageables !
et on n'oublie pas le côté pratique avec ces figurines protégeant les clous

3. lacalobra  le 03-08-2017 à 14:35:25  (site)

bien l'idée des intérieurs aménageables !!!
de retour de normandie ou nous avons passé un excellent moment, mangé du bon poisson bref ravies de notre espacade ! trop court comme dab !!!
un bizou rené et un bon jeudi à toi flo

4. fanfan76  le 03-08-2017 à 20:41:26  (site)

Ah j'aime cette idée des cloisons en bois mobiles, très pratiques...
MERCI RENE, bises et bon vendredi, fanfan

5. monica-breiz  le 03-08-2017 à 22:43:44  (site)

trés intéressant l 'intérieur d une maison Chinoise

kénavo René

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article