Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 11-09-2017 à 06:23:13

volume 3 chapitre I page (2)

Zitan mu le bois de santal pourpre (famille des Santalacées, pterocarpus santalinus), le bois jeune est de couleur rouge, avec l'âge il devient pourpre, marron foncé et presque noir, extrêmement résistant, lourd, il a un grain serré et en vieillissant acquiert une patine.


zuo mu le bois de chêne (famille des Fagacées, quercus) se trouvent en Chine dans le nord-est, c'est un bois solide, moyennement dur, de couleur claire, brun-jaune aux veines effilées.


Les bois d'arbres fruitiers :
Jujubier (hua li shu ou zao shu), sont très rarement utilisés.


Bai shu mu le bois de thuya (famille des Pinacées, thuya orientalis) dénommé aussi cyprès, curieusement appelé (arbre de vie), a un bois de couleur jaune au parfum agréable, on le trouve aussi dans le sud de la Chine sous le nom de nanbai, on en fait des meubles et des cercueils.


duan mu le bois de tilleul (famille des Tiliacées) dont le bois blanc est facile à travailler, sert aux parties intérieures des meubles.


He tao mu le bois de noyer (famille des Juglandacées, jugluns sinensis), recherché par les ébénistes chinois pour son bois dur qui peut acquérir un beau poli, on en fait des panneaux d'armoires ou des plateaux de tables.


hong mu le bois rouge le bois d'acajou de Chine, (famille des Méliacées, adenanthera pavonina), on le trouve aussi dans le sud de la Chine. Bois dur et lourd, de couleur rouge foncé tirant sur le violet.


huai mu le bois de sophora (famille des Léguminosées, sophora japonica), c'est un grand arbre ornemental appelé aussi arbre des pagodes ou arbre du lettré, ses fleurs odorantes servent à la fabrication de cosmétiques et de teintures.


Huai mu Acacia, bois très dense aux pores larges, très dur et très solide, il est considéré comme l'un des meilleurs bois par les paysans chinois.
Après séchage, il est très stable et résiste naturellement aux moisissures et aux insectes, sa surface polie offre de jolis reflets.
C'est l'essence la plus répandue dans le mobilier chinois de campagne, notamment parce qu'il ne fend pas lors des travaux de menuiserie.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 11-09-2017 à 14:28:18  (site)

J' ai eu l' occasion de travailler du bois, c' est agréable pour l' odeur, et le poli qu' on arrive à lui donner

2. monica-breiz  le 12-09-2017 à 00:00:28  (site)

le santal une odeur sublime
bonne soirée René

3. fanfan76  le 12-09-2017 à 02:07:05  (site)

J'ai l'odeur du bois qui me vient aux narines, quand j'étais enfant, j'adorais aller voir le menuisier qui travaillait en face de chez moi, j'aimais le voir travailler le bois et regarder les copeaux qui tombaient. Amitiés, bon mardi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 10-09-2017 à 06:46:30

volume 3 chapitre I page (1)

nan mu le bois de machile ou cèdre blanc (famille des Lauréacees, machilus nanmu) donne un bois léger, odorant, de couleur assez claire, prisé parce qu'il ne se dilate pas à l'humidité et ne se rétracte pas à la chaleur, utilisé pour les charpentes de maisons, les piliers de palais, les bateaux, les coffres, les armoires et les cercueils.
De tronc fin, il était donc utilisé surtout pour la confection de petits objets à vocation décorative, panneaux peints, boites.
Texture très douce, il ne se dilate pas à l'humidité et ne se rétracte pas à la chaleur.


La ronce bois madré (ying mu) du nan mu est utilisée en ébénisterie pour ses veines en forme de grappes, on trouve ce grand arbre dans le centre-sud et sud-est de la Chine.
wu mu couleur de corbeau le bois d'ébène (famille des Ebénacées, maba ebenus) est noir, dur et lourd, l'ébénier pousse dans l'Asie du sud-est et aussi le Yunnan et Hainan.


yang mu le bois de peuplier (famille des Salicacées, populus suavuolens), on distingue le peuplier tremble aux feuilles tremblantes qui pousse en forêt et le peuplier blanc (bai yangshu) qui pousse près des cours d'eau.


you mu le bois de teck (famille des Verbénacées), provient d'un arbre de l'Asie tropicale, réputé imputrescible, dur et de moyenne densité, il est utilisé pour certaines charpentes, des piliers et surtout des coffres.


yu mu le bois d'orme
(famille des Ulmacees, almus sinensis), on distingue : nan yu ou ju yu, l'orme du sud (zelkova) aussi appelé dayeyu (l'orme à grandes feuilles), son bois de couleur brun clair, est dur et dense avec un tres beau grain, ses veines dessinent des formes de montagnes que les artisans nomment (pagodes), le bois des vieux ormes devient rougeâtre, d'où son autre nom mu hong (l'orme rouge ou bois de sang).


zhang mu le bois de camphrier (famille des Lauréacées, camphora), forte odeur aromatique éloigne les insectes, on en fait donc des coffres et des armoires à vêtements.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 10-09-2017 à 06:57:01  (site)

Pas de camphrier dans mes environs... merci pour le tout, bon dimanche en Chine...

2. trublion  le 10-09-2017 à 13:58:36  (site)

à chaque arbre son utilisation, incroyable toutes ces différences !

3. monica-breiz  le 10-09-2017 à 18:35:00  (site)


beau choix de bois
le camphrier je connait aissi
chasse-les mites dans les armoires
kénavo

4. fanfan76  le 10-09-2017 à 21:45:10  (site)

Ah très intéressant sur le bois, moi qui adore les arbres et cette matière qu'est le bois, bon pas sure de tout me rappeler, mais en tous cas, j'essaie, intéressant pour le bois de camphrier, je connaissais le camphre ! du coup j'ai été approfondir ( j'ai regardé sur le net) pour cet arbre, le camphrier ! Il est très utilisé par les Chinois dans la fabrication de leurs savons pour embaumer et parfumer. et a une odeur forte, parfumée et un goût amer et âcre.
MERCI René, bises, amitiés, bonne soirée et bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 09-09-2017 à 06:57:44

volume 2 chapitre L page (250)

Les bois de Chine :
Après le jardin chinois, il faut aussi parlé des bois utilisé en Chine, et leurs usages.


Ying mu la ronce ou bois madré est utilisée en ébénisterie pour ses veines en forme de grappes, on trouve ce grand arbre dans le centre sud et sud-est de la Chine.


shan mu, le bois de cèdre de Chine, ou de cunninghamie (famille des Pinacées, cunninghamia sinensis).

Le cèdre de chine est notament utilisé pour la construction des temples, il embaume l'espace d'une odeur caractéristique et raffiné.


song mu, le bois de pin, (famille des Pinacées, pinus), l'arbre est très répandu sur tout le territoire de Chine.
On trouve le pin rouge (pinus densiflora, hong song), le pin à la peau blanche ( pinus excorticata, bai pi song), le pin à queue de cheval (pinus sinensis, ma wei song), son bois blanc, relativement tendre sert aux parties intérieures des meubles ou comme support pour la laque.


Tie li mu, bois de fer le sidéroxylon (famille des Sapotacées, mesua ferrea) est un bois dur réputé imputrescible de couleur brun foncé à grosses veines, on en trouve dans le Guangxi.


qiu mu le bois de catalpa ou bois d'automne (famille des Bignoniacces, catalpa), bois est dur et solide, il remplace l'acajou beaucoup plus cher, utilisé pour faire des cercueils.


liu mu le bois de saule (famille des Salicacées, salix babyloniea), cet arbre qui vit au bord de l'eau est connu pour ses rameaux retombants (d'où son nom de saule pleureur).


L'osier est une sorte de saule dont les rameaux flexibles servent à tresser des nattes et des paniers, en Chine, le saule avait la fâcheuse réputation de favoriser les rencontres galantes et le libertinage.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 09-09-2017 à 15:06:42  (site)

la Chine ne manquer pas de sortes de bois !
Je suis juste étonné parce que tu dis du catalpa, parce que chez moi, les voisins s' en débarrassent tant les branches sont cassantes !

2. fanfan76  le 09-09-2017 à 20:23:17  (site)

J'adore l'osier, tout ce que l'on peut faire avec, les paniers, les tabourets, table, c'est très beau !...
BONNE SOIREE, bon dimanche pour Qing et toi René, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 08-09-2017 à 06:36:41

volume 2 chapitre L page (249)

Des arbres plus gros nécessiteront plus de terre, d'eau et de lumière, aussi veillez à ce que ces conditions soient réunies chez vous.


N'achetez pas un bonsaï inconsidérément, si vous mettez un bonsaï d'extérieur à l'intérieur, c'est la mort de celui-ci garantie, mais même pour un bonsaï d'intérieur, fumée, vapeur de cuisine, climatisation, c'est aussi la mort garantie, en hiver période de repos de l'arbre, une pièce chauffée lui est aussi néfaste.


Voici quelques éléments à prendre en compte concernant le choix quant à la grosseur de votre arbre, l'ensoleillement de l'endroit où vous comptez mettre votre bonsaï, le temps que vous pourrez consacrer à votre arbre miniature (les gros arbres étant plus longs à tailler).


Une fois que vous avez choisi l'espèce et la taille de votre bonsaï, vous pouvez vous rendre dans votre jardinerie spécialisée pour l'acheter ou le commander, choisissez un spécimen en bonne santé, avec des feuilles (ou des aiguilles) bien vertes (s'il s'agit de plantes à feuilles caduques, la couleur peut être différente en automne).


Quand vous aurez retenu quelques bonsaïs, imaginez à quoi ils pourraient ressembler une fois taillés, en effet, dans un bonsaï, le plaisir réside dans la possibilité que vous avez de le sculpter littéralement grâce à la taille, cela prend des années, si vous le pouvez, prenez un arbre qui a déjà la forme que vous désirez au final.


Si la couche de terre est trop mince, l'arbre ne pourra pas capter l'eau nécessaire à sa croissance, l'eau ne doit pas stagner, sous peine de voir les racines pourrir.
Si vous voulez que votre arbre aille dans une certaine direction, prenne une certaine forme, il va falloir l'y contraindre avec du fil de fer rigide par exemple.


Il y a souvent des expositions de bonsaï, certain sont multi centenaire, des trésors de famille, d'un valeur incalculable, le plus vieux que j'aie vu avait 400 ans.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 08-09-2017 à 07:15:19  (site)

Même son achat est tout un art, merci René et bon vendredi en Chine...

2. trublion  le 08-09-2017 à 14:43:30  (site)

Hier, je n' avais pas trouvé ton article !
Dans le Nord, avec le genièvre et le houle, on ne manque pas de genevriers
Elever un bonsaï est tout un art, surtout en ce qui concerne la taille

3. monica-breiz  le 08-09-2017 à 21:00:18  (site)

BONJOUR
cela est un travail de connaisseur et de patience

çà mérite beaucoup d attentions

4. fanfan76  le 09-09-2017 à 01:29:12  (site)

Magnifique les bonzaïs, 400 ans, c'est déjà un bel âge.
Bon week-end, pour Qing et toi René, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 07-09-2017 à 06:59:28

volume 2 chapitre L page (248)

Il est une espèce qui convient très bien à la taille bonsaï, c'est le genévrier, c'est une plante à feuilles persistantes, il est toujours vert et vit aussi bien dans l'hémisphère Nord que dans les zones tempérées de l'hémisphère Sud, il pousse sans difficulté, la taille ne pose aucun problème et vous pouvez le contraindre sans difficulté.


Parmi les résineux, les essences les plus utilisées comme bonsaïs sont les pins, les épicéas et les cèdres, côté espèces à feuilles caduques, les érables du Japon sont tout simplement magnifiques en bonsaï, tout comme les magnolias, les ormes et les chênes.


Enfin, il existe certaines plantes tropicales non ligneuses, comme le jade et le bois de rose, qu'on peut tailler en bonsaï à condition de les garder en intérieur sous des climats froids ou tempérés.


C'est à vous de voir si vous voulez un bonsaï d'intérieur ou d'extérieur, vous imaginez bien qu'on ne cultive pas ces deux espèces de la même façon.
Ainsi, les bonsaïs d'intérieur reçoivent naturellement moins d'eau et de lumière que leurs homologues d'extérieur.


Espèces d'intérieur, cela est déjà contre nature, le ficus, l'hawaiian umbrella, le serissa japonica, le gardénia, le camélia, le buis de Kingsville.


Espèces d'extérieur, faire fort attention a son emplacement, le genévrier, le cyprès, le cèdre, l'érable, le bouleau, le hêtre, le ginkgo, le mélèze, l'orme
Il en existe de toutes tailles, depuis une dizaine de centimètres jusqu'à près d'un mètre de haut, tout dépend de l'espèce.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 07-09-2017 à 07:21:39  (site)

Je ne sais si je vais me risquer à l'un ou l'autre, c'est du soin... tout de même ! Merci René...

2. Maria Dora  le 07-09-2017 à 22:09:43  (site)

J'en avais un de bonzai mais je n'ai pas su m'en occuper il n'a pas tenu , j'essayerais peut étre d'en racheter un ! Bisous et amitié *

3. monica-breiz  le 07-09-2017 à 23:35:44  (site)

merci je ne savais pas que le genévrier convenait aux bonzais
kenavo rené

4. fanfan76  le 08-09-2017 à 00:26:08  (site)

MERCI René, je ne savais pas pour cette plante le genévrier, bon vendredi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 06-09-2017 à 07:44:50

volume 2 chapitre L page (247)

Le terme pun ching (paysage en plateau), actuellement nommé penjing, les chinois prélevait les bonsaïs dans la nature et les replantaient dans de très beaux pots en céramique.


Les notables chinois ont à leur tour désiré posséder de beaux bonsaï à l'entrée de leurs villas, les pavillons de réception et ceux des hommes s'enorgueillissaient ainsi d'une richesse artistique de gens lettrés.


Ils ont établi des règles dictées par les lois de la nature, les arbres devenaient alors très travaillés et mis dans des poteries très épurées, ces coupes devaient être en porcelaine, en faïence ou en grès.


Leurs tons étaient neutres, couleur de terre, beige, céladon et aussi bleu cobalt, tons plus forts mais s'alliant avec les coloris de l'arbre, leurs proportions étaient calculées en fonction des dimensions du bonsaï, diamètre du tronc, hauteur de l'arbre, envergure du feuillage.


Ces bonsaïs devaient avoir la même silhouette que celle des grands arbres, ils devenaient donc très travaillés, mais on ne devait surtout pas s'apercevoir qu'il y avait eu un travail humain, les bonsaï paraissaient alors plus naturels, plus parfaits.


Des siècles plus tard l'Occident a découvert l'art du penjing, et a succité un véritable engouement, mais malheureusement la très majorité des gens non rien compris a cet art, en mettant leur bonsaï dans la maison, hors c'est un véritable arbre, il doit impérativement vivre dehors.


Cette mode à créer une véritable hécatombe dans les bonsaïs, avoir la nature proche de soi, n'est pas mettre en prison la nature dans un appartement ou maison.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 06-09-2017 à 10:38:38  (site)

Eh oui planté de de beaux pot en céramique... merci René, bon mercredi en Chine, jill

2. trublion  le 06-09-2017 à 14:20:38  (site)

je pense que s' il y avait des arbres miniatures en France, il y a longtemps qu' on les aurait tous subtilisé.
élever un bonsaï, c' est tout un art, et ça demande beaucoup de suivi et de soins

3. fanfan76  le 06-09-2017 à 15:47:10  (site)

Pas évident la culture du bonsaï, merci René, bonne après midi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 05-09-2017 à 07:01:45

volume 2 chapitre L page (246)

-706 av. J.-C. environ, apparurent des peintures tombales pour le prince héritier Zhang Huai qui comprenaient des représentations de deux dames d'honneur offrant des paysages de rocailles miniatures avec des petites plantes dans des plats peu profonds.
Les plus anciens arbres prélevés puis mis en pot sont supposés avoir été des arbres aux formes particulières et tordues, issus de la nature sauvage.


Ceux-ci étaient sacrés par opposition aux profanes parce que ces arbres ne pouvaient pas être utilisés à des fins pratiques ou ordinaires comme bois de charpente par exemple.


Leur forme caricaturale était des réminiscences de postures rappelant le yoga, repliées de nombreuses fois sur elles-mêmes, faisant refluer les fluides vitaux et réputées être source de longue vie.


A travers les siècles, divers styles régionaux se développeront dans le vaste pays, à l'image de ses nombreux paysages variés, des récipients en terre et en céramique remplaceront ceux en porcelaine présentés sur des tablettes en bois, et des tentatives seront faites de mettre en forme avec des cadres de bambous, du fil de laiton ou des bandes de plomb.


Après le 16e siècle, ces compositions furent nommées pun tsaï ou plantation en plateau.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 05-09-2017 à 07:05:03  (site)

Merci René et bon mardi en Chine, jill

2. trublion  le 05-09-2017 à 13:52:19  (site)

il est vrai que racines, tronc et branches prennent des formes extravagantes qui peuvent en effet faire penser à certaines postures du yoga

3. fanfan76  le 05-09-2017 à 23:57:36  (site)

Merci René, bon mercredi, fanfan

4. monica-breiz  le 06-09-2017 à 00:11:16  (site)

ce devait être très joli à voir

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 04-09-2017 à 07:25:25

volume 2 chapitre XXXXIL page (245)

Il y a environ 2300 ans, la théorie chinoise des cinq éléments du feng shui (eau, feu, bois, métal et terre) a essaimé la conscience de la force des répliques miniatures.
En reproduisant une montagne, par exemple, à une échelle réduite, un étudiant pouvait se focaliser sur ses propriétés magiques et accéder à celles-ci.


Plus la reproduction était en proportion avec l'original, plus elle était supposée porter le potentiel magique.


200 ans plus tard, des importations de nouveaux produits aromatiques et d'encens débutèrent sous l'empereur Han grâce à l'ouverture de nouveaux commerces avec ses voisins.


De nouveaux supports furent créés, les brûleurs d'encens en forme de pics de montagne, qui s'élevaient au-dessus des flots, symbolisaient les demeures des Immortels, et l'idée alors en vogue des mythiques îles des bienheureux.


Fabriqués à l'origine en bronze, en céramique ou en bronze doré, certains de ces brûleurs reposaient sur des petits plats à rebords pour, soit récupérer les cendres brûlantes, soit pour contenir un symbolique océan miniature.


Les couvercles amovibles de ces brûleurs étaient souvent couverts de représentations stylisées de figures légendaires gravissant les collines boisées.


Hors des perforations des couvercles, la fumée d'encens s'élevait comme au dehors d'ouvertures de cavernes, identiques à des vapeurs mystiques dans des montagnes en vraie grandeur.


Des couvercles fabriqués avec de la pierre avec des lichens ou de la mousse déjà en place de véritables paysages naturels miniatures.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 04-09-2017 à 07:30:20  (site)

A l'église je supporte difficilement l'odeur de l'encens... merci encore René !

2. trublion  le 04-09-2017 à 13:57:58  (site)

il faut dire que les plantes aromatiques sont naturelles, et il semble logique de tenter de reproduire le milieu naturel

3. monica-breiz  le 04-09-2017 à 23:05:37  (site)

moi j aime l odeur de l 'encens chez mes grands parents il y avait un brûle encens et enfant j 'essaiyait d 'en respirer l 'odeur
kenavo rené

4. fanfan76  le 04-09-2017 à 23:20:38  (site)

Pas facile de supporter l'odeur ! merci René, bon mardi, fanfan

5. dansmaplume  le 04-09-2017 à 23:30:23  (site)

bonsoir merci de votre commentaire...moi j'ai bien certain encens mais j'aime pas le papier d'arménie j'aime pas l'odeur bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 03-09-2017 à 07:17:29

volume 2 chapitre XXXXIL page (244)

Ces arbres, dont la croissance a été contrôlée pour atteindre des hauteurs variant de 10 à 150 cm, peuvent présenter un tronc droit, sinueux, ou protubérant, et des branches en plateau ou en cascade.


En taillant branches et racines pour produire ces arbres nains, l'artiste jardinier tente de créer un microcosme reflétant la nature, il cherche à reproduire la robustesse et la pérennité de même que l'élégance et l'harmonie de la nature.
La miniaturisation d'un arbre, d'un paysage concentre l'essence de l'arbre, de la nature, en éliminant tout superflu.


Tout comme l'aménagement d'un jardin, le façonnage des penjing s'inspire des règles artistiques de la peinture traditionnelle.


Au Sud, dans la région de Guangzhou, le climat est tropical et ils cultivent donc surtout des plantes (sub)tropicales.


Ils connaissent des inondations qui érodent la terre et dégagent les racines ce qu'ils reproduisent parfois (style neagari en japonais).


Ils apprécient aussi beaucoup les Peng jing : paysages composés surtout de roches dans lesquelles ils plantent de petits arbres.


Ces paysages sont disposés sur un plateau très plat sans trous avec un fond d'eau.
Au Nord, le climat est plus froid et ils cultivent des espèces plus rustiques, avec un climat plus aride, les arbres dans la nature ont souvent des parties mortes, troncs écorcés.


Ils utilisent le haubanage, le feuillage est généralement moins fourni, les Chinois mettent plus l'accent sur le mouvement du tronc et des branches.


Des bassins peu profonds ou des bols plats (pen) étaient produits à partir de terre il y'a environ 5000 ans dans la Chine, mille ans plus tard à l'Age de Bronze chinois, ceux-ci furent parmi les formes choisies pour être imitées en bronze et pour être utilisées dans les cérémonies religieuses et politiques.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 03-09-2017 à 13:15:38  (site)

Merci encore et bon dimanche en Chine, jill

2. trublion  le 03-09-2017 à 13:29:37  (site)

il me semble que tous les arbres peuvent être réduits en bonzaïs !
J' avais mis un bouleau dans un pot, et comme les racines étaient contraintes, il ne dépassait pas 50 cm

3. monica-breiz  le 03-09-2017 à 15:49:31  (site)

Taailler un bonzai tout un art
bonne journée rené

4. lacalobra  le 03-09-2017 à 16:35:21  (site)

le bonsaï etait dans son bureau et en plus climatisé !!! la clope + la clim il en est mort !!! pourtant elle l'adorait, personne ne lui avait fait un cadeau comme ça ! elle en aurait pleuré !!!

bizou bonne journée à toi flo

5. fanfan76  le 03-09-2017 à 21:07:41  (site)

MERCI René, bonne soirée et bonne semaine, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 02-09-2017 à 07:29:30

volume 2 chapitre XXXXIL page (243)

La pierre de gauche, légèrement inclinée, représente l'étoile de la longévité, shou, ce dieu décide de la date de la mort de chaque personne.


Il apparaît fréquemment incarné sous les traits d'un vieillard au crâne chauve et proéminent, appuyé sur un bâton noueux et tenant à la main une grosse pêche, fruit du monde céleste qui donne l'immortalité.


Près de lui, on peut souvent apercevoir un champignon et une tortue, qui sont aussi des symboles de longévité.


La pierre qui est à la droite de l'étoile du bonheur, symbolise la prospérité, on la nomme lu, c'est-à-dire l'étoile des dignités et des émoluments, ou encore l'étoile des fonctionnaires, car autrefois cette fonction s'accompagnait d'un rang social élevé et d'avantages financiers.


Ce dieu est personnifié par un fonctionnaire de la dynastie Han 206 av. J.-C.-220 ap. J.-C. qui acquit honneur et richesse au cours de sa vie.
Ces personnages se retrouvent aussi à l'intérieur de l'habitation, sous la forme de statue.


Le bonsaï dans le jardin :
La Chine est le pays ou est né cet art, les premiers bonsaïs étaient des arbres miniaturisés par des conditions climatiques ou géographiques.


Il y a différents styles en Chine qui est un énorme pays aux climats variés avec une culture très ancienne.


L'art du penjing, ou bonsaï en japonais mot qui signifie littéralement (pot et paysage), s'est surtout développé à l'époque de la dynastie Tang 618-907.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 02-09-2017 à 09:48:01  (site)

Ok pour la pierre inclinée et Shou... ! Le bonzaï j'admire en jardinerie mais n'en achète pas, la peur de mal faire avec...

2. trublion  le 02-09-2017 à 14:14:04  (site)

C' est donc la nature qui a créé les premiers bonsaïs et donné l' idée aux Chinois l' idée de l' imiter

3. lacalobra  le 02-09-2017 à 14:52:00  (site)

ah le bonsaï j'en avais acheté un à ma directrice lorsque je travaillais au conseil général !!! elle adorait , c'etait son premier le chouchoutait sauf qu'il est mort !! on a su que les bonsaï ne supportait pas la fumée de cigarette, et comme elle fumait et moi aussi lol.. plouf !
en tout cas il m'était revenu cher, je n'ai pas pu lui en racheter un autre ! un bizou et une bonne journée flo

4. fanfan76  le 02-09-2017 à 20:17:40  (site)

J'adore les bonsaï, je n'en possède pas, peut-être un jour...
Bonne soirée et bon dimanche, pour Qing et toi René, amitiés, fanfan

5. Rose63au  le 03-09-2017 à 00:25:02  (site)

Bon dimanche par avance
Sourire
J'adore les bonsaïs Sourire

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article