Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 21-09-2017 à 06:51:59

volume 3 chapitre III page (12)

Le sens du salut :
Historiquement, dans la Chine ancienne, le salut représentait une sécurité contre d'éventuels agresseurs.


En effet, si vous connaissiez quelques techniques de Qin na shu (l'art des saisies et des clefs), il était possible, en saisissant la main d'un individu vous disant bonjour, de l'attaquer par surprise.


C'est ainsi que le salut à distance pouvait être à la fois un signe de politesse et la meilleure façon de prévenir une mauvaise intention, devant l'empereur on secouait deux fois les manches, pour bien montrer que l'on ne cachait pas d'arme de poing.
Le salut est aujourd'hui le signe rituel qui permet à tous les pratiquants de se reconnaître comme faisant partie d'une même famille.


Mais le salut est aussi un symbole représentant l'union du yin (main gauche ouverte) et du yang (poing droit fermé), c'est à dire la bipolarité des arts martiaux, la paix la guerre, la force la faiblesse, la terre le ciel, le soleil la lune.


Il est le premier geste qui unit et qui transporte vers la recherche de l'équilibre et de l'harmonie, principes fondamentaux des arts martiaux chinois.


A l'époque de la rébellion des loyalistes (Ming) contre les (Qing) (Manchous), il était coutume d'utiliser ce salut comme signe de ralliement.


Le poing fermé est censé représenter les forces positives (yang), et par extension le soleil, et la paume les forces négatives (yin), et par extension la lune.


Or, dans l'écriture chinoise, l'idéogramme (soleil) accolé à l'idéogramme (lune) donne un nouvel idéogramme qui se lit (clarté) (Ming).


Faire se rencontrer le soleil et la lune était donc, en un geste très simple, montrer son attachement à la cause révolutionnaire et réaliser la formule, (Ming fu, Qing fan), autrement dit (renverser les Qing et restaurer les Ming).

 

 

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 21-09-2017 à 07:11:57  (site)

Ok; merci René !

2. trublion  le 21-09-2017 à 15:02:34  (site)

c' est une forme de langage des signes et une façon de se reconnaitre

3. fanfan76  le 21-09-2017 à 19:26:26  (site)

Merci René, je me souvenais aussi pour le salut, pas de poignées de main, comme tu nous l'expliques et que j'avais retenu ! ... Mais en tendant la main à quelqu'un c'est vrai que l'on ne penserait pas à se faire attaquer, pourtant c'est juste...
Amitiés, bonne soirée et bon vendredi, fanfan

4. monica-breiz  le 22-09-2017 à 00:09:40  (site)

tres tres interessant ce chapitre sur le salut
bonne soirée rené

5. fanfan76  le 22-09-2017 à 00:30:23  (site)

Re, j'ai oublié merci pour mon mari c'est gentil, il aime beaucoup faire de la photo et de la vidéo ! Amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 20-09-2017 à 06:36:08

volume 3 chapitre III page (11)

Les Chinois sont toujours friands de légendes merveilleuses et croient plus que quiconque au surnaturel surtout lorsque celui-ci est quelque peu teinté de magie.


Celle-ci fait habituellement partie du quotidien et on trouve presque partout des amulettes protectrices sous des formes les plus diverses, pièces, figurines et pendentifs de métal ou de jade comportant des trigrammes (Bagua) ou des formules de protection, que l'on colle sur les portes lors des cérémonies du Nouvel An, de papier (Fu Lu) reproduisant des calligraphies permettant de favoriser la chance.


Faux billets et faux lingots servant d'offrandes aux ancêtres et que l'on brûle, pierres bénéfiques représentant des animaux du zodiaque, le Bouddha, la déesse Kuan Yin ou d'autres divinités chinoises que l'on porte sur soi, il s'agit donc, dans une certaine mesure, de superstitions, de nombreuses superstitions sont liées au culte des morts.


Cela porte malheur, par exemple, de piquer des baguettes dans un bol de riz et de les laisser plantées car il s'agit alors d'une offrande aux morts, on ne verse jamais de l'eau froide dans le thé ou on ne brûle jamais de l'encens en baguettes par paires, toujours par trois, une pour le ciel, une pour les ancêtres, une pour la terre.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 20-09-2017 à 07:12:53  (site)

Ah oui... mieux vaut suivre !!! Merci René...

2. trublion  le 20-09-2017 à 15:14:53  (site)

et ben l' euro million tombant un 13 doit attirer beaucoup de monde

3. Maria Dora  le 21-09-2017 à 01:18:15  (site)

Le jade a -t - il un pouvoir en chine ? J'en ai acheté un bracelet baroque , j'ai lu qu'il apporte la sérénité et la sagesse !

4. fanfan76  le 21-09-2017 à 02:11:31  (site)

Je me souviens pour les baguettes, et toujours ce chiffre et par trois ! Merci René, amitiés, bon jeudi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 19-09-2017 à 07:43:11

volume 3 chapitre II page (10)

Vie dans l'ancienne Chine :
Parmi les gens ordinaires, la plupart des ménages se composaient de seulement les parents et les enfants, mais certains ont également des grands-parents et oncles.


Les familles chinoises traditionnellement appréciaient les fils beaucoup plus que les filles, un mari peut répudier sa femme si elle a échoué à donner naissance à des fils, dans certains cas, les filles ont été tuées à la naissance parce qu'ils étaient considérés comme inutiles.


Seuls les hommes ont été appelés à travailler hors du foyer et les épouses restaient à la maison pour faire le ménage, cuisiner, et s'occuper des enfants.
Les relations au sein des familles étaient extrêmement formelles dans la Chine traditionnelle.


L'honneur de la famille est très important, en particulier de la jeune génération, on s'attendait à ce qu'elle donne le nom de famille d'une bonne réputation, les enfants devraient également montrer une obéissance inconditionnelle à leurs parents.


Les mariages étaient arrangés par les parents, dont une grande partie ont été décidées lorsque les enfants étaient des bébés, la plupart des épouses et époux ne ce sont jamais vu ou connu jusqu'au jour de leur mariage.


Dans les vieux quartiers, les maisons rurales de boue et de paille peut encore être vu, et dans les zones rurales du mode de vie traditionnel sont encore très vivante, et bien que le mode de vie est maintenant très modernisé, les valeurs traditionnelles de la famille, l'importance et la réputation se fait encore sentir par toutes les familles.


Aujourd'hui, les Chinois vivent dans des unités familiales plus petites, habituellement ensemble les parents et les enfants, et parfois les grands-parents, les relations sont devenues plus démocratiques, les parents chinois d'aujourd'hui, bien que beaucoup plus indulgente et plus raisonnable, sont toujours stricte et s'attendent à toujours du respect.


En ce qui concerne le mariage, les jeunes d'aujourd'hui choisissent généralement leurs conjoints sur la base d'intérêts partagés et de l'attraction mutuelle, cependant, les parents continuent à jouer un rôle dans l'organisation de certains mariages, en particulier dans les zones rurales.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 19-09-2017 à 12:58:04  (site)

Vivre à plusieurs générations n'est pas chose courante chez nous, d'ailleurs les homes fleurissent, merci René, bon mardi en Chine

2. Rose63au  le 19-09-2017 à 14:50:07  (site)

De nos jours chez nous rares sont les familles qui vivent sous le même toit on en rencontre encore parfois à la campagne et je trouve cela admirable car les personnes âgées sont à respecter car les maisons de retraite sont sinistres et sans vie , hélas Maman y a fini ses jours car je ne pouvais pas la garder à la maison à cause de son état de santé mais j'étais très présente auprès d'elle et je veillais à ses bons soins quotidiens
Bonne journée à vous deux

3. trublion  le 19-09-2017 à 14:53:48  (site)

ils n' ont pas tort lorsqu' on voit ce que donne trop de libéralisme !
IL me semble avoir lu que de nos jours, on manque un peu de filles en Chine

4. monica-breiz  le 20-09-2017 à 01:38:07  (site)

chaque pays à ses traditions
celles dont tu nous parlent existaient
encore au siécle dernier dans nos campagnes
ou certains grands parents vivent encore prés des enfants , mais beaucoup sont dans des maisons de retraite
bonne soirée pour toi

5. fanfan76  le 20-09-2017 à 02:12:40  (site)

Je trouve cela très bien, plusieurs générations vivant ensemble ! Et le respect c'est tellement important !
Amitiés, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 18-09-2017 à 06:45:02

volume 3 chapitre II page (9)

Le nom de famille se compose d'un seul caractère, suivi de deux caractères pour le prénom, par exemple (Mao Ze dong 毛泽东)
Comme beaucoup de gens portent le même nom de famille, le prénom est très important pour se différencier.


En théorie les parents peuvent choisir n'importe quel mot de la langue chinoise, souvent des noms évoquant des fleurs ou des pierres précieuses pour les filles, des montagnes et des qualités de force pour les garçons, on peut aussi choisir un événement produit durant la naissance, comme la neige, le lieu, une saison.


Il est courant en d'entendre les gens s'appeler par leur nom et prénoms entier, même les couples mariés, également pour qu'il n'y ait pas de doute possible, et aussi par politesse on appellera volontiers son interlocuteur peu familier en précisant son métier ou son rang: ainsi il est courant d'appeler votre professeur de chinois par son nom de famille suivi de lao shi (professeur), par exemple 王 老师 (Wang professeur).


La disparition du culte féodal des ancêtres
Les troubles, les complots, les guerres se succédaient et s'amplifiaient un peu partout dans les Etats fédérés chinois.


C'était l'époque des (royaumes combattants) et, à la fin de la dynastie des zhou (-1122-222 av. J.C.), les nombreux états offraient le spectacle d'un désordre moral, social et politique gigantesque et lamentable.


La plus grande confusion régnait dans tous les domaines et à tous les niveaux sociaux, aussi, anciens nobles et nouveaux riches se côtoyèrent-ils à la cour impériale.


L'Empereur regroupa tous les états féodaux et donna la primauté au commerce, la richesse, l'opulence, le faste étaient hissés au premier rang des considérations sociales, la conception féodale du culte des ancêtres fut balayée et très rapidement, la pratique du culte fut étendue à la bourgeoisie urbaine, il était devenu pour chaque famille une sorte de religion populaire personnalisée.

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 18-09-2017 à 07:19:40  (site)

Merci René et bonne journée en Chine

2. trublion  le 18-09-2017 à 15:07:51  (site)

il me semble que chez nous, certains noms de famille ont la même origine, delarue, duchemin, dubois etc
En Chine, il faut aussi prendre en considération qu' il sont nombreux, et qu' il n' est donc pas inutile de nommer également la profession

3. monica-breiz  le 19-09-2017 à 01:34:44  (site)

je trouve très bien de porter les noms ou de son métier ou du lieu d habitation
par chez nous cela se faisait beaucoup ( ex le grand, le petit , le gros , ) mais souvent en langue Bretonne , guére usité d enos jours
kenavo RENé

4. fanfan76  le 19-09-2017 à 01:57:44  (site)

En France, seuls quelques professions se nomment comme Docteur, Maitre, etc, Bon mardi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 17-09-2017 à 07:11:54

volume 3 chapitre II page (8)

La tenue vestimentaire, les broderies, le mobilier et autres détails meublant l'environnement du portrait d'ancêtres ne représentent pas la réalité, ils forment un luxe fictif afin d'ornementer la réalité et de garantir la félicité future de la famille.


À l'origine, cette mode était donc une coutume des courtisanes de la cour impériale, le culte des ancêtres assure une continuité entre le monde des vivants et des celui des morts.


La religion Chinoise n'adore pas des dieux (mythologiques), mais se réfère à des ancêtres suprêmes, l'unicité est représentée par l'empereur détenteur d'un mandat céleste, il n'est pas l'entité créatrice, mais l'intercesseur entre le cosmos et les hommes, c'est à ce titre qu'il est considéré comme (fils du ciel).


Le cosmos représente l'harmonie suprême, symbole d'un idéal universel, la spiritualité chinoise bien que athéiste, est profondément religieuse, en effet le mot (religion) en latin signifie (religare) ce qui veut dire relier, la spiritualité chinoise relie l'homme à la terre et au ciel, le placent dans leur axe vertical de façon que les deux énergies puissent fusionner en lui et ainsi transformer son intérieur.


La vénération est très importante en Chine parce que, comme beaucoup de gens dans le monde, les chinois croient que leurs ancêtres prennent une part active dans la vie des vivants, les ancêtres sont comme les gardiens des esprits.


Le culte des ancêtres puise ses racines dans le taoïsme qui a pour vocation de perpétuer la mémoire de ses ancêtres afin qu'ils apportent leur bénédiction et bienveillance à la famille. Les chinois pensent que l'homme descend du divin par ses ancêtres.
L'ancêtre est donc un modèle à suivre pour ses descendants, il est censé qu'ils apportent la prospérité, la santé et la chance à la famille.


La cérémonie pour les ancêtres peut être organisée chez soi ou devant une tombe, une telle coutume est largement acceptée dans le nord et dans le sud de la Chine, encore maintenant elle est toujours très largement pratiquée.


On trouve dans certaines maisons, des tablettes dédiées aux ancêtres décédés, souvent devant un bouddha, où l'on fait régulièrement brûler des bougies, et lors de certaines fêtes y compris le nouvel an chinois, on y place aussi des victuailles pour satisfaire le défunt.


Tout doit aller par 3, tasse de thé, verre de saké, pomme, poisson, porc laqué, bol de riz et baguette, tous les membres de la famille passe devant l'autel et brûle 3 baguette d'encens en faisant 3 inclinaisons, on brûle aussi 2 bougies rouges devant l'entrée, puis tous font un bon repas en l'honneur des ancêtres.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 17-09-2017 à 14:05:26  (site)

Ce faisant, l' esprit des ancêtres reste bien présent, et la Chine ne perd pas sa culture

2. jill bill  le 17-09-2017 à 14:15:39  (site)

Ok, merci René... et vive la tradition !!

3. monica-breiz  le 17-09-2017 à 17:30:51  (site)

j adore les traditions , et bravos aux pays qui gardent les cultures de leurs ancêtres
kénavo

4. fanfan76  le 17-09-2017 à 22:15:35  (site)

Chiffre 3 important ! merci René, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 16-09-2017 à 06:12:34

volume 3 chapitre II page (7)

Le culte des ancêtres et l'origine.
La vénération des ancêtres chinois ou culte des ancêtres est une pratique rituelle basée sur de nombreuses croyances qui commença durant la tardive époque néolithique chinoise.


La croyance qui domine est celle qui dit que les membres de la famille décédés ont une existence continue et de ce fait, ils ont la capacité d'influer sur la chance et la malchance de la vie.


Ce culte veille à la disposition respectueuse de ces dignitaires chinois afin de maintenir leur bien-être, afin de s'assurer que les ancêtres ont un effet positif à l'égard de la vie de leurs descendants et afin de servir, parfois, à demander une faveur ou une assistance spéciale.


La fonction sociale ou non-croyante de ce culte des ancêtres est de cultiver les valeurs de parenté, comme la piété filiale, la loyauté familiale, et la continuité de la lignée familiale.


C'est à l'apogée de la dynastie Qing (1644 - 1912) que des ancêtres chinois sous forme de portraits commencent à apparaître, ces peintures permettaient aux familles de mettre en avant leur statut social.


Les portraits d'ancêtres chinois respectent des critères codifiés très stricts, qui reposent sur un mélange de différents enseignements tel que le confucianisme, le taoïsme, le bouddhisme.


Les portraits d'ancêtre chinois représentent un défunt dans une posture immobile en tenue de fête (robe et chapeau de mandarin), on peut remarquer que seul le visage change réellement d'un ancêtre à l'autre cependant, l'expression du visage reste toujours neutre.


En somme un peu un copier coller, avant la lettre, pour les tenue très codifiée, les portraits d'ancêtres sont peints selon deux codes, la nécessité de vraisemblance et le souhait d'enjoliver le portrait du défunt, dans la culture chinoise, une allure noble garantit le bonheur aux descendants.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 16-09-2017 à 06:57:35  (site)

Eh oui et à chaque peuple ses croyances et ses morts, merci René...

2. trublion  le 16-09-2017 à 14:58:37  (site)

Beaucoup de civilisations croient à l' immortalité, mais peu vouent un culte aux ancêtres.

3. fanfan76  le 17-09-2017 à 03:07:56  (site)

Beaucoup de respect pour les défunts, en même temps beaucoup de croyance sur l'influence sur la vie des générations qui suivent... BON DIMANCHE, AMITIES, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 15-09-2017 à 06:52:03

volume 3 chapitre II page (6)

La sculpture sur bois de la ville de Chaozhou.
Les bois se classent selon leurs qualités physiques et mécaniques, bois tendres ou durs, denses ou poreux, bois indigènes ou bois exotiques, le sculpteur choisira son matériau en fonction d'un certain nombre de critères, taille de la sculpture, degré de finition, homogénéité du grain.


Le bois de sculpture doit être sec, mais il ne doit pas être trop vieux, car il devient cassant, dépourvu de nerf et même rongé par les vers.


L'aubier du bois, c'est-à-dire la partie la plus rapprochée de l'écorce, n'est pas utilisée en sculpture, il est trop tendre, trop noir.


La sculpture sur bois, dans le sud de la Chine la province du Guangdong, le style de la sculpture a été appelé de sculpture sur bois de la province du Zhejiang, sculpture sur bois a l'architecture robuste, sculpture fine pour les articles d'usage quotidien, comme des écrans suspendus, écrans debout, tables sanctuaire, les armoires, tableaux.


La paroi extérieure de la maison sont toujours décorés de sculptures en brique ou pierre à sculpter, mais les sculptures sur bois sont installés sur les linteaux et les chapiteaux des portes, des fenêtres et les couloirs.


Aussi pour les meubles tels que des paravents, tables, lits, armoires, sont toutes décorées avec des sculptures sur bois.


Sculpture sur bois Choazhou a commencé avec la dynastie des Tang 618-907, ensuite s'est développée rapidement dans les Song 960-1279 et les Ming 1368-1644, pour finir sous la dynastie des Qing 1644-1911.


Chaozhou les sculpteurs sur bois utilisent une variété de méthodes, y compris la sculpture relief, la sculpture concave, la sculpture circulaire, et la sculpture avec dorure.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 15-09-2017 à 07:04:10  (site)

Merci encore, bon vendredi en Chine, jill

2. trublion  le 15-09-2017 à 14:59:02  (site)

C' est là qu' on fait la différence entre un menuisier et un ébéniste

3. monica-breiz  le 16-09-2017 à 00:18:12  (site)

ce doit être trés beau à voir
kénavo René

4. fanfan76  le 16-09-2017 à 03:30:03  (site)

C'est joli les sculptures en bois, bon week-end, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 14-09-2017 à 06:14:28

volume 3 chapitre I page (5)

Un peu plus sur le bois
La construction fait appel au duramen, appelé aussi bois parfait ou bois de cœur qui constitue la partie centrale de l'arbre, biologiquement quasi-inerte et plus durable que l'aubier.


L'aubier
, souvent plus clair et léger que le duramen, est constitué de cellules vivantes, mais c'est un bois qui est plus facilement et rapidement attaqué par les insectes, bactéries et champignons.


Le bois est un matériau possédant une structure interne particulière, les cellules sont toutes orientées verticalement et parallèlement dans les parois cellulaires, permettant ainsi aux arbres de résister à des forces extérieures comme le vent.
Cette caractéristique fait du bois un matériau possédant une meilleure résistance dans la direction parallèle au fil (longitudinalement) que dans la direction perpendiculaire à celui-ci (radialement et tangentiellement).


Puisque les cellules du bois sont toutes orientées dans le sens longitudinal, la structure interne du bois est comparable à une multitude de petits tubes soudés les uns aux autres.


Cela fait en sorte que le bois est très résistant à la compression exercée dans le sens du fil (compression axiale).


On doit cependant tenir compte du flambement au cours du calcul de la résistance à la compression d'éléments porteurs comme les colonne.


De plus, en raison de sa structure interne, le bois possède également une très bonne capacité en traction lorsque celle-ci est exercée parallèlement au fil.


Par contre, la présence de nœuds dans une pièce tendue réduit la résistance en traction de celle-ci, le bois est un matériau qui résiste très bien aux charges cycliques comme celles dues au vent ou aux séismes, cela a été compris depuis des millénaires par les architectes chinois.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 14-09-2017 à 06:41:02  (site)

On ne peut se passer du bois... Merci encore René... bon jeudi, jill

2. trublion  le 14-09-2017 à 12:20:47  (site)

et on se rend vite compte du sens du bois quand il s' agit d' en fendre !

3. monica-breiz  le 14-09-2017 à 23:59:51  (site)

le bois une merveille de la nature
bonne soirée

4. fanfan76  le 15-09-2017 à 00:11:23  (site)

C'est tellement beau le bois et résistant, merci René, amitiés, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 13-09-2017 à 07:15:42

volume 3 chapitre I page (4)

Le rotin C'est un palmier à épines grimpant ou rampant, dont on dénombre 600 espèces est une plante qui n'existe que dans l'Ancien Monde, son aire de répartition se limite à l'Asie tropicale et subtropicale, l'Indonésie, où poussent la moitié des espèces connues, est le premier producteur mondial de matières premières de rotin.


La canne, c'est-à-dire la tige débarrassée de sa gaine, est la partie la plus prisée de la plante, le rotin pousse depuis le niveau de la mer jusqu'à une altitude de 3000 m et il tolère des sols et des conditions d'humidité extrêmement divers.


Les rotins les plus importants sur le plan commercial sont de vigoureuses plantes grimpantes, exploitables au bout de huit à 10 ans, les fruits et les pousses du rotin sont comestibles, et ces dernières ont une teneur élevée en protéines, en hydrates de carbone, en vitamines et en autres nutriments; elles contiennent notamment huit acides aminés.


Les feuilles de certaines espèces, comme Calamus andamanicus et Daemonorops kurzii, servent de chaume pour les toitures.


Le rotin est un palmier qui porte des fruits à écailles qui, dans certaines espèces, exsudent une substance appelée (sang de dragon), que l'on utilise pour la fabrication de teintures et de vernis.


Les produits en rotin, autres que les meubles, sont les battoirs à tapis, les cannes, les manches de parapluie, les poignées de cagettes à sauterelles, les pièges à animaux, les chapeaux, les cordes, les cordages, les cages à oiseaux, les paillassons, les paniers, les panneaux de lambrissage, les cerceaux.


Les racines, les fruits et les feuilles du rotin sont utilisés en médecine traditionnelle chinoise (MTC).

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 13-09-2017 à 09:27:21  (site)

Ah le battoir en rotin, ma mère en avait un... pour les tapis, ouf... ;-) Bon mercredi en Chine, jill

2. trublion  le 13-09-2017 à 15:28:30  (site)

et bien j' avoue que j' ignorais que le rotin était le produit d' un palmier, j' aurais pensé à des roseaux, ou à une espèce d' osier

3. fanfan76  le 13-09-2017 à 22:03:11  (site)

J'aime beaucoup le rotin, merci c'est fort intéressant, je ne savais pas tout cela sur cette plante, amitiés, bon jeudi, fanfan

4. monica-breiz  le 14-09-2017 à 01:01:33  (site)

j aime bien le rotin j ai quelques fauteuils d cette matiére
kénavo RENE

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 12-09-2017 à 07:06:21

volume 3 chapitre I page (3)

huali fleur jaune de poirier le bois de rose jaune dit de Birmanie (famille des Santalacées, pterocarpus indscus) L'espèce produite en Inde a été importée en Chine pendant plus de quatre cents ans, le bois est marron clair tirant sur le jaune avec de fines veines marquées.


L'espèce de Hainan (dalbergia odorifera) est appelée xin huali (littéralement : nouveau bois de rose), l'agencement des veines de ce bois permet des effets décoratifs sur les panneaux d'armoires, dont le plus connu est le motif "à face de démon" huali guimian.


hua mu le bois de bouleau (famille des Bétulacées, betula) (bouleau blanc de Chine), son bois blanc se teinte avec l'âge et ses veines font des dessins élaborés.


Huang yang mu le bois de buis (famille des Buxavées, buxus) dont le bois de couleur ivoire, dur, sert à faire de petits objets sculptés ou des incrustations dans d'autres bois.
ji chi mu aile de poulet ou de phénix ( ormosia hosies), celui-ci est un bois dur et cassant de couleur jaune ou blanche pour les bois nouveaux et brune pour les vieux bois dont les veines rappellent les plumes d'oiseau.


Le bois de corail, d'appellation officielle padouk (variété d'arbres Pterocarpus), parmi tous les bois durs existants, le padouk sort du lot en raison de sa texture serrée et sa forte densité, c'est pourquoi on l'utilise idéalement pour la fabrication des meubles et la sculpture d'objets, il est utilisé en ébénisterie, décoration, parquet, bijouterie et bibelots de luxe, ce qui lui a toujours conféré un symbole de noblesse au bois de corail en Chine.


A l'époque des Ming (1368-1644) et des Qing (1644-1911), seuls les empereurs et la haute noblesse avaient le privilège de l'utiliser pour la fabrication de meubles.
Chun mu cette essence de bois dur appartient à la famille du catalpa, c'est un bois très semblable à l'acacia, mais dont la couleur est beaucoup plus pâle.


Hutao mu Noyer, cet arbre qui peut vivre plusieurs centaines d'années, donne un bois qui permet un travail de ciselure très fine, sa texture grainée est légèrement parfumée.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 12-09-2017 à 08:01:10  (site)

Que de bois que de bois... ;-)

2. trublion  le 12-09-2017 à 14:52:56  (site)

il y a des bois dont on n' aurait pas imaginé qu' ils puissent servir !
En ce qui me concerne, j' adore le bois d' olivier avec sa texture incomparable, et le poli qu' il prend !
Je n' oublie pas la racine de bruyère pour ma pipe

3. monica-breiz  le 13-09-2017 à 00:02:39  (site)

merci et j aime le bois çà sent trés bon
kénavo

4. fanfan76  le 13-09-2017 à 03:55:37  (site)

La bonne odeur du bois, merci René, amitiés, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article