Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 01-10-2017 à 06:57:16

volume 3 chapitre V page (22)

Mais pourquoi une noix de coco ?
La réponse est fort simple, noix de coco, se dit (yé ze) en chinois, ce qui est la contraction de deux mots yé yé (grand père) et er ze (fils), donc on doit traduire cela par, du grand père au fils, ou la continuation de la lignée familliale.


Comme ce qu'il a offert, appartiens alors à la famille, celle-ci lui offre une partie de ce quelle viens de recevoir, en somme un prêté pour un rendu.


Une autre étape aussi fort importante, voir la plus importante, c'est la fixation de la date du mariage.


Cela se fait en suivant un très grand nombre de critère, en fonction des signes astrologique chinois des mariés, mais aussi des membres de la famille proche, autrement dit les parents des deux familles, il faut aussi dans ces paramètres tenir compte du feng shui de la présumée date, toujours en liaison avec les signes astrologique.


L'étape suivant c'est des séances photos des mariés, en général dans un très joli site, parfois dans un décor, les mariés au cour de ses séances changent plusieurs fois de costumes, louer pour la circonstance.


Pour ce faire il y a un très grand nombre d'agence de mariage qui prennent en charge tout, transport, maquillage, photo, décorum, édition des invitations, rédaction des menus, décoration des tables, choix des voitures de luxe.


La veille du mariage au soir, les futur époux chacun dans leur famille, après avoir pris une douche, lavé les cheveux, les jeunes doivent revêtir une tenue de nuit rouge, on les coiffe et leur donne des conseils pour le lendemain.


Pendant ce temps on brûle de l'encens à l'extérieur.


Pour le banquet du mariage, le marié est secondé par de multiple frères (des amis qui tous porte le même costume) la mariée elle par des sœurs (des amies avec toutes une du même modèle et couleur).

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 01-10-2017 à 08:41:04  (site)

Belle organisation en tous cas ! Merci....

2. trublion  le 01-10-2017 à 14:40:50  (site)

et bien je comprends qu 'il y ait des agences spécialisées !

3. monica-breiz  le 01-10-2017 à 17:36:44  (site)

très belle organisation
une fête importante un mariage
kenavo René

4. fanfan76  le 01-10-2017 à 21:47:39  (site)

C'est bien de pouvoir se décharger en partie sur des agences de mariage, car beaucoup de choses à penser !
Merci pour ta réponse pour le mariage, je ne sais pas pourquoi, j'avais cru que vous vous étiez mariés en Chine, merci René, amitiés, bonne semaine pour Qing et toi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 30-09-2017 à 06:20:34

volume 3 chapitre V page (21)

La légende du double caractère du bonheur :
Dans l'ancienne dynastie Tang, il y avait un étudiant qui se rendait à la Capitale pour passer un examen.


A mi-chemin, il tombe malade et trouve refuge chez un herboriste, père d'une jolie jeune fille.


Ils tombent amoureux, alors qu'il repart pour son examen, elle lui donne un couplet de poésie sur la nature à compléter.


Arrivé à la Capitale, il obtient le meilleur résultat à l'examen et rencontre l'empereur.
L'empereur s'entretient avec le jeune homme et lui demande de l'aider à compléter une poésie.


Le couplet de sa petite amie complète parfaitement la poésie de l'empereur.
Le jeune homme est récompensé par l'obtention d'une position élevée dans le gouvernement.


Heureux il retourne voir la jeune fille et lui dit le couplet de l'empereur.


Ils décident de se marier, pour le mariage, le couple inscrit le caractère chinois bonheur, en double, sur un morceau de papier rouge et l'accroche sur un mur pour exprimer leur bonheur pour les deux événements.


Depuis, la tradition perdure et le symbole double bonheur est devenu une coutume sociale.


Ce symbole est très important dans la culture chinoise, il représente une certaine perspective et philosophie de la vie.


Maintenant voyons comment ce passe vraiment un mariage chinois vécu de l'intérieur d'une famille.


Tout commence plusieurs semaine voir plusieurs mois avant le mariage proprement dit, les 2 familles se rencontre.


Le futur époux offre à la famille de sa future femme, 4 noix de coco, la famille lui en rend 2, ainsi que la moitié de tous les cadeaux qu'il a offert, la logique chinoise.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 30-09-2017 à 07:16:09  (site)

Ok... ;-) merci encore, jill

2. trublion  le 30-09-2017 à 15:02:42  (site)

voilà un fort joli conte !

3. fanfan76  le 01-10-2017 à 00:38:28  (site)

Vous avez fait cela pour ton mariage avec Qing ?
Amitiés, bon dimanche pour tous les deux, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 29-09-2017 à 07:16:12

volume 3 chapitre IV page (20)

C'était à partir de l'époque des Tang (618 à 907) que le verre a remplacé la louche, le (Jiao bei jiu) est conservé depuis et dure jusqu'à aujourd'hui, mais il a connu un changement assez grand.


Le fait de n'avoir plus la même forme et malgré toute son évolution, sa signification symbolique et morale demeure la même, les mariés sont liés à jamais, ne se sépareront plus et seront attachés l'un à l'autre jusqu'à la mort.


Un autre sens des bras entrelacés signifie que les époux partageront les joies et les peines et resteront unis pour le meilleur et pour le pire.


Le double caractère du bonheur, or sur fond rouge, surtout pas comme j'ai vu sur le net, certain blog, qui se targue de vous apprendre le feng shui, mais en réalité fond du copier coller de grosse bêtise, il avais écrit le double caractère du bonheur en noir sur fond blanc, cela est uniquement pour les morts.


Symbole (double bonheur)

Les chinois emploient souvent des idéogrammes qui véhiculent des aspects psychologiques ou émotionnels, c'est le cas du symbole (double bonheur).


On le voit aux mariages il est généralement un cadeau typique pour apporter le bonheur à une nouvelle union.


Les deux noix de coco, avec le double caractère du bonheur, comme la noix de coco en chinois se dit (ye zi ) ye de ye ye (grand père) et zi de er zi (fils).


Ce qui doit se traduire par le bonheur du grand père au fils.
Donc lors de la préparation du mariage il y a tout un rituel, attention ici c'est peu complexe pour nous occidental à comprendre.


Ce que je décris se passe dans la stricte intimité, je suis toujours mort de rire lorsque, je lis sur certain blog qui parle de la Chine, de personne qui vive, ou passe quelques mois en Chine (j'ai assisté a un véritable mariage traditionel chinois) en réalité il ont vu la parodie de mariage, soit chez les mariés, ou bien lors du banquet.


Cela est vraiment très loin de la réalité, il faut impérativement réalisé soi même le mariage de A à Z, pour comprendre tout le rituel, caché du public.


Mais revenons à la réunion des deux familles, au cours de cette réunion bien on discute aussi du partage des frais, du banquet, du choix du restaurant, de l'installation des jeunes mariés.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 29-09-2017 à 09:46:14  (site)

Merci encore et belle journée en Chine

2. trublion  le 29-09-2017 à 14:54:50  (site)

la Chine aime les symboles, le mariage ne pouvait y échapper

3. fanfan76  le 29-09-2017 à 19:54:29  (site)

Merci René...
Oui hier, je me suis trompée, merci d'avoir rectifié, en ce moment, j'ai parfois l'esprit confus...
Bon week-end, amitiés, fanfan

4. monica-breiz  le 30-09-2017 à 00:32:41  (site)

trés intéressant de parler des symboles du mariage en Chine
bonne soirée pour toi

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 28-09-2017 à 06:03:31

volume 3 chapitre IV page (19)

De nos jours, la bataille pour payer la facture est une scène qu'on peut observer au quotidien dans les restaurants en Chine, un autre volet de la face dans les sorties au restaurant est le fait de commander des plats à l'excès.


On le fait pour éviter de perdre la face, ce qui serait alors causé par des plats vides et des bols vide qui refléteraient, dans ce cas, son manque de générosité, ou un rang social de bas de game, en clair (être pauvre).


Sauver le mian zi est considéré, comme plus important, de plus on ne gaspille pas la nourriture, on emporte ce qu'on n'a pas mangé.


Le mariage chinois :

A propos du mariage (Quand on achète une maison, on regarde les poutres, quand on prend une femme, il faut regarder la mère) (Proverbe chinois).
(L'homme doit prendre une femme qui ait la moitie de son age, plus sept ans) (Proverbe chinois).


On trinque :
Lors de la cérémonie nuptiale en Chine, l'usage rituel veut que les deux jeunes mariés boivent le (Jiao bei jiu) 交杯酒 (trinquer en entrelaçant les bras).


Selon les documents historiques, déjà lors de la dynastie des Qin (-221 à -207 av. J.-C.), les deux mariés trinquent en buvant chacun du vin dans une louche faite d'une demie calebasse.


Ce qui signifie par là qu'ils sont liés à jamais, qu'ils ne forment qu'un et qu'ils ne se sépareront plus, qu'ils sont égaux par la condition et qu'ils ont les mêmes droits et charges, et qu'ils s'aimeront tendrement, se respecteront réciproquement et seront très attachés l'un à l'autre jusqu'à la mort.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 28-09-2017 à 06:43:09  (site)

Au restau il ne me viendrait pas à l'idée de discuter le prix... soit je rentre soit je ne rentre pas ,-)
Bien côté on trinque... Merci René

2. trublion  le 28-09-2017 à 15:41:35  (site)

et bien je peux te dire qu' en France on ne se bat pas pour payer l' addition !
il y a du vrai, quand on dit qu' il faut regarder la mère !

3. monica-breiz  le 28-09-2017 à 18:55:30  (site)

bonjour
j ai déjà aussi entendu dire que que
telle Mére telle fille
kenavo René

4. fanfan76  le 28-09-2017 à 19:19:36  (site)

Ah chez nous pas le droit de discuter la facture du restaurant !
Donc pas de divorces en Chine ?
Bon vendredi, amitiés, fanfan

5. Maria Dora  le 28-09-2017 à 19:48:50  (site)

C'est bien de pouvoir emporter les restes au restaurant , ou moins ça ne va pas a la poubelle , en France ce n'est pas bien vu , personne n'oserait le demander ! Chez nous aussi cela se fait de trinquer pour le mariage en entrelaçant les bras ! Bisous , amitié a vous deux

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 27-09-2017 à 07:33:36

volume 3 chapitre IV page (18)

Dans les Analectes de Zi Chang, un des disciples de Confucius, disait, (Les erreurs d'un gentilhomme sont comme des éclipses de soleil et de lune, quand un gentilhomme fait une erreur, tout le monde le voit, et quand il les corrige, tout le monde admire cela).


Les erreurs sont inévitables, particulièrement les erreurs d'un gentilhomme, s'il peut s'amender lui-même, les autres continueront de le respecter, s'il ne parvient pas à agir de la sorte ou s'il fait des efforts pour les dissimuler, alors non seulement il perdra son amour-propre mais devra aussi affronter le dédain d'autrui à son égard.


Dans le Livre des Mutations, il est dit que l'on doit changer pour le meilleur et réparer nos erreurs, il est impossible pour quiconque de ne pas faire d'erreurs, mais ce qui est crucial c'est de les corriger à temps.


Tai zhong, le célèbre empereur de la dynastie Tang, était très réputé pour sa capacité à accepter différentes suggestions et par conséquent il était capable de corriger ses erreurs au bon moment.


Quand il se rappelait de Wei Zheng, le conseiller en qui il avait eu le plus confiance, il disait (Si vous prenez le cuivre comme miroir, cela vous aidera à ajuster votre tenue, si vous prenez l'histoire comme miroir, vous verrez l'émergence et la chute des dynasties, si vous prenez un être humain comme miroir, vous apprendrez la perte et le gain).


Prendre ( un être humain comme miroir) signifie prendre les mots et les comportements des gens comme références pour découvrir que, peu importe que nous ayons raison ou tort, nous devons abandonner notre propre idée si les autres en ont de meilleures.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 27-09-2017 à 08:02:38  (site)

Abandonner ses idées si les autres ont meilleure solution c'est ma foi judicieux, merci René...

2. trublion  le 27-09-2017 à 14:43:32  (site)

c' est être ouvert aux autres et capables de changer d' avis

3. monica-breiz  le 28-09-2017 à 01:15:54  (site)


reconnaitre ses erreurs pas toujours facile à admettre
kénavo René

4. fanfan76  le 28-09-2017 à 02:23:54  (site)

Tout à fait d'accord ! C'est important de ne pas être obtus !
Bon jeudi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 26-09-2017 à 07:04:37

volume 3 chapitre IV page (17)

Les familles transmettaient aux générations successives la connaissance des matériaux et des techniques, les artistes chinois utilisaient des outils relativement simples, comme les brosses de bambou ou les peignes de bois, mais la conception des métiers à tisser, des fours à céramique et des fonderies révèle la maîtrise des processus de production complexes.


Le tour de potier à grande vitesse inventé à l'âge néolithique, les remarquables résultats de la fonte du bronze durant la dynastie Shang témoignent d'un haut degré de compétence technique chez les artistes de la Chine archaïque.


L'état d'esprit en Chine Zi Chang

Les anciens pensaient qu'il était très important de réparer ses propres erreurs c'était une façon de cultiver la vertu, les anciens croyaient que même un saint pouvait faire des erreurs.


Dans (les Classiques) il est dit que nul homme n'est infaillible, et qu'être apte à corriger ses erreurs est la plus noble des vertus, faire une erreur et ne pas la corriger, est par conséquent, commettre une autre erreur.


Confucius disait, (Si tu sais que tu as fait une erreur et que tu ne la corrige pas, c'est là que tu commet véritablement une erreur).


Cela est admirable quand quelqu'un peut de façon active améliorer son comportement, nous devrions agir comme Zi Lu, un des plus célèbres disciples de Confucius, (Joyeux chaque fois qu'il apprenait une de ses erreurs).


C'est seulement quand quelqu'un est soucieux de corriger ses erreurs qu'il peut continuellement s'améliorer et devenir une personne de grande vertu.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. trublion  le 26-09-2017 à 12:14:23  (site)

il est certain que si chacun corrigeait ses propres erreurs, le monde se porterait mieux !

2. jill bill  le 26-09-2017 à 13:28:19  (site)

Peu de personne savent admettre leurs erreurs, trop fières, merci René

3. monica-breiz  le 26-09-2017 à 22:40:45  (site)

merci RENE
l erreur est humaine
kénavo

4. baroud27  le 26-09-2017 à 23:35:45  (site)

Bonsoir René
L'erreur est humaine mais certaines personnes ne l'admettent pas...
Bonne soirée

5. fanfan76  le 27-09-2017 à 02:49:09  (site)

Je trouve que si on reconnaît ses erreurs, on fait preuve d'intelligence !
Amitiés, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-09-2017 à 06:19:31

volume 3 chapitre IV page (16)

Les troubles politiques et les contacts étrangers affectèrent le caractère de l'art chinois durant les siècles qui suivirent l'effondrement de la dynastie des Han en 220 apr. J.-C.


Le bouddhisme, introduit au Ier siècle apr. J.C, connut un grand essor à partir du IIIe siècle, il apportait depuis l'Inde par l'une des branches de la route de la soie, de nouveaux styles dans les domaines de l'architecture, de la peinture et de la sculpture, la doctrine bouddhiste mettait l'accent sur la capacité de l'esprit humain à transcender la mort, elle provoqua le déclin des coutumes funéraires fastueuses.


Lorsque la Chine fut unifiée par la dynastie des Tang au VIIe siècle, la peinture de paysage et le portrait prospéraient.


Aux préoccupations artistiques traditionnelles s'ajoutaient désormais des aspects cosmopolites et matérialistes, l'architecture profane atteignait une splendeur sans précédent, sous cette dynastie, les progrès techniques de la céramique amenèrent le développement de la porcelaine.


Les productions artistiques des Tang se raffinèrent et se développèrent au cours des dynasties suivantes.


Avec les Song du Nord, la peinture acquit un statut comparable à celui de la calligraphie, qui était considérée comme un art à part entière depuis les Han.


On réalisait en quantité, pour les collections impériales, des tableaux d'oiseaux et de fleurs, d'animaux et d'enfants sujets de prédilection de l'art chinois, la peinture de paysage devint le moyen d'expression artistique et philosophique préféré des wen-ren, peintres amateurs lettrés exerçant hors de la cour.


Les empereurs et les sujets fortunés décoraient leurs résidences avec des laques, des tapisseries tissées, des sculptures sur ivoire, des jades sculptés ou de l'orfèvrerie.


À partir de la dynastie Song, l'architecture progressa en raffinement jusqu'à l'époque des Ming, de nombreux édifices des périodes Ming et Qing subsiste encore à Beijing.


Durant toute l'histoire de la Chine, les artistes reçurent une formation très poussée dans chacun de leurs domaines spécifiques, à l'exception des artistes amateurs, ils étaient membres d'ateliers bien organisés et de taille importante.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 25-09-2017 à 07:55:32  (site)

Merci René et bon lundi en Chine, jill

2. trublion  le 25-09-2017 à 14:44:19  (site)

C' est en quelque sorte un développement de la culture

3. fanfan76  le 25-09-2017 à 19:32:35  (site)

Bonjour René, Ah la politique, cela engendre toujours des troubles ! merci René, amitiés et bonne semaine, fanfan

4. monica-breiz  le 26-09-2017 à 01:48:44  (site)

il étaient calés dans leur domaine
bonne soirée pour toi

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 24-09-2017 à 06:28:00

volume 3 chapitre III page (15)

Les Occidentaux disent (non) s'ils sont incapables de faire quelque chose ou s'ils ne le désirent pas, ce n'est pas la façon de faire en Chine où aucune demande n'est carrément refusée.


Si l'interlocuteur répond (peut-être) ou (Je vais faire de mon mieux), cela peut être interprété comme un refus (donc non), que ce soit pour des raisons d'incapacité ou parce que la personne répugne à le faire.


La perte de mian zi, considérer comme très humiliante est due à des bévues faites en public, le manque à respecter ses engagements ne vient qu'en deuxième lieu, ils craignent la honte si leur ignorance est révélée au grand jour, un sentiment que toute personne peut ressentir, quel que soit son contexte culturel.


De nouvelles influences, venues de l'Inde ou du Moyen-Orient, étaient acceptées par la cour, mais toute idée nouvelle, artistique, religieuse ou philosophique était soigneusement incorporée dans le tissu préexistant de la vie chinoise.


Avec les dynasties royales Shang et Zhou, puis les premières dynasties impériales Qin et Han (-1766 av. J.-C.-220 apr. J.-C.), l'art chinois prit son essor.


Dès l'âge du bronze, il était centré sur le culte des morts, pour s'assurer l'éternité et un voyage sans risque vers l'au-delà, les souverains et leurs fonctionnaires se faisaient bâtir et décorer des tombeaux somptueux en forme de fosses, dont beaucoup demeurent inviolés.


De la vaisselle de bronze ouvragée, des armes, des jades sculptés et des objets de céramique étaient placés près du cercueil, ils assuraient confort et protection dans l'autre monde.


Les murs de la chambre funéraire étaient décorés de scènes peintes ou sculptées représentant des légendes populaires ou des activités de la vie quotidienne.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 24-09-2017 à 06:31:43  (site)

Merci René et bon dimanche en Chine, jill

2. trublion  le 24-09-2017 à 14:09:57  (site)

toujours cette volonté de ne pas faire perdre la face

3. monica-breiz  le 24-09-2017 à 22:59:00  (site)

ah jamais la vérité alors c'est très dommage

4. fanfan76  le 25-09-2017 à 00:00:24  (site)

Je trouve plus élégant qu'un refus catégorique ! Merci René, amitiés, bonne semaine, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 23-09-2017 à 07:06:21

volume 3 chapitre III page (14)

Dans la vie courante, la classe sociale n'a aucunement une influence sur l'application du Zong zhu.


Cette loi s'applique à tous les rangs, une loi qui stipule que la primogéniture est applicable avec la succession des frères et sœurs.
Le fils aîné de la famille issu de l'épouse principale hérite automatiquement le titre de son père au sein du système.


Les autres fils issus des consorts, des concubines et des maîtresses seront octroyés d'un titre d'un rang inférieur que son père.


A travers le temps, ces termes ont perdu petit à petit leur signification originale, (Qing, Daifu et Shi) sont devenu des termes synonymes de fonctionnaires de la cour, les médecins se font appeler des (Dai fu) autrement dit (docteur).


Un moyen très fréquent afin d'augmenter son (mian zi) est de se faire référer ou faire une autoréférence via un homme célèbre comme Gong zi (Conficius).


Par ailleurs, lian a trait à l'intégrité morale et à la conduite sociale et concerne le respect qu'inspire une personne en retour de sa bienséance et de son sens de l'honneur, quelle que soit sa position sociale.


La perte de lian signifie que les gens de votre réseau social auront moins confiance en vous, alors que la perte de mian zi vous fait perdre un peu de votre autorité et de votre statut.


Le concept de face n'est pas propre uniquement à la Chine, on le retrouve également au Japon et en Corée du Sud, ce qui est la raison pour laquelle les trois pays sont disposés à faire des compromis plutôt que de s'affronter ouvertement entre eux, car le concept de mian zi s'applique également aux relations étatiques.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 23-09-2017 à 10:13:27  (site)

Mieux vaut ne rien perdre alors... merci, jill

2. trublion  le 23-09-2017 à 14:28:16  (site)

le droit d' ainesse a aussi existé chez nous, ça ne parait pas très juste, mais c' est le seul moyen de vraiment préserver l' héritage

3. monica-breiz  le 24-09-2017 à 00:40:11  (site)

le droit d ainesse existait aussi en Chine je vois et ils avaient plusieurs épouses
bonne soirée

4. fanfan76  le 24-09-2017 à 02:18:45  (site)

Merci René, bon dimanche pour Qing et toi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 22-09-2017 à 06:27:20

volume 3 chapitre III page (13)

Le Mian zi sauvez la face :
Un aspect fondamental de la culture orientale qui la distingue de la culture occidentale : le concept de (face) ou mianzi.


On pourrait dire que la civilisation chinoise est bâtie sur l'idée de (honte) plutôt que sur celle du péché comme, de façon générale, dans les pays d'Occident.


Un Chinois dont la conduite mérite le blâme doit faire amende honorable envers la société plutôt qu'envers dieu, notions qui n'à aucun sens pour le chinois.


Il y a un dicton chinois qui énonce (la face est à l'homme ce que l'écorce est aux arbres, le concept de face en est un qui est associé à la réputation et au prestige, en résumé, avec une image publique positive.


Le concept peut être subdivisé en mian zi et lian, deux termes qui sont fort diffèrent mais primordiaux au sein des relations sociales et de la hiérarchie dans la société.


Si les deux signifie bien face, mian zi (gêne honte) et lian face dans le sens de (visage), mian zi est associé avec le prestige et le statut et il touche à l'éducation, à la richesse et à la position sociale, c'est l'évaluation positive que la société fait d'une personne.


La notion de mia zi remonte au système social de la dynastie Zhou (-1122 à -256) est souvent appelé époque féodale (Feng jian) Chinoise qui s'avère être la combinaison de correspondant à l'honneur et aux récompenses et de (Zong zhu) correspondant à la loi du clan.


Dans cette organisation, les hommes ont été classés sous une hiérarchie d'ordre décroissant :
Les nobles : Zhu hou, gōng 公 duc, hóu 侯 marquis, bó 伯 comte, zǐ 子 vicomte, nán 男 baron
Messieurs les ministres de la cour royale : Qing
Messieurs les bureaucrates : Dai fu
Les roturiers : Shu min, la classe du peuple.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 22-09-2017 à 06:59:07  (site)

Merci René, chez nous ni la honte ni le péché arrête les hommes, triste société tout de même, jill

2. trublion  le 22-09-2017 à 14:45:12  (site)

je trouve bien le principe d' éviter de faire perdre la face, ça permet de maintenir des relations plutôt que de se faire des ennemis

3. monica-breiz  le 23-09-2017 à 01:30:46  (site)

bonsoir
j aime bien le dicton c'est vrai je trouve
kenavo René

4. fanfan76  le 23-09-2017 à 01:55:21  (site)

Joli dicton, merci René, amitiés, bon week-end pour Qing et toi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article