Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 30-11-2017 à 07:07:39

volume 3 chapitre XVII page (82)

Les groupes de Boxers présents dans la capitale sont commandés par deux princes, Duan et Chuang, et un général (Kang yi), les rues de Beijing pullulent de Boxers et la nuit des charrettes d'armes commence à entrer clandestinement dans la ville, les exécuteurs du Ciel comme ils aiment à se nommer veulent s'emparer du quartier des légations, massacrer les diplomates et leurs familles, mais aussi des milliers de chrétiens chinois.


La situation des catholiques est délicate, car un traité passé entre la France et la Chine assure la liberté de religion, mais risque de faire considérer le prêtre comme l'avant-coureur de la conquête étrangère, les bonnes relations qu'il entretient avec les mandarins, ne lèvent pas la suspicion.


En représailles des cruautés infligées à ceux de leurs parlementaires qui étaient tombés entre les mains des chinois et que ceux-ci avaient torturés, lord Elgin fit le 18 octobre incendier le Palais d'été où les scènes de tortures avaient eu lieu.


La révolte des Taiping qui éclate dans le Sud contre la dynastie mandchoue en 1850 réconcilie l'empereur avec les résidents étrangers.


Le mouvement xénophobe et anti-chrétien ne fut pas long à reparaître à Tientsin, vingt français, dix soeurs de Charité et deux missionnaires furent, avec la complicité tacite des autorités, massacrés, les chrétiens voyant l'effervescence des Boxers comprenaient que la crise allait éclater et se mirent en état de légitime défense, s'entouraient de remparts, on y amassait des grains et des armes.


Dans le Nord de la Mission il y eut six de ces forteresses, elles échappèrent toutes au massacre excepté Tchou Kia Ho, était une forteresse chrétienne de premier ordre.


Cependant, les bandes de Boxers se multiplient, pillant et brûlant les villages chrétiens environnants, les réfugiés affluent de plus en plus vers l'asile de Tchou Kia Ho, en dix jours la population passe à 3000 habitants environ, l'armement ne dépassait pas 150 fusils ou pistolets vieux style mais les Boxers n'étaient pas mieux armés.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 30-11-2017 à 07:38:44  (site)

Eh bien... !! Merci René, bon jeudi en Chine...

2. trublion  le 30-11-2017 à 15:30:25  (site)

IL n' est pas faux de dire que les prêtre sont une avant-garde de la conquête.
Les présences étrangères finissent toujours par devenir insupportables

3. fanfan76  le 01-12-2017 à 00:58:00  (site)

Guerres de religion, merci René, bon vendredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 29-11-2017 à 07:43:04

volume 3 chapitre XVII page (81)

Chapitre XVII
Les légations étrangères sont assiégées pendant près de deux mois, ce qui entraîne l'envoi d'un corps expéditionnaire occidental et japonais pour en venir à bout, un évènement qui va être connu dans le monde sous le nom, des 57 jours de Beijing.


À la suite de la défaite chinoise durant la Seconde guerre de l'opium (1856-1860), le ministère des Affaires étrangères établit ces bureaux dans un quartier de Beijing, des légations étrangères viennent alors s'y installer également, le quartier des légations fait environ 2 km².


Il est situé dans la zone de la ville assignée par le gouvernement des Qing aux légations étrangères, il y a 11 légations situées dans le quartier ainsi que d'un certain nombre d'entreprises et d'établissements bancaires étrangers, il y a aussi les douze missions chrétiennes de Beijing dispersées autour de la ville.


Au total, il y a de nombreux ressortissants des pays occidentaux et du Japon résidant dans la ville, 473 civils, dont 225 hommes, 149 femmes, 79 enfants, onze nationalités sont représentées, Grande Bretagne, Etats-Unis, Allemagne, France, Japon, Italie, Russie, Belgique, Pays Bas, Espagne, Autriche-Hongrie.


L'hostilité de la population et des Boxers devient telle que les diplomates mettent en place un périmètre de sécurité autour des légations, heureusement pour eux 450 militaires occidentaux pénètrent dans la capitale chinoise pour protéger les délégations étrangères.


L'extrémité Nord du quartier des légations est le début de la Cité Impériale où réside l'impératrice douairière Cixi, à l'extrémité Sud est l'énorme muraille datant des invasions tartares qui entourent la ville, les extrémités, Est et Ouest sont des rues principales de Beijing, donc des positions guère faciles à défendre.


Un édit de l'impératrice reconnaît les sociétés secrètes boxers, la cour impériale arme des milices à Beijing et dans le nord-est de la Chine.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 29-11-2017 à 07:59:00  (site)

Ca chauffait pour les étrangers... belges compris, merci René !

2. trublion  le 29-11-2017 à 15:07:45  (site)

un culot monstre, et ils n' avaient pas compris que la révolte s' organisait

3. monica-breiz  le 29-11-2017 à 23:55:19  (site)


ils se défendent c'est de bonne guerre
bonne soirée pour toi

4. fanfan76  le 30-11-2017 à 00:14:00  (site)

MERCI René, bon jeudi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 28-11-2017 à 05:51:55

volume 3 chapitre XVI page (80)

Cixi était au pouvoir depuis 1861 et son influence xénophobe paralysait l'action conciliatrice de l'un ou l'autre prince de sa cour, le jeune empereur Guangxu comprit la situation, prit le pouvoir en mains et forma un complot pour tuer la régente, le complot fût dénoncé et Guangxu, séquestré jusqu'à la fin de ses jours, ce sont les cent jours de l'empire libéral.


La réaction, menée par Cixi aboutit à une rupture avec les Puissances étrangères, le mouvement libéral s'était placé sur le terrain du patriotisme (L'impératrice a vendu la Chine aux étrangers) disait Kang Yeou wei, un des partisans de Guangxu, il n'avais pas tort.


Pour éviter ce reproche Cixi et son parti se livra à des surenchères de xénophobie, les instruments de cette politique furent les Boxers, cette société (Justice et concorde) n'était qu'un succédané de l'antique et mystérieuse association révolutionnaire du (Nénuphar blanc) (Pai Lien Kiao) tant de fois condamnée par la dynastie mandchoue des Qing, et toujours renaissante.


Les boxers qui doivent leur nom au missionnaire américain, Arthur H. Smith qui assistent à leurs rituels acrobatiques qui comprennent arts martiaux, maniements d'épées, prières et incantations, les membres de ces milices pratiquent le kung fu, dit boxe chinoise, comme les autres mouvements ennemis de l'Occident et millénaristes à travers le monde, leurs rituels les rendent invulnérables aux balles, bien sur c'est faux.


La révolte des Boxers, pour lutter contre les interventions étrangères, qui les vexent et parfois les privent de leurs terres, les Chinois réagissent en créant des associations de boxe qui se transforment en mouvement politique, a la cour, un parti est favorable au mouvement et l'autre, celui de l'impératrice, lui est opposé.


Un insurrection contre la présence étrangère finit par éclater, les missions et les Chinois convertis au christianisme sont attaqués, des voies de chemins de fer, construites par les étrangers, sont détruites, sous le prétexte qu'elles traversent des cimetières, Cixi feint d'adhérer au mouvement.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 28-11-2017 à 07:12:27  (site)

Ok... merci encore René, bon mardi en Chine, jill

2. trublion  le 28-11-2017 à 15:17:49  (site)

La révolte se met doucement en place

3. fanfan76  le 28-11-2017 à 17:26:51  (site)

Merci René, bonne journée, fanfan

édité le 28-11-2017 à 10:27:31

4. monica-breiz  le 29-11-2017 à 00:34:08  (site)

1861 ce n 'est pas si vieux que cela
c'est très intéressant cette partie d el histoire Chinoise

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 27-11-2017 à 07:08:55

volume 3 chapitre XVI page (79)

Entrée en scène du docteur Sun Yat sen, cet intellectuel, qui a étudié aux États-Unis, fonde un mouvement pour le redressement de son pays et la fondation des États-Unis de Chine, une première tentative d'insurrection avorte dans l'oeuf et Sun Yat-sen doit se réfugier au Japon.


1896 création du (Journal des Affaires du Temps) par Kang Yeou wei, à Guangzhou, ce dernier fait parvenir des mémoires au jeune empereur qui s'enthousiasme pour les réformes proposées, Guangxu appelle auprès de lui le libelliste.


1898 La tentative de réforme (Kang Yeou wei), l'empereur Guangxu prend la tête du mouvement réformateur, mais il se heurte aux conservateurs partisans de l'impératrice Cixi


L'empereur reçoit en audience secrète, au Palais d'été, dans le Pavillon des Vaguelettes de Jade, le général Yuan Shi kai, qui commande un régiment impérial, dans l'espoir qu'il soutiendra les réformes, mais ce dernier joue double jeu et fait avorter la tentative impériale.


Un coup d'état est déclenché par l'impératrice et les partisans du changement sont exécutés, jetés en prison ou déportés, l'empereur est séquestré dans un palais de la Cité Interdite dont il ne sortira qu'à sa mort.


1900 La deuxième tentative d'insurrection dirigée de l'étranger par Sun Yat sen, elle échoue après quinze jours de combats à Huizhou, de nombreux groupes révolutionnaires se créent et contestent par voie de presse l'idéologie des partisans de la monarchie.


L'impératrice Tzeu Hsi, (Cixi) intrigante et rétrograde, conduit peu à peu à sa perte la dynastie mandchoue, Cixi était persuadée qu'en dehors de la Chine le monde n'était peuplé que de sauvages sans conséquences et sans cultures.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 27-11-2017 à 07:30:02  (site)

Là, en effet !!! Merci René...

2. trublion  le 27-11-2017 à 16:17:32  (site)

on voit apparaître ce personnage important que fut Sun Yat Sen, pour ainsi dire le fondateur de la Chine moderne

3. fanfan76  le 27-11-2017 à 16:23:39  (site)

En effet, pas si bien que cela l'impératrice, merci René, bon lundi, amitiés, fanfan

4. monica-breiz  le 27-11-2017 à 22:52:32  (site)

l Impératrice avait ses convictions j aurais bien aimé la voir en photos cette DAME
BONNE SOIREE

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 26-11-2017 à 07:22:44

volume 3 chapitre XVI page (78)

La défaite face au Japon déclenche une ruée des puissances occidentales vers de nouvelles concessions, les Russes prolongent le Transsibérien jusqu'en Mandchourie, l'Allemagne s'accapare Tsingtao, l'empire britannique obtient un bail de 99 ans sur les Nouveaux territoires qui jouxtent sa colonie de Hong kong, 5 consessions sont établies dans la ville Wuhan, Anglaise, Française, Russe, Allemande, Japonaise, les puissances étrangères se font reconnaître le droit d'exploiter des mines, d'ouvrir des lignes de chemin de fer et de fonder des usines dans des zones d'influences.


La Mandchourie au bénéfice de la Russie qui écarte le Japon en, la péninsule du Shandong en faveur de l'Allemagne, le bassin du Yang Zi ou s'installe l'Angleterre, et les trois provinces du Sud Ouest pour la France, déjà maîtresse du Tonkin.


Ces investissements financiers sont protégés par des bases militaires sur le sol chinois, (les territoires à bail), Port-Arthur (Dalian) pour la Russie, Wei ha wei pour l'Angleterre, Qingdao (Tsingtao) pour l'Allemagne, Guangzhou (Canton) pour la France.


On ne peut plus parlé d'empire chinois, qui a donc perdu toute sa puissance à cause des guerres de l'opium, leurs conséquences ont été catastrophiques pour le pays, la Chine est vraiment déchirée, elle mettra des décennies à s'en remettre.


1896 L'expansion impérialiste qui suit la guerre sino-japonaise provoque un fort mécontentement populaire, dans le sud du Shandong, des missions chrétiennes sont brûlées par une nouvelle secte nommée Boxeurs, ses membres pratiquent une boxe rituelle censée les protéger des balles étrangères.


La Chine vit une période difficile à surmonter, et l'impératrice Cixi décide qu'il est temps que la Chine commence à se moderniser en prenant exemple sur les pays plus développés, elle s'industrialise, commence à créer des armes, ses ports se développent et les bateaux à vapeur apparaissent, les lignes de chemin de fer arrivent dans le pays.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 26-11-2017 à 07:30:31  (site)

L'impératrice Cixi avait raison... merci René, bon dimanche en Chine...

2. trublion  le 26-11-2017 à 14:52:43  (site)

ce fut une véritable curée, et les prédateurs s' en étaient donné à coeur joie !

3. fanfan76  le 26-11-2017 à 18:14:52  (site)

Je constate que c'est une femme qui veut moderniser la Chine...
Bon fin de dimanche, bonne semaine, pour Qing et toi René, amitiés, fanfan

4. monica-breiz  le 27-11-2017 à 01:00:04  (site)

Cixi , une grande Impératrice alors
bonne soirée

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 25-11-2017 à 07:38:54

volume 3 chapitre XVI page (77)

1885 c'est par le Traité de Tientsin (Tianjin), la Chine reconnaît le protectorat français sur le Vietnam, renonce à sa suzeraineté sur l'Annam et ouvre deux villes du sud-ouest au commerce français.


1889 Guang xu atteint sa majorité, mais Cixi continue de manoeuvrer en coulisses.
1890 La Conférence de Calcutta, la frontière entre le Sikkim et le Tibet est fixée entre la Chine et l'Angleterre, sans la participation des Tibétains, l'Angleterre reconnaît ainsi implicitement la suzeraineté de la Chine sur le Royaume du Tibet.


1895 La défaite de la Chine contre le Japon en Corée, les troupes chinoises sont intervenues dans le pays, à la demande de son roi, pour mater une insurrection, les Japonais ont contré les Chinois et la marine de ces derniers n'a pas été en mesure de résister à celle de l'empire du Soleil Levant, la moitié de la flotte chinoise a été coulée à l'embouchure du Yalu.

 

Les crédits qui auraient dû être affectés à la marine ont été détournés au bénéfice d'une cour corrompue et pour reconstruire le Palais d'été, notamment un pavillon en marbre blanc, en forme de bateau à aube, la base navale de Lushun est conquise par les troupes nippones.


Les difficultés de l'empire du Milieu, dans l'incapacité de payer sa dette de guerre au Japon, incitent les pays sollicités à réclamer de nouvelles concessions, le partage des zones d'influence entraîne le dépècement de la Chine sans que cette dernière n'ait son mot à dire.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 25-11-2017 à 07:41:37  (site)

Ah les crédits détournés.... !! Merci René, bon samedi en Chine, jill

2. trublion  le 25-11-2017 à 16:02:21  (site)

On profite toujours de la faiblesse pour demander plus encore !
Lorsqu' on a un territoire immense, il est difficile de le conserver intact

3. fanfan76  le 25-11-2017 à 17:45:34  (site)

Merci René, bonne fin de samedi et bon dimanche, amitiés pour Qing et toi René, fanfan

4. monica-breiz  le 26-11-2017 à 01:20:20  (site)

tout se paie , partout
bonne fin de journée RENE

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 24-11-2017 à 07:17:43

volume 3 chapitre XVI page (76)

Cependant, en juin 1884, les forces chinoises attaquèrent une colonne française à Bac Le, cette colonne avait été envoyée pour occuper le pays, en accord avec le traité.


À la suite de cette attaque, la guerre reprit à une plus grande échelle, la France bloqua les ports sur l'île de Taiwan, avant de tenter un débarquement contre les troupes impériales.


Au Tonkin, la mousson mettait fin aux offensives françaises, permettant aux chinois d'avancer dans le delta, ils firent le siège de la forteresse de Tuyen Quang, qui fut défendue par un bataillon de la légion étrangère pendant 36 jours.


Un corps expéditionnaire français captura Lang Son en février 1885, a la suite d'une attaque de par-delà la frontière chinoise à Bang Bo, Lang Son fut rapidement abandonné par les Français le 28 mars 1885.


1884 La création officielle par la Chine de la région du Xinjiang qui n'avait pas jusqu'alors d'existence juridique.


La France obtient des avantages économiques dans la Chine du Sud Ouest, la flotte moderne que la Chine avait construite après la destruction de l'arsenal de Fuzhou par les français ne résiste pas aux canons japonais.


Le vainqueur annexe Taiwan et les îles Pescadores, s'assurent le contrôle des richesses de la Mandchourie, le traité de Shimonoseki en 1894 permet au japon de participer au (dépeçage) de la Chine.


Par le Traité de Shimonoseki, la Chine reconnaît la tutelle japonaise sur la Corée, cède Formose (Taiwan), les Pescadores et la presqu'île de Liaodong, l'empire du Soleil Levant rejoint les Occidentaux dans le cercle des pays prédateurs de la Chine.


1884, les français bombardent Fuzhou et bloquent les transports de riz vers Beijing, la France obtient des avantages économiques dans la Chine du Sud Ouest.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 24-11-2017 à 07:20:25  (site)

Ca en a fait du remue-ménage, merci René et bon vendredi en Chine...

2. trublion  le 24-11-2017 à 14:59:31  (site)

tu as utilisé le bon mot avec prédateurs de la Chine !

3. fanfan76  le 25-11-2017 à 00:51:30  (site)

Pas évident pour les chinois quand les français avaient bloqué les transports de riz...
Merci, bon week-end pour Qing et toi René, fanfan

4. monica-breiz  le 25-11-2017 à 02:11:28  (site)

pas ben la France d avoir bombardé
et affamé les gens
kenavo RENE

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 23-11-2017 à 07:33:23

volume 3 chapitre XV page (75)

Plus généralement, l'incursion japonaise à Taïwan en 1874 et la faible réaction chinoise furent une révélation flagrante de la faiblesse de la Chine à cette époque et une invitation à d'autres étrangers de débarquer à Taïwan.


Le succès de l'incursion japonaise fut en particulier parmi les facteurs influençant la décision française d'envahir Taïwan en 1884, pendant la guerre franco-chinoise.
La Cour des Qing a essayé tardivement de renforcer son emprise sur Taïwan, et le commissaire impérial chinois Shen Bao Zhen a apporté quelques améliorations aux défenses côtières de l'île, d'autres améliorations furent apportées par le gouverneur chinois Liu Ming Chuan pendant les années 1880.


La guerre franco-chinoise dura de septembre 1881 à juin 1885, elle éclata parce que les Français tentaient de prendre le contrôle du fleuve Rouge qui reliait Hanoi à la riche province du Yunnan en Chine, malgré la libre circulation, les pavillons noirs harcelaient les navires de commerce français.


Aussi, le gouvernement français envoya-t-il un petit corps expéditionnaire pour nettoyer la vallée du fleuve Rouge des pavillons noirs, la cour Qing vit l'arrivée de cette armée européenne comme une menace pour ses frontières et protesta.


Les Pavillons Noirs (Hei qi jun) étaient des soldats irréguliers chinois qui sévissaient en Indochine, principalement contre les Français.


Ce sont d'anciens rebelles Taiping commandés par Liu Yongfu (1837-1917)
Les français, commandés par le capitaine de vaisseau Henri Rivière, prirent la citadelle d'Hanoi, capitale du Tonkin, le 25 avril 1882.


Durant l'été 1883, Rivière fut tué lors des opérations de nettoyage du delta du fleuve Rouge contre les pavillons noirs.


La Chine rejeta ce traité et envoya des troupes au Tonkin, bien que ni la Chine, ni la France, n'aient formellement déclaré la guerre, les combats opposant leurs troupes respectives commencèrent à l'automne 1883, les Français prirent les citadelles de Bac Ninh, Son Tay et Tuyen Quang.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 23-11-2017 à 07:37:08  (site)

Merci René et bon jeudi en Chine, jill

2. trublion  le 23-11-2017 à 16:26:37  (site)

C' est la parfaite illustration du Si vis pacem, para bellum

3. monica-breiz  le 23-11-2017 à 21:55:18  (site)

ah la FRANCE avait envoyé des soldats et c'était loin pour cette époque
j en avait entendu parler
bonne journée pour toi

4. fanfan76  le 23-11-2017 à 23:22:57  (site)

Merci René, je ne connaissais pas l'histoire de cette guerre franco-chinoise, bon vendredi, amitiés, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 22-11-2017 à 07:30:02

volume 3 chapitre XV page (74)

1874 L'empereur Tong zi par ses excès et sa vie de débauche du soir ne lui permet pas de tenir longtemps, il meurt à dix-neuf ans à peine.


À sa mort, selon les annales de la cour, Cixi se déclare bouleversée, (Je croyais pouvoir être heureuse une fois mon fils empereur, à sa mort, je suis devenue une autre car c'en était fini de mon bonheur) mais Cixi n'a pas le temps de sombrer dans le chagrin car l'épouse de Tong zhi est enceinte.


Si elle donne naissance à un fils, ce dernier sera l'héritier du trône et Cixi sera évincée du pouvoir car la jeune veuve assumerait la régence à sa place de Cixi, cette dernière convoque donc les hauts dignitaires de l'empire le soir du décès de son fils.


Elle envoie chercher Zai tian, le fils de sa sœur, pour le faire succéder au trône, réalisant ainsi un véritable coup d'état, Zai tian, âgé de trois ans, devient le nouvel empereur sous le nom de Guangxu, le nouvel enfant empereur est soumis au même sort que son prédécesseur, résolue à préserver la tradition impériale chinoise, Cixi dirige la cité interdite d'une main de fer.


À sa majorité, l'empereur se charge personnellement des affaires du gouvernement mais demeure dans les faits la marionnette de Cixi.


1875 Les autorités Qing ont sans succès essayé de soumettre la région côtière du sud-est de Taïwan, expédiant une troupe de 300 soldats contre les Paiwan, les troupes chinoises tombèrent dans un guet-apens conduit par les aborigènes, 250 soldats chinois furent tués, et les 50 autres se replièrent à Takow.


Les aborigènes qui s'étaient rendus ont reçu des drapeaux japonais qu'ils ont élevés au-dessus de leurs villages comme symbole de paix avec le Japon et de protection contre les tribus rivales, les Japonais voyaient cela comme un symbole de domination sur les aborigènes.


L'expédition a également servi de répétition à une future invasion japonaise de Taïwan, l'île était déjà vue comme une colonie japonaise potentielle par quelques cercles au Japon.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 22-11-2017 à 12:13:07  (site)

Merci encore, et bon mercredi en Chine, JB

2. monica-breiz  le 22-11-2017 à 23:58:15  (site)

ah il est mort bien jeune cet Empereur

Cixi un joli nom pour lui
bonne soirée René

3. fanfan76  le 23-11-2017 à 00:16:51  (site)

Merci René, bon jeudi, fanfan

4. trublion  le 23-11-2017 à 02:46:20  (site)

les intrigues ne manquent pas

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
posté le 21-11-2017 à 07:48:08

volume 3 chapitre XV page (73)

Les forces japonaises se retirèrent de Taïwan après que le gouvernement des Qing fut d'accord pour remettre une indemnité de 500000 taels, le représentant britannique au Japon, a caractérisé cette transaction de (volonté de la Chine de payer pour ne pas être envahie).


1872 Li Hong zhang 李鸿章Li Hong zhang est né dans le village de Qunzhi , à une quinzaine de kilomètres au nord-est de Hefei dans l'Anhui.


Il joue un rôle important dans la contre-offensive de l'empire Qing face à la révolte des Taiping, en levant une milice dans sa province, l'armée de l'anhui.


Mais sa place dans l'histoire de Chine provient surtout du rôle fondamental qu'il joue pour constituer une armée chinoise moderne, l'armée de Beiyang, à partir précisément de l'armée de l'Anhui, est un général et homme d'état chinois ayant tenu un rôle de premier plan à la fin de l'empire Qing.


Il occupe des postes importants à la Cour Impériale, dont celui de Vice-roi du Zhili.
Cette réforme considérable, qu'il mène de 1880 à 1900 environ, s'accompagne de la création d'une marine moderne, la flotte de Beiyang.


Il mène les troupes chinoises sous la dynastie Qing, lors de la première guerre sino-japonaise et il est le signataire du traité de Shimonoseki (17 avril 1895) qui conclut l'entente d'armistice et cède Formose (Taïwan) au Japon.


Il est aussi chargé des Affaires étrangères de l'Empire céleste, à ce titre, il est le signataire avec les Russes de deux traités inégaux, le traité Li-Lobanov, donnant la concession de Port Arthur aux Russes pour une durée de vingt ans, alors que les Allemands avaient obtenu celle de Kiauschou quelques mois plus tôt.


Li Hong zhang proposa d'ajouter à la politique de renforcement, un programme d'enrichissement qui concerne le développement de l'industrie, de nouvelles entreprises industrielles se crée et les anciennes se modernisent.


Les puissance occidentales profitent de la crise intérieure et de la faiblesse du pouvoir mandchou pour faire échouer le plan de modernisation de la Chine en 1872.

 

 

 


Commentaires

Dernier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 

1. jill bill  le 21-11-2017 à 07:54:18  (site)

Quand le lis la fin de l'article... ! Merci René et bon mardi en Chine !

2. trublion  le 21-11-2017 à 15:41:44  (site)

Maintenir la Chine dans le passé, pour éviter qu' elle ne surpasse les forces en présence, une tactique utilisée aujourd' hui encore

3. monica-breiz  le 21-11-2017 à 22:36:16  (site)

et maintenant la Chine est fort moderne

bonne soirée REN2

4. fanfan76  le 21-11-2017 à 22:46:36  (site)

MERCI René, bon mercredi, fanfan

Premier commentaire    Commentaires terminés   Fermer les commentaires
 
 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article