Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 30-04-2016 à 06:12:59

Chapitre XVI L'empire fleuri (page 94)

Le royaume de Zhao perd 450000 hommes sur 650000 et Qin perd la moitié de son armée de 500000 hommes, Qin avec cette victoire, a établi la supériorité militaire sur les autres royaumes et trente ans plus tard, le royaume de Zhao qui était le plus puissant est conquis, en - -256 le royaume de Zhao est absorbé par le royaume de Qin, le royaume de Chu a conquis celui de Song ensuite celui de Lu.

 


 
 
posté le 29-04-2016 à 06:22:56

Chapitre XVI L'empire fleuri (page 93)

Shang Yang met à l'écart l'aristocratie et s'appuie sur une méritocratie, au sein de laquelle seuls ceux qui prouvaient leur valeur pouvait atteindre les hauts postes et le droit de naissance était réservé uniquement au dirigeant de l'État, Shang Yang s'attira ainsi de nombreux ennemis il fut poursuivi et finalement tué.

 


 
 
posté le 28-04-2016 à 06:24:38

Chapitre XVI L'empire fleuri (page 92)

-247 av. J.C Premier écrit sur le feng shui, qui est alors a son apogée qui devient alors une véritable science très bien codifiée, qui est étudiée dans des écoles.

 


 
 
posté le 27-04-2016 à 06:31:11

Chapitre XV L'empire fleuri (page 91)

Pour tromper son ennemi, Sun Bin décide de réduire le nombre de feux de camp chaque soir ainsi Pang Juan se persuade que les désertions sont nombreuses et décide de poursuivre l'ennemi avec une petite cavalerie d'élite, trop confiante après sa récente victoire.

 


 
 
posté le 26-04-2016 à 07:03:11

Chapitre XV L'empire fleuri (page 90)

- 342 La bataille de Maling Le royaume de Wei allié au Zhao attaque l'état de Han et le commandement de l'armée est confié au général Pang Juan.

 


 
 
posté le 25-04-2016 à 06:09:43

Chapitre XV L'empire fleuri (page 89)

Mencius a élaboré et renouvelé sur plus d'un point le confucianisme, contrairement à son maître, qui avait insisté sur les idées de justice et de vertu, Mencius accordait à l'économie politique une place primordiale et pensait que la morale ne commence qu'une fois la panse remplie.

 


 
 
posté le 24-04-2016 à 06:44:07

Chapitre XV L'empire fleuri (page 88)

Mencius :Mencius孟子(-385 à -304 av. J.C.) Il était à la fois penseur, politicien et pédagogue de l'époque des Royaumes Combattants, qui suivit immédiatement Confucius apporta une contribution importante au confucianisme.

 


 
 
posté le 23-04-2016 à 06:11:32

Chapitre XV L'empire fleuri (page 87)

-400 av. J.C L'invention de l'ancêtre du gilet pare-balle en osier tressé, qui résiste aux carreaux d'arbalète les flèches et aux coups de sabre.

 


 
 
posté le 22-04-2016 à 06:49:29

Chapitre XIV L'empire fleuri (page 86)

-444, Les Chinois savent calculer avec précision la durée de l'année solaire bien avant le calendrier Julien des Romains, les progrès significatifs dans la civilisation matérielle et intellectuelle, sont dus à la concurrence entre les différents royaumes, la monnaie métallique est employée, la fonte de fer est inventée, l'administration est centralisée.

 


 
 
posté le 21-04-2016 à 06:22:52

Chapitre XIV L'empire fleuri (page 85)

- 481 à - 221 av. J.CLa période des royaumes combattants La période des Royaumes combattants oppose 7 grands royaumes puissants (Qin, Qi, Chu, Yan, Zhao, Han et Wei).

 


 
 
posté le 20-04-2016 à 06:44:49

Chapitre XIV L'empire fleuri (page 84)

Confucius n'a jamais reconnu l'existence d'un dieu, il a dit (l'homme n'arrive pas a communiqué avec l'homme, comment pourrait il communiqué avec un dieu).

 


 
 
posté le 19-04-2016 à 05:35:56

Chapitre XIV L'empire fleuri (page 83)

Le délai fut accordé, et cinq jours après, Confucius revint auprès de son maître avec un visage rayonnant, j'ai trouvé enfin, ce que j'ai si longtemps cherché, s'écria-t-il, je suis comme un homme qui a gravi péniblement une haute montagne, et découvre enfin tout le pays environnant.

 


 
 
posté le 18-04-2016 à 06:50:51

Chapitre XIV L'empire fleuri (page 82)

Bientôt le maître s'aperçut que le nouveau venu n'était pas un écolier ordinaire, et un soir, il le retint auprès de lui, après quelques instants de grave causerie, il se fit apporter la grande lyre nommée king, et dit à Confucius : Écoutez attentivement la mélodie que je vais vous faire entendre, Confucius se recueillit et les cordes commencèrent à vibrer.

 


 
 
posté le 17-04-2016 à 06:45:55

Chapitre XIII L'empire fleuri (page 81)

Le cuisinier qui sait mettre en valeur arôme et couleur, possède autant de mérite qu'un lettré, Confucius a accentué sur le fait, que pour être nutritif, aussi bien que plaisant, chaque repas doit respecter la bonne combinaison de couleurs, de goûts, d'arômes et de textures.

 


 
 
posté le 16-04-2016 à 06:16:05

Chapitre XIII L'empire fleuri (page 80)

Ceci c'est la traduction d'un texte trouvée sur un livre en lame de bambou, d'un auteur inconnu, mais disciple de Confucius.

 


 
 
posté le 15-04-2016 à 06:00:56

Chapitre XIII L'empire fleuri (page 79)

Mettant l'homme au centre de ses préoccupations et refusant de parler des esprits, de dieu, ou de la mort, Confucius n'a pas fondé de religion au sens occidental du terme, même si un culte lui a été dédié par la suite, cherchant à fonder une morale positive, structurée par les (rites) et vivifiée par la (sincérité), mettant l'accent sur l'étude et la rectitude.

 


 
 
posté le 14-04-2016 à 06:37:52

Chapitre XIII L'empire fleuri (page 78)

Il excluait de son enseignement tout mysticisme, toute doctrine de puissance ou de salut personnel, ainsi que la magie sous toutes ses formes, y compris les religions, pour Confucius, le véritable esprit religieux consiste à accomplir son devoir de citoyen et à développer en soi un sentiment désintéressé de l'ordre universel, voilà une idéologie bien adaptée au mode de gouvernement de la Chine féodale, que Confucius connaissait bien.

 


 
 
posté le 13-04-2016 à 06:34:31

Chapitre XIII L'empire fleuri (page 77)

Confucius (-551 av; J-C. - 479 av. J-C.) Le fameux sage philosophe chinois auquel sont attribués à tort tant de proverbes dits chinois, car Confucius n'a jamais rien écris, il a enseigner a des disciples, qui ont transcrit sa pensée, avec l'énorme risque, soit d'une mauvaise compréhension, soit d'une interprétation erronée de la pensée du maître.

 


 
 
posté le 12-04-2016 à 07:01:29

Chapitre XII L'empire fleuri (page 76)

Voilà pourquoi le livre de stratégie de Sun Zi, prend toute son importance aux XXI siècles, mais ce n'est pas tout, car le livre peut aussi vous aider, dans votre vie de chaque jour, en effet face à un problème, vous posez vous les bonnes questions, avez-vous évaluez les dimensions du problème, fait vous le tour de toutes les solutions en réponse aux paramètres du problème.

 


 
 
posté le 11-04-2016 à 06:38:41

Chapitre XII L'empire fleuri (page 75)

La Chine est un marché porteur, un marché en pleine croissance dans beaucoup de secteurs, mais cela demande du temps, beaucoup de temps pour s'installer, du temps pour identifier ses clients, du temps pour proposer une offre en adéquation avec la demande, du temps pour négocier les contrats, du temps pour laisser à ses clients le temps de connaître l'entreprise.

 


 
 
posté le 10-04-2016 à 06:28:21

Chapitre XII L'empire fleuri (page 74)

La Chine est un pays continent, on s'attaque à la Chine équivaut à s'attaquer à l'Europe, cela signifie que il faut être présent partout, que les clients ne sont pas les mêmes suivants les régions et que les mentalités ne sont pas les mêmes partout, que pour capter 1% du marché il faut investir beaucoup, d'argent de temps.

 


 
 
posté le 09-04-2016 à 06:38:11

Chapitre XII L'empire fleuri (page 73)

Sun Zi est loin d'être un idéaliste se contentant de grands principes et de règles abstraites, c'est un pragmatique, en homme expérimenté, il a le souci du détail et donne des conseils précis sur l'usage du feu, des espions, sur les différentes configuration du terrain et sur la gestion du temps.

 


 
 
posté le 08-04-2016 à 06:36:22

Chapitre XII L'empire fleuri (page 72)

Ainsi, une règle essentielle de la stratégie consiste à se préparer à déjouer une attaque, au lieu d'espérer qu'elle ne se produise pas.

 


 
 
posté le 07-04-2016 à 07:03:51

Chapitre XII L'empire fleuri (page 71)

Ainsi il se rend maître du destin de l'ennemi, il faut être insaisissable et retenir le plus d'informations, ou en donner des inexploitables, pour avancer irrésistiblement, attaquez les points faibles de l'ennemi.

 


 
 
posté le 06-04-2016 à 07:08:03

Chapitre XII L'empire fleuri (page 70)

Le stratège connaît l'environnement, de l'autre ainsi que de lui-même, la connaissance et son utilisation mènent à une victoire quasi assurée.

 


 
 
posté le 05-04-2016 à 07:00:17

Chapitre XII L'empire fleuri (page 69)

Connais l‘adversaire et surtout connais toi toi-même et tu seras invincible, le général représente la sagesse, la sincérité, le courage et la rigueur, ces qualités du général sont nécessaires à la victoire stratégique, l'autre condition nécessaire est l'appui sur le potentiel de situation.

 


 
 
posté le 04-04-2016 à 06:19:07

Chapitre XII L'empire fleuri (page 68)

Enfin, dans un contexte actuel de guerre économique mondiale où la Chine joue un rôle croissant, ce très ancien livre peut aider à comprendre comment le (grand dragon) joue de ses atouts et sait masquer ses points faibles.

 


 
 
posté le 03-04-2016 à 07:06:44

Chapitre XII L'empire fleuri (page 67)

Remplacement de mots clef :

L'évaluation (始計) remplacé par R&D recherche et développement, L'engagement (作戰) remplacé par le planning.

 


 
 
posté le 02-04-2016 à 07:49:23

Chapitre XII L'empire fleuri (page 66)

L'art de la guerre de Sun Zi (stratège militaire chinois) c'est sûrement le meilleur livre de stratégie, il est toujours d'actualité, car ce qui est vraiment étonnant avec les idées de Sun Zi, c'est que son livre n'est pas uniquement militaire, mais sa stratégie, est aussi très valable pour la gestion d'une entreprise voir d'un état de nos jours.

 


 
 
posté le 01-04-2016 à 07:02:06

Chapitre XI L'empire fleuri (page 65)

En outre Lao Tseu attire l'attention sur le fait, que cette invention humaine, est toujours masculine (Yang) jamais féminine (Yin), ce qui est un non sens, car dans la nature rien n'est jamais à 100% (Yang ou Yin).