Le vieux Mandarin raconte, la Chine

J'écris ce livre sur la Chine

posté le 31-08-2017 à 06:28:40

volume 2 chapitre XXXXIL page (241)

En son jardin, le Chinois fait en sorte que soient visibles les traces du passage des énergies vitales, dans la composition des éléments naturels (yin), l'eau, la pierre, la végétation, comme dans celle des éléments fabriqués (yang), les pavillons, les murs, les ponts, les socles.

 


 
 
posté le 30-08-2017 à 07:09:13

volume 2 chapitre XXXXVIII page (240)

Le convoi des plantes et des pierresL'empereur Hui zong de la dynastie Song, piètre gouvernant mais grand esthète et amateur de jardins et de pierres fit créer de nombreux jardins de grandes superficies.

 


 
 
posté le 29-08-2017 à 07:03:15

volume 2 chapitre XXXXVIII page (239)

Les calebassesIl existe de nombreuses légendes qui font intervenir une calebasse, un vase ou une gourde.

 


 
 
posté le 28-08-2017 à 07:57:35

volume 2 chapitre XXXXVIII page (238)

Les cheminsLes chemins sont les compléments yang des rivières yin.Faits de petits galets ronds de rivière, de la taille d'un œuf d'oie, ou de pierres irrégulières, le dallage est la représentation d'un plan d'eau.

 


 
 
posté le 27-08-2017 à 07:51:22

volume 2 chapitre XXXXVIII page (237)

Les mursLe mur d'enceinte délimite et sacralise l'espace qu'il enserre, il (noue) le lieu habité par une puissance spirituelle, en situation d'extraterritorialité, échappant à la corruption environnante et à l'usure du temps.

 


 
 
posté le 26-08-2017 à 06:20:15

volume 2 chapitre XXXXVIII page (236)

Les arbres Comme les montagnes et les pierres dressées, l'arbre est une pointe qui touche le Ciel et par laquelle irradient les influences bénéfiques.

 


 
 
posté le 25-08-2017 à 06:26:22

volume 2 chapitre XXXXVII page (235)

Les roches de l'hiverLes roches se détachent systématiquement sur le fonds d'un mur blanc assez rapproché ou alors, bordant le coin d'un patio, elles semblent surgir du vide lui-même.

 


 
 
posté le 24-08-2017 à 07:27:01

volume 2 chapitre XXXXVII page (234)

Les cavernes Les trous, creux, cavernes, sont associés à l'idée de tertre creux ou à un sommet inversé.

 


 
 
posté le 23-08-2017 à 07:09:20

volume 2 chapitre XXXXVII page (233)

Les ponts Les ponts sont souvent en demi-cercle, en arc-en-ciel, ce pont qui relie la Terre au Ciel, avec son reflet dans l'eau, il deviens cercle se complète, devient le Ciel.

 


 
 
posté le 22-08-2017 à 06:38:39

volume 2 chapitre XXXXVII page (232)

Si la maison chinoise est bâtie selon des règles assez conventionnelles, telles la clarté, la symétrie et la ligne droite, le jardin, son extension naturelle, est au contraire caractérisé par l'irrégularité, l'asymétrie, la ligne courbe, le mystère, l'originalité et l'imitation de la nature.

 


 
 
posté le 21-08-2017 à 06:31:54

volume 2 chapitre XXXXVII page (231)

Itinéraire spirituel, le jardin est encore en Chine une retraite conçue pour le loisir, l'amitié, la méditation et ces plaisirs raffinés qu'apportent le chant, la danse la récitation des poèmes, les parties de jeu d'échec chinois.

 


 
 
posté le 20-08-2017 à 06:33:45

volume 2 chapitre XXXXVI page (230)

Les penseurs taoïstes Lao Zi et Zhuang zi soutenaient que le plus grand idéal de la vie est de (s'intégrer aux rythmes de la Nature, retourner vers la Nature et mener une vie simple).

 


 
 
posté le 19-08-2017 à 07:09:30

volume 2 chapitre XXXXVI page (229)

Un autre élément clef des jardins chinois est leurs allées couvertes, construites pour permettre de profiter du jardin même sous la pluie ou la neige.

 


 
 
posté le 18-08-2017 à 06:27:03

volume 2 chapitre XXXXVI page (228)

Les diaolou, maisons fortifiées de village de Kaiping, bâties sur plusieurs étages, témoignent d'une fusion complexe et flamboyante des formes structurelles et décoratives chinoises et occidentales.

 


 
 
posté le 17-08-2017 à 06:48:04

volume 2 chapitre XXXXVI page (227)

Maison fortifiée diaolou de Kaiping :Le terme diaolou 碉楼 du caractère 碉 (diāo tour d'observation) et 楼 (lóu étages) .

 


 
 
posté le 16-08-2017 à 06:40:38

volume 2 chapitre XXXXVI page (226)

Elle s'étend sur une superficie totale de 10642 m² (2.6 acres) dont 4175 m² (1 acre) sont occupés par les bâtiments qui comptent six cours principales, vingt cours secondaires et 313 pièces.

 


 
 
posté le 15-08-2017 à 06:52:40

volume 2 chapitre XXXXV page (225)

La maison de Qiao :La riche propriété familiale des Qiao présente les principales caractéristiques des résidences du nord de la Chine à l'époque de la dynastie des Qing (1636-1911). Edifiée en 1756, elle fut rénovée et élargie à plusieurs reprises jusqu'à devenir, cette grande et magnifique demeure.

 


 
 
posté le 14-08-2017 à 07:13:35

volume 2 chapitre XXXXV page (224)

La maison du clan Shen :Le temple des Ancêtres de la Famille Chen(陈家祠), également appelé l'académie des Chen, est devenu, de nos jours, le musée du Folklore et de l'Artisanat du Guangdong.

 


 
 
posté le 13-08-2017 à 06:30:08

volume 2 chapitre XXXXV page (223)

Les peintures, les calligraphies et les poèmes s'associent harmonieusement, tandis que les personnages, les fleurs et les animaux sont d'une ressemblance frappante.Cette résidence est non seulement un joyau des habitats populaires du centre du Shanxi, mais aussi un musée original d'art architectural.

 


 
 
posté le 12-08-2017 à 06:11:40

volume 2 chapitre XXXXV page (222)

Pour vous faire une idée de la taille de la maison, sachez qu'après que le clan Wang ait déserté les lieux en 1937 lors de l'invasion de la Chine par les japonais, les paysans locaux se sont emparés des lieux et 212 familles et 600 personnes vivaient dans la (maison).

 


 
 
posté le 11-08-2017 à 06:37:22

volume 2 chapitre XXXXV page (221)

Les chevrons épousent la courbure du toit, des chevrons d'avant-toit permettent une avancée du toit, puis, en couverture, viennent les voliges qui sont enduites soit de plusieurs couches d'argile soit de minces bardeaux, avant de recevoir les tuiles en demi canal, posées partie convexe vers le ciel, le joint étant recouvert par une autre tuile, partie concave vers le ciel.

 


 
 
posté le 10-08-2017 à 06:12:11

volume 2 chapitre XXXXIV page (220)

Les galeries sont protégées par une avancée du toit que permettent de nombreuses variantes de montages, soit avec un poteau supplémentaire et un jeu de traverse et de poinçon soit avec un porte-à-faux réparti avec l'aide d'une console et du bras levier, ang (qui peut buter contre le dessous d'une traverse), voire au moyen du prolongement d'une traverse ou deux, et des poinçons correspondants.

 


 
 
posté le 09-08-2017 à 06:28:44

volume 2 chapitre XXXXIV page (219)

Plus le poids de la couverture s'élève et plus il est nécessaire d'utiliser des consoles, éventuellement empilées pour assurer le lien entre les traverses et les colonnes, celles qui ayant une forte section sont obtenues par l'assemblage de plusieurs pièces accolées.

 


 
 
posté le 08-08-2017 à 07:10:26

volume 2 chapitre XXXXIV page (218)

C'est pour ce motif, à quatre colonnes, la porte étant centrée sur un des longs côtés, qui était le plus employé dans l'architecture commune en Chine et servait à composer le si he yuan, il se définissait par trois jian, trois espaces entre deux colonnes.

 


 
 
posté le 07-08-2017 à 06:21:56

volume 2 chapitre XXXXIV page (217)

Plus exactement dans la mesure où deux bâtiments étaient du même rang, les diverses pièces de leurs charpentes étaient générées par le même module, la taille des colonnes, la longueur des poutres, les distances séparant ces divers éléments horizontaux ou verticaux, étaient générés par une proportion, fonction du rang du bâtiment.

 


 
 
posté le 06-08-2017 à 06:48:31

volume 2 chapitre XXXXIV page (216)

L'appartement privé, dont les dimensions et la richesse sont fixées par les Rites, selon la condition sociale du propriétaire, est élevé sur la terre de quelques centimètres.

 


 
 
posté le 05-08-2017 à 07:01:18

volume 2 chapitre XXXXIII page (215)

Les moindres corniches, les plus petits entablements sont l'objet d'ornementations les plus inattendues.

 


 
 
posté le 04-08-2017 à 06:45:45

volume 2 chapitre XXXXIII page (214)

La toiture est ornée, soit de clochettes à vent, soit d'animaux en faïence, tels que dragons, paons, phénix, ibis, richement coloriés.

 


 
 
posté le 03-08-2017 à 07:16:10

volume 2 chapitre XXXXIII page (213)

Les figurines de céramique :Les constructions traditionnelles chinoises ont souvent des figurines de céramique représentant des créatures légendaires toujours placées le long des avant-toits, la première fonction de ces figures était de protéger les clous sous les tuiles du toit, plus tard, elles furent utilisées comme décorations et pour signifier la position sociale des occupants.

 


 
 
posté le 02-08-2017 à 06:43:30

volume 2 chapitre XXXXIII page (212)

Par la suite, le dieu stellaire Zi wei 紫微 décida de descendre sur terre pour enchaîner Nian, qui cessa définitivement de troubler les humains.

 


 
 
posté le 01-08-2017 à 06:26:42

volume 2 chapitre XXXXIII page (211)

A minuit, le Nian entre dans le village pour chercher une proie.